Terraube

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Terraube
Terraube
Château de Terraube.
Blason de Terraube
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Condom
Intercommunalité Communauté de communes de la Lomagne gersoise
Maire
Mandat
Pierre Laffargue
2020-2026
Code postal 32700
Code commune 32442
Démographie
Population
municipale
375 hab. (2018 en diminution de 3,35 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 27″ nord, 0° 33′ 09″ est
Altitude 160 m
Min. 85 m
Max. 227 m
Superficie 25,14 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lectoure
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lectoure-Lomagne
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Terraube
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Terraube
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Terraube
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Terraube
Liens
Site web Site officiel

Terraube (Terrauba en occitan[1]) est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Terraube est une commune située en Gascogne sur l'Auchie, Terraube est une petite ville fortifiée, bâtie sur un plateau allongé en Lomagne. Du fait de la contrainte du terrain, elle est tout en longueur avec deux anciennes portes de ville. Elle est située à 9 km à l'ouest de Lectoure.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Terraube est limitrophe de six autres communes.

Carte de la commune de Terraube et de ses proches communes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune set arrosée par le Gers et ses affluents l'Auchie et Lauze. Voir aussi Inondations de 1977 en Gascogne.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 514 hectares ; son altitude varie de 85 à 227 mètres[3].

Terraube se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Terraube est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lectoure, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 13 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (95,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (83,1 %), zones agricoles hétérogènes (12,2 %), forêts (4,7 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Du latin terra alba, en gascon terra auba, « terre blanche », Terraube est un village de Lomagne, entre Lectoure et Fleurance. Le village avec son château fort domine les champs qui l'entourent.

Pendant les guerres de religion,Blaise de Monluc, chef du parti catholique, ayant essuyé quelques désagréments au siège de Lectoure, envoya son fils Peyrot égorger une partie de la garnison protestante qui s'était laissée surprendre dans Terraube. Tous les calvinistes, sans exception, furent passés de sang froid, un par un, au fil de l'épée et jetés dans un puits profond qui fut comblé de leurs cadavres. Il est possible de voir ce puits, témoin de la sauvagerie des hommes. Monluc dit à cette occasion : « Ce fut une très belle despêche de très mauvais garçons ».

Terraube est l'un des derniers villages à célébrer saint Joseph. En 1653, alors que la Grande Peste sévissait au sud de la Loire, les notables prièrent saint Josep, et leur vœu fut exaucé. Depuis, tous les , la population porte la statue de saint Joseph à travers le village pour le remercier de les avoir sauvés de l'épidémie. Terraube reste un des seuls villages à faire cette célébration.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2020 est de 11[11],[12].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Condom de la communauté de communes de la Lomagne gersoise et du canton de Lectoure-Lomagne (avant le redécoupage départemental de 2014, Terraube faisait partie de l'ex-canton de Lectoure).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1941 ? Henri Belliard   Propriétaire du château de Sauby, exploitant, Président de la Fédération des syndicats d'élevage
Nommé membre de la Commission administrative départementale du Gers en 1941[13]
? ? Hector de Galard Terraube   Agriculteur
avant 1995 ? Max Runel-Belliard DVD  
mars 2001 mars 2014 Ginette Magri[14]   Agent d'assurances
2014 2020 Jean-Laurent Fournel DVG Agriculteur retraité
2020 En cours Pierre Laffargue   Agriculteur sur moyenne exploitation.
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 375 habitants[Note 3], en diminution de 3,35 % par rapport à 2013 (Gers : +0,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 2001 1769071 1841 1381 0621 0331 0151 024
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
962950908880887828756703669
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
688642606604572544563547520
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
504522500435381388389389372
2018 - - - - - - - -
375--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[19] 1975[19] 1982[19] 1990[19] 1999[19] 2006[20] 2009[21] 2013[22]
Rang de la commune dans le département 63 41 64 64 76 80 82 90
Nombre de communes du département 466 462 462 462 463 463 463 463

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : Côtes-de-montestruc

Enseignement[modifier | modifier le code]

Terraube fait partie de l'académie de Toulouse.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Plusieurs événements animent l'année dans le village. Grâce à l'association « les Amis de Terraube », le village célèbre entre autres la Saint-Jean au mois de juin en faisant un feu de joie. Mais la manifestation principale reste la fête communale. Le 1er week-end de septembre, les bénévoles organisent un concours hippique national ou encore un salon des antiquaires de réputation régionale.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Randonnée pédestre, chasse,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Poste, Terraube
  • Le château de Terraube, typique « château gascon » à l'origine, date du XIIIe siècle. Depuis sa construction, il appartient aux ducs mérovingiens de Gascogne. En effet, c'est la famille de Galard qui possède le monument. Il s'est transmis de génération en génération et donne une certaine renommée au village de Terraube.
  • Le village possède également une église placée au centre du village. L'église Notre-Dame-de-la-Nativité est de style classique et présente une façade à fronton. À l'intérieur, une ample nef du XVIIe siècle abrite un imposant retable en marbre blanc, un autel d'époque Louis XVI.

L'édifice est célèbre pour son orgue, l'un des plus prestigieux de France. L'orgue a été construit en 1983 et 1984 par Alain Leclère dans un esprit classique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La famille de Galard est propriétaire du château depuis sa construction, les Galard se sont transmis le monument de génération en génération. Cette famille est composée de marquis et de vicomtes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à la tarière de sable emmanchée de gueules[23].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte du Gers en occitan sur le site du Conseil général
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. Plan séisme
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  11. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  12. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 31 août 2020).
  13. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets » Accès libre, sur Gallica, (consulté le 11 octobre 2020).
  14. Site de la préfecture - Fiche de Terraube
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  20. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  21. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  22. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  23. « Banque du blason »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).