Terre jaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un film <adj> image illustrant chinois
Cet article est une ébauche concernant un film chinois.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Terre jaune
Titre original 黄土地
Huáng tǔdì
Réalisation Chen Kaige
Scénario Chen Kaige
Zhang Ziliang
Acteurs principaux
Sociétés de production Guangxi Film Studio
Pays d’origine Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Genre Drame
Durée 91 minutes
Sortie 1984

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Terre jaune (黄土地, Huáng tǔdì) est un film chinois réalisé par Chen Kaige, sorti en 1984.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1939, en Chine, un soldat de l'Armée populaire de libération est envoyé dans la campagne de la province du Shaanxi pour recueillir des chants traditionnels. Il rencontre Cuiqiao, jeune adolescente de 13 ans qui vit avec son frère Hanhan et son père fermier. Ce dernier l'a promise en mariage à un homme qu'elle ne connaît pas.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre : Terre jaune
  • Titre original : Huang tudi
  • Réalisation : Chen Kaige
  • Directeur de la photographie : Zhang Yimou
  • Pays d'origine : Chine
  • Format : Couleurs - 1,85:1 - Mono - 35 mm
  • Genre : Drame
  • Durée : 91 minutes
  • Date de sortie : 1984

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

C'est la vision de Terre Jaune qui a décidé Jia Zhangke, lui-même originaire du Shanxi, à devenir cinéaste :

« C’est de cette région de la «Terre jaune», le Shanxi, que je viens, mais je ne l’avais jamais vue à l’écran. Ces personnages avares en paroles et ombrageux, engoncés dans leurs vêtements molletonnés, m’étaient très familiers. Bien que ce film soit censé se dérouler dans les années 30, j’avais des cousins qui vivaient exactement dans les mêmes conditions[1]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Grangereau, « Jia Zhangke : « Mon prof avait peur que je sème la zizanie » », Libération,‎ (lire en ligne).

Lien externe[modifier | modifier le code]