Terminator Genisys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Terminator (homonymie).
Terminator Genisys
Le titre du film, "Terminator Genisys" (sur deux lignes), en lettres capitales, sur fond noir.

Logo original du film.

Réalisation Alan Taylor
Scénario Laeta Kalogridis
Patrick Lussier
Acteurs principaux
Sociétés de production Skydance Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Durée 126 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Terminator Genisys est un film de science-fiction américain réalisé par Alan Taylor, sorti en 2015.

C'est le cinquième film tiré de la licence Terminator, après Terminator Renaissance sorti en 2009, mais il s'agit d'un reboot de la série de films Terminator. Il met en vedette Arnold Schwarzenegger (qui reprend son rôle dans le personnage du même nom), Jason Clarke, Emilia Clarke et Jai Courtney. L'intrigue suit le soldat Kyle Reese dans la guerre contre Skynet et qui est envoyé de 2029 en 1984 par John Connor, leader de la résistance humaine, pour protéger la mère de Connor, Sarah avant de comprendre que la chronologie a été modifiée et que Sarah a été élevée par un Terminator reprogrammé.

Megan Ellison et sa société de production Annapurna Pictures a acquis les droits de la franchise en mai 2011, suivi de l'année suivante de la mise en production en association avec Skydance Productions, société appartenant au frère d'Ellison, David. Les Ellison ont consulté James Cameron dans l'espoir d'un retour à l'esprit du film original et de sa suite.

Après une sortie du film aux États-Unis en demi-teinte, le film peine à attirer le public, totalisant une recette totale de 89 760 956 $ sur le territoire américain, compte-tenu d'un budget de 155 millions, du fait notamment des critiques mitigées de la presse à son sujet.

En France, après huit semaines d'exploitation, le long-métrage finit à 1 420 602 entrées, ce qui en fait le pire résultat de la franchise Terminator dans ce pays. Cependant, au box-office mondial, Terminator Genisys rapporte 440 160 956 $ de recettes, ce qui le classe à la seconde place des meilleures recettes de la saga Terminator.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 2029, John Connor, chef de la résistance humaine, mène la guerre contre les machines dans un monde ravagé à la suite d'une offensive nucléaire lancée par un programme de défense militaire, Skynet, le 29 août 1997. En pleine offensive de Los Angeles, John a des craintes quant à l'avenir, quand des espions TECOM révèlent un nouveau plan de Skynet : il prévoit de l'attaquer sur deux fronts, le passé et l'avenir, ce qui fera finalement changer l'issue de cette guerre pour toujours.

Sur le point de gagner la guerre contre Skynet, John Connor envoie son fidèle lieutenant Kyle Reese à travers le temps pour sauver la vie de sa mère et assurer sa propre existence. Mais ce que Reese trouve de l'autre côté, n'est pas ce à quoi il s'attendait. Après avoir été rendue orpheline à neuf ans par un T-1000, Sarah Connor a depuis été élevée par un autre Terminator (interprété par Arnold Schwarzenegger) programmé pour la protéger.

Ce Terminator l'a alors formée pour faire face à son destin, qu'elle tente de rejeter catégoriquement.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Le Terminator T-800.
 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[5] ; version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[6]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

En décembre 2008, McG annonce un cinquième film, alors même que son Terminator Renaissance n'est pas encore sorti et annonce une nouvelle trilogie : « Nous sentons qu'il est temps de commencer à développer le prochain chapitre »[7]. En août 2009, il est révélé que ce cinquième sera le prolongement du quatrième film mais reviendra sur la maîtrise du voyage dans le temps, avec l'envoi de Kyle Reese (interprété par Anton Yelchin) dans le passé pour protéger Sarah Connor[8].

