Terreur Graphique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Terreur Graphique
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (42 ans)
CharenteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Fred Lassagne[1], dit Terreur Graphique, est un auteur de bande dessinée français né le . Il est parallèlement investi au sein de Vide Cocagne, maison d'édition nantaise pour laquelle il dirige la revue Alimentation générale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans les environs d'Angoulême, Terreur Graphique participe à plusieurs fanzines et réalise de nombreuses affiches de concerts[2] avant de participer à la création des éditions Vide Cocagne.

Parallèlement, il commence à publier dans Psikopat puis L'Écho des savanes et Fluide glacial et lance plusieurs blogs, notamment La musique actuelle pour les nuls avec Dampremy Jack pour Les Inrocks[3] et le tumblr Make my day, punk !.

À partir de 2010 il publie très régulièrement des albums chez des éditeurs alternatifs tout en continuant à être présent dans la presse et sur internet. Amateur d'humour potache, tirant volontiers sur le gore et l'humour trash[4], il explore une veine plus intimiste et introspective aux éditions 6 Pieds sous terre.

En 2011 il lance la revue Alimentation générale[5] aux éditions Vide Cocagne, le no1 est sélectionné pour le Prix de la bande dessinée alternative lors du festival d'Angoulême 2012[6].

En octobre 2012, il reçoit le Prix coup de cœur du festival Quai des Bulles de Saint-Malo[7].

Depuis mars 2015, il anime le blog « Ces gens-là » dans Libération[8].

En 2018 paraît Le Pouvoir de la satire, scénarisé par Fabrice Erre avec Terreur Graphique et Erre au dessin, racontant « Deux siècles de presse satirique de la Révolution à Charlie ». L'album présente une approche historique de la satire, partant des premiers journaux publiés lors de la Révolution, mais également thématique, abordant les sujets de la grossièreté, de la violence, de la liberté et de la censure[1]… L'album est récompensé par le Prix de La Nouvelle République au festival bd BOUM de Blois[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Mastadar Invasion, avec Gwenole Le Dors, Vide Cocagne, coll. « Mastadar », 2010.
  • La Rupture Tranquille, Même pas mal, 2011.
  • Check point Charly, Vide Cocagne, coll. « Sous le manteau », 2011.
  • Rorschach, 6 Pieds sous terre, coll. « Monotrème », 2011.
  • My first underground comix with Leel'Marvin, Vide Cocagne, coll. « Sous le manteau », 2011.
  • La musique actuelle pour les sourds et malentendants, Vraoum !, coll. « Autoblographie », 2012.
  • Loser, Vide Cocagne, coll. « Sous le manteau », 2012.
  • Hypocondries, 6 Pieds sous terre, 2013.
  • Make my day, Punk !, Vraoum !, coll. « Conconcept », 2013.
  • Le F.I.S.T. (Fond Interministériel pour la Sauvegarde des Traditions), avec Jorge Bernstein (scénario), Fluide glacial, coll. « TRAFIK », 2014.
  • Le petit livre de la bande dessinée, avec Hervé Bourhis, Dargaud, 2014
  • Le Pouvoir de la satire (dessin), scénario de Fabrice Erre, Dargaud, 2018

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Le prix NR à “ Terreur graphique ” », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2018).
  2. Bio sur le site du Quai des bulles.
  3. Blog La musique actuelle pour les nuls
  4. Paka Mata, « BD : La rupture (pas si) tranquille de Terreur Graphique », sur rue89.nouvelobs.com, (consulté le 17 septembre 2014).
  5. Maël Rannou, « Vide Cocagne : pour une BD alternative grand public », sur bodoi.info, (consulté le 17 septembre 2014).
  6. Archives de la fanzinothèque de Poitiers.
  7. a et b Fabien Grolleau, « Prix Coup de cœur », sur quaidesbulles.com (consulté le 17 septembre 2014).
  8. Terreur Graphique, « Terreur sur Libé », sur liberation.fr, graphique 3 mars 2015 (consulté le 26 novembre 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Dartay, « Salvatrice Satire », ZOO,‎ , p. 18.

Liens externes[modifier | modifier le code]