Terreur blanche (Taïwan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Terreur blanche.
Incident 228, estampe xylographiée de Huang Rongcan (zh) (黄荣灿, huáng róngcàn).

La Terreur blanche de Taïwan (chinois : 白色恐怖 ; pinyin : báisè kǒngbù) est une période qui commença lors du massacre 228, le , après que la population se soit soulevée contre le gouvernement contrôlé par le Kuomintang (parti nationaliste chinois), dirigé par Chiang Kai-shek. Celui-ci établit la loi martiale, qui resta en place du 19 mai 1949 au 15 juillet 1987[1].

Pendant ces 38 ans de terreur, 140 000 personnes, principalement des intellectuels ou des membres de l'élite sociale, ont été emprisonnés par peur de leur sympathie pour le Parti communiste chinois ou de leur résistance au gouvernement nationaliste de la République de Chine, et entre 3000 et 4000, selon les estimations, ont été exécutées[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Le Parti communiste chinois était allié du Kuomintang lorsque celui-ci était dirigé par Sun Yatsen, le fondateur de la République de Chine et les membres du parti communiste pouvaient alors appartenir aux deux partis.

En mars 1925, Sun Yatsen meurt et est remplacé par Chiang Kai-shek, militaire faisant partie de la branche à droite du parti nationaliste. En mars 1926, il décrète la loi martiale sur la Chine à Canton, en invoquant un complot contre lui et impose des restrictions à l'accès aux postes du parti aux communistes.

Début avril 1927, les ouvriers et communistes organisent des grèves à Shanghai. Chiang Kai-shek fait appel à la Bande Verte, une triade locale, pour attaquer les grévistes[2]. Le 9 avril, il déclare l'état d'urgence, et envoie le 11 des missives à toutes les sections du parti et demande la purge du parti des communistes. Lors du massacre de Shanghai, le , il envoie les troupes massacrer les ouvriers, on compte plus de 5 000 disparus. C'est l'élément déclencheur de la guerre civile chinoise entre le Parti communiste et le Parti nationaliste.

L'Empire du Japon avait colonisé Taïwan en 1895. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la déclaration de la conférence de Potsdam (juillet-août 1945), reprenant la déclaration du Caire de novembre 1943, prévoit la rétrocession de l'île à la Chine.

Le gouvernement chinois reprend donc le pouvoir sur Taïwan après cinquante ans d'occupation japonaise. Le commence l'incident 228, après que la population de l'île se soit révoltée le 27 novembre contre le gouverneur corrompu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Huang Tai-lin, « White Terror exhibit unveils part of the truth », Taipei Times, (consulté le 29 septembre 2014)
  2. (en) Brian G. Martin, The Shanghai Green Gang Politics and Organized Crime, 1919-1937, University of California Press,