La production d'un cinquième film est cependant interrompue par des problèmes juridiques, ainsi que par le dépôt de bilan de la Halcyon Company, détentrice des droits de la franchise. En août 2010, un nouveau projet est sur les rails. Cela devait être une série d'animation intitulée Terminator 3000, mais en février 2011, Universal Studios envisage la possibilité de réaliser un cinquième film Terminator, avec Arnold Schwarzenegger de retour dans le rôle-titre, Justin Lin en tant que réalisateur et qui ne serait pas la suite directe de Terminator Renaissance[9].

En mai 2011, Megan Ellison et sa société de production Annapurna Pictures obtiennent aux enchères les droits sur deux films Terminator, dont Terminator 5. En décembre 2012, Megan Ellison annonce qu'elle et son frère David Ellison ont choisi de repartir de zéro et qu'ils ont besoin d'un scénariste pour tracer la fin de l'histoire. Terminator 5 est désormais intitulé Genesis, il est produit par Megan Ellison, avec David Ellison et Skydance Productions . Les producteurs exécutifs sont Dana Goldberg et Paul Schwake. Le film trouve ses scénaristes, Laeta Kalogridis et Patrick Lussier mais perd son réalisateur, Justin Lin, qui préfère s'atteler à Fast and Furious 6 (2013)[10].

En septembre 2013, Alan Taylor est en pourparlers pour diriger le film, après que Rian Johnson, Denis Villeneuve et Ang Lee ont été approchés[11],[12].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

« J’attends le tournage avec impatience puisque, comme vous le savez, la dernière fois qu’ils ont fait un Terminator, j’étais gouverneur et je n’avais donc pu y participer. Mais là, je suis de retour et ils sont très excités à l’idée de m’avoir. Le script est fantastique, donc je suis très impatient d’y être[13]. »


Le , Arnold Schwarzenegger déclare qu'il sera de retour pour le nouveau Terminator[14].

En juin 2011, Paul Walker est annoncé pour le rôle de Kyle Reese[15]. En novembre 2013, Garrett Hedlund, Tom Hardy, Taylor Kitsch, et Nicholas Hoult sont auditionnés pour le rôle[16]. En février 2014, les studios annoncent finalement que Jai Courtney tiendra le rôle de Kyle Reese avec un contrat signé pour deux films[17].

En décembre 2013, Emilia Clarke a été annoncé pour le rôle de Sarah Connor et Jason Clarke pour le rôle de John Connor[18].

Le 13 mars 2014, il a été signalé que J. K. Simmons était en pourparlers pour un rôle en tant que détective fatigué et alcoolique qui a suivi l'affaire de Sarah Connor. Le 28 mars 2014, il a été annoncé que Dayo Okeniyi a été choisi pour le rôle de Danny Dyson[19]. Le 31 mars 2014, les studios ont annoncé que Lee Byung-hun aura un rôle principal, celui du T-1000[20]. Michael Gladis et Sandrine Holt ont aussi rejoint le casting[21]. Au début du mois de mai, il a été annoncé que Matt Smith a également rejoint le casting, pour un rôle non précisé mais lié au personnage de John Connor[22].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le [23] à La Nouvelle-Orléans[24].

Du 28 au , la production s'est rendue dans les locaux de la société Oracle dont le PDG n'est autre que Larry Ellison, le père de Megan et David Ellison. Les décors sont utilisés pour l’entreprise Cyberdyne Systems, la société à l'origine de Skynet[25].

La fin du tournage a été annoncée le [26] avant d'être en postproduction. Le film a été diffusé en avant-première à Berlin le 22 juin 2015.

Musique[modifier | modifier le code]

Terminator: Genisys
Music from the Motion Picture
Bande originale de Lorne Balfe
Sortie [27]
Durée 71:52
Genre musique de film
Label Skydance Productions LLC / Paramount Pictures[27]

Bandes originales de Terminator

La musique du film est composée par le Britannique Lorne Balfe. Par ailleurs, Zhang Liangying et Big Sean interprètent une chanson inédite, Fighting Shadows, qui sort en single le [28]. Dans le film, on peut également entendre I Wanna Be Sedated de The Ramones, Love Runs Out d'OneRepublic et Bad Boys d'Inner Circle.

Liste des titres
No Titre Durée
1. Fate and Hope 3:57
2. Better Days 3:05
3. Work Camp 3:37
4. Bus Ride 2:03
5. Sarah & Kyle 4:36
6. Alley Confrontation 2:33
7. Sarah Kicks Ass 1:53
8. Cyberdyne 3:41
9. Still After Us 2:52
10. Come With Me 3:42
11. John Connor 2:56
12. It’s Really Me 2:36
13. Alcove 2:17
14. I Am More 2:40
15. If You Love Me You Die 5:52
16. Judgment Day 2:56
17. Family 3:14
18. Fight 3:01
19. Sacrifice 4:21
20. Guardianship 3:26
21. What If I Can't? 4:23
22. Terminated (basé sur The Terminator Theme composé par Brad Fiedel pour Terminator) 2:00

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Les critiques du film vont de très mitigées à négatives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, le film n'obtient que 26% d'opinions favorables pour 210 critiques recensées[29]. Sur Metacritic, il décroche une moyenne de 38 sur 100 pour 41 critiques[30].

Sur le site d'Allociné, la presse lui donne une moyenne de 2,5/5 basée sur 27 critiques presse[31]. Du côté des avis positifs, on peut notamment lire dans 20 minutes « S’appuyant sur des effets spéciaux spectaculaires, cet opus multiplie les références savoureuses et les répliques cultes »[31]. Barbara Théate du Journal du dimanche écrit quant à elle « On prend les mêmes et c'est reparti pour un nouveau voyage dans le temps un peu tiré par les cheveux. Mais qu'importe : on est ravis de retrouver Schwarzy (...). L'humour en plus, une arme qu'utilise à fond ce nouvel épisode, beaucoup plus pop-corn movie que les précédents »[31]. Jérémie Ponthieux du site TF1 News pense que ce 5e film est « Miraculeusement équilibré entre le respect de l'œuvre d'origine et un détournement de ses éléments constitutifs » et qu'il « parvient à trouver sa propre identité en trahissant aussi intelligemment son modèle »[31]. Dans Le Parisien, Alain Grasset remarque que « Le cahier des charges est rempli pour les fans de la saga qui apprécieront dans la première partie l'hommage rendu aux deux premiers épisodes réalisés par James Cameron » mais regrette cependant que « la succession des allers-retours dans le temps complique trop la suite »[31]. Phalène de la Valette du Point écrit qu'il y a « quelque chose de touchant dans le spectacle de cette machine humaine désormais ridée et grisonnante » et ajoute « Terminator: Genisys est à Terminator ce que Jurassic World est à Jurassic Park : une madeleine de Proust bon marché, moyennement goûteuse, mais néanmoins comestible »[31]. Dans L'Express, Christophe Carrière est lui aussi un peu partagé et écrit notamment « Retour à la case départ. Même début que le premier, puis des variantes provoquées par une surenchère de ressorts spatio-temporels. Amusant mais un poil lassant »[31]. Frédéric Strauss de Télérama écrit « Alan Taylor assure le contrat, mais sans parvenir à injecter à cette grosse machine la fièvre nécessaire. Heureusement, il sait s'appuyer sur ses comédiens, notamment Emilia Clarke, qu'il retrouve après l'avoir dirigée en mère des dragons dans Game of Thrones »[31].

Frédéric Mignard du site aVoir-aLire.com est quant à lui moins positif : « Une série B à très gros budget, sans vision de cinéma propre, qui laisse au spectateur un petit sentiment de déjà-vu »[31]. Dans Gala, Jean-Christian Hay regrette trop « de références, de retour dans le temps sur des événements connus, avec des personnages déjà vus, c’est une légère impression de redite et de répétition qui prédomine. Même dans les scènes d’action, fort réussies, ce Genisys n’innove pas beaucoup »[31]. Nicolas Schaller de L'Obs pense que « Tout est en toc, rien ne vit. C'est du cinéma de service marketing et d'ingénieurs en effets numériques »[31]. Dans Metro, Mehdi Omaïs regrette le travail passé de James Cameron sur la saga et pense que « Alan Taylor remet aujourd’hui les compteurs à zéro sans une once d’originalité » et qu'il « se contente de satisfaire sa hiérarchie en répondant mécaniquement à un cahier des charges prévisible et aseptisé »[31]. Simon Riaux de Écran large écrit que « Terminator Genisys s'apparente à un cauchemar de cinéphile, entre mépris pour le spectateur et opportunisme nauséeux »[31]. Dans Le Monde, Jean-François Rauger écrit quant à lui : « Arnold Schwarzenegger se glisse une nouvelle fois dans la peau du personnage créé il y a trente ans, auquel un scénario paresseux ne laisse aucune chance de convaincre »[31]. Enfin, pour le site Eklecty-City.fr, Terminator Genisys est un « renoncement total des codes de la franchise (T1 et T2 exclusivement), on nous propose rien de plus qu’une production semblable à un film Marvel (la scène post-générique est là pour nous le rappeler). Ce qui ne colle pas à l’univers créé par James Cameron »[32].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
89 760 956 $[33] 11
Drapeau de la France France 1 426 208 entrées[34] 8
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 113 250 000 $[33] 3
Monde Monde 440 603 537 $[33] 17

Distribué dans 3 758 salles aux États-Unis la semaine de sa sortie, Terminator Genisys se contente de prendre la troisième place du box-office pour son premier week-end d'exploitation avec 27 018 486 $, pour un ratio de 7 190 $ par salles et un total toute exploitation de 42 474 183 $[33] : le démarrage du cinquième volet au box-office est deçà des démarrages des deux précédents opus (44 millions pour le troisième en 2003 et 42,6 millions pour le quatrième en 2009)[35]. Le long-métrage reste dans le top 20 durant les quatre semaines ayant suivi sa sortie tout en voyant sa combinaison de salles augmenter (atteint le seuil maximal de 3 783 salles), mais n'atteint que 88 millions de $ de recettes[33]. Resté onze semaines à l'affiche, Terminator Genisys engrange 89 760 956 $ sur le territoire américain, ce qui est un échec commercial par rapport à son budget de production (155 millions de $)[35]. Scott Mendelson, du magazine Forbes, a évoqué les raisons possibles des mauvais résultats au box-office américain : un mauvais marketing, les critiques négatives, la concurrence de Jurassic World et Vice-versa, la baisse de popularité de Schwarzenegger comme acteur et le fait que les Américains sont devenus apathiques à un autre film Terminator[36].

Toutefois, c'est à l'étranger que le film rencontre un succès au box-office, puisqu'il totalise 350 400 000 $ de recettes à l'international[35], notamment en Chine où, pour son démarrage, ce qui lui vaut de prendre la tête du box-office mondial[37] et rapportant un total de 112,8 millions de $ sur le territoire chinois durant son exploitation[38],[39]. Au box-office mondial, Terminator Genisys rapporte 440 160 956 $ de recettes, ce qui le classe à la seconde place des meilleures recettes de la saga Terminator derrière Terminator 2 : le jugement dernier et ses 519 843 345 $ de recettes mondiales[35],[40]. Compte tenu de son budget de 155 millions de $ et des dépenses, selon les analystes, de 50-100 millions de $ en marketing, Bloomberg Business estime que le film aurait besoin de récolter au moins 450 millions de $ de recettes durant son exploitation pour atteindre son seuil de rentabilité. En août 2015, le magazine Forbes souligne que Terminator Genisys est le premier film américain à engranger 400 millions de $ de recettes sans avoir récolté 100 millions de $ de recettes en Amérique du Nord, distinction partagé avec le film français Intouchables[41].

Pour sa première semaine d'exploitation en France, le box-office enregistre 666 495 entrées[42]. Le film se place à la troisième place du box-office derrière Les Profs 2 et Vice Versa. Pour sa deuxième semaine d'exploitation en France, le box-office enregistre 1 006 243 entrées[43], donc 339 748[43] entrées de plus. Le film se place à la quatrième place du box-office derrière Les Minions, Les Profs 2 et Vice Versa. Après huit semaines d'exploitation, le long-métrage finit à 1 420 602 entrées, ce qui en fait le pire résultat de la franchise Terminator en France[44].

Suites[modifier | modifier le code]

Le 5 septembre 2014, Paramount annonce que Terminator Genisys serait le premier film d'une nouvelle trilogie, dont les sorties de Terminator 6 et 7 sont programmés le 19 mai 2017 et le 29 juin 2018[45]. Le 24 février 2015, Arnold Schwarzenegger annonce son retour pour les films suivants[46].

Cependant, on apprend le 21 janvier 2016 que la suite de Terminator Genisys attendue en 2017 est retirée du calendrier de sorties de Paramount, arrêtant de facto le projet d'une suite de la franchise[47],[48].

Lors d'une interview en mars 2016, l'acteur Arnold Schwarzenegger a confirmé qu'un Terminator 6 est bien en préparation, sans qu'aucune date de sortie ne soit pour le moment annoncée[49] .

Le , Emilia Clarke (Sarah Connor) annonce qu'elle ne sera pas au casting des suites envisagées[50].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Pamela McClintock, « Box Office Preview: Can the T-800 and Male Strippers Outrun 'Jurassic World'? », The Hollywood Reporter, (consulté le 30 juin 2015)
  2. Page du film sur Allociné sur Allociné.fr, consulté le 1er juin 2015.
  3. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database.
  4. https://www.youtube.com/watch?v=dkJdaBw2BrQ
  5. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage, (consulté le 22 janvier 2016) [m-à-j].
  6. « Fiche du doublage québécois du film », consulté le 20 juillet 2015
  7. « Terminator 5 : c'est (déjà) parti ! », sur AlloCiné.fr, (consulté le 12 juillet 2014).
  8. « McG lève le voile sur Terminator 5 et son Capitaine Nemo », sur AlloCiné.fr, (consulté le 12 juillet 2014).
  9. « Terminator 5 : Schwarzie is back ! », sur AlloCiné, (consulté le 12 juillet 2014).
  10. « Pas de Terminator 5 pour Justin Lin ? », sur AlloCiné, (consulté le 12 juillet 2014).
  11. (en) « Thrones and Thor: The Dark World Helmer Eyed to Direct Next ‘Terminator’ (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le 12 juillet 2014).
  12. « Le nouveau Terminator par le réalisateur de Game of Thrones et Thor 2 », sur AlloCiné, (consulté le 12 juillet 2014).
  13. Terminator Genesis : Arnold Schwarzenegger rassure les fans - Eklecty-City.
  14. (en) Arnold Schwarzenegger Confirms His Terminator 5 Role, Names January Start » sur comingsoon.com, consulté le 24 avril 2014.
  15. « Paul Walker dans Terminator 5 ? », sur AlloCiné, (consulté le 12 juillet 2014).
  16. (en) Paging Sarah Connor: Emilia Clarke, Brie Larson to Test for 'Terminator' Reboot » sur comingsoon.com, consulté le 24 avril 2014.
  17. (en) Jai Courtney to Play Kyle Reese in Terminator Reboot » sur variety.com, consulté le 24 avril 2014.
  18. (en) ‘Game Of Thrones’ Emilia Clarke Set For ‘Terminator’ In Sarah Connor Role » sur deadline.com, consulté le 24 avril 2014.
  19. (en) ‘Hunger Games’ Actor to Play Miles Dyson’s Son in ‘Terminator’  » sur variety.com, consulté le 24 avril 2014.
  20. « Lee Byung-Hun, le T-1000 de Terminator Genesis », sur Eklecty-City.fr (consulté le 1er août 2014).
  21. (en) G.I. Joe', Mad Men and House of Cards Actors Join Terminator: Genesis » sur hollywoodreporter.com, consulté le 24 avril 2014.
  22. « Doctor Who » au casting du reboot de Terminator, sur Eklecty-City.fr (consulté le 1er août 2014).
  23. (en) « Cameras Roll on Terminator: Genesis! », sur ComingSoon.net (consulté le 12 juillet 2014).
  24. (en) « 'Terminator: Genesis' begins shooting today in New Orleans », sur The Times-Picayune, (consulté le 12 juillet 2014).
  25. « Terminator 5 : L’entreprise Oracle sert de décor pour Cyberdyne Systems », sur Eklecty-City.fr (consulté le 1er août 2014).
  26. (en) « Terminator Reboot Wraps Production, Officially Titled Terminator Genisys », ComingSoon.net (consulté le 12 septembre 2014).
  27. a et b (en) « Terminator Genisys (Music from the Motion Picture) », sur iTunes (consulté le 4 juillet 2015)
  28. (en) « Jane Zhang - Fighting Shadows (From "Terminator Genisys") [feat. Big Sean] - Single », sur iTunes (consulté le 8 juillet 2015)
  29. (en) « Terminator Genisys (2015) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 4 juillet 2015)
  30. (en) « Terminator Genisys », sur Metacritic (consulté le 4 juillet 2015)
  31. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Critiques presse », sur Allociné (consulté le 4 juillet 2015)
  32. « Terminator Genisys : Hasta la vista Terminator ! - Eklecty-City » (consulté le 26 juillet 2015)
  33. a, b, c, d et e (en) « Terminator: Genisys », sur Box Office Mojo (consulté le 13 août 2015)
  34. « Terminator : Genisys », sur Jp's Box-office (consulté le 13 août 2015)
  35. a, b, c et d (en) « Terminator Movies at the Box Office », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 1er septembre 2015)
  36. (en) Scott Mendelson, « Box Office: 6 Reasons 'Terminator Genisys' Bombed (In America) », sur Forbes, (Forbes, Inc), (consulté le 7 juillet 2015)
  37. Nicolas Bardot, « BOX-OFFICE MONDE: un leader mondial... surprenant », sur filmdeculte.com, (consulté le 28 octobre 2015)
  38. Nancy Tartaglione, « ‘Monster Hunt’ Overtakes ‘F7’ As All-Time China Box Office Champ In 2-Month Run », 'Deadline.com', (Penske Media Corporation), (consulté le 12 septembre 2015)
  39. Nancy Tartaglione, « ‘Maze Runner: Scorch Trials’ Ignites $26.8M Start; ‘Rogue Nation’ Tops With $91.3M, Crosses $600M WW – Intl B.O. », 'Deadline.com', (Penske Media Corporation), (consulté le 14 septembre 2015)
  40. Michael Patterson, « Rise of the Machines: Why Terminator 6 Should Happen », Moviepilot, (consulté le 12 octobre 2015)
  41. Scott Mendelson, « Box Office: 'Terminator Genisys' Crosses $400 Million Worldwide », Forbes, (consulté le 31 août 2015)
  42. « Box-Office », sur Allociné.com, (consulté le 18 juillet 2015)
  43. a et b « Box-Office », sur Allociné.com, (consulté le 18 juillet 2015)
  44. http://www.jpbox-office.com/fichefranchise.php?id=97&affich=france
  45. « Terminator 6 et 7 ont déjà une date de sortie », sur Première, (consulté le 21 juin 2015)
  46. « Arnold Schwarzenegger rempilera pour Terminator 6 et 7 »,
  47. « La suite de "Terminator Genisys" passe à la trappe », Charles Decant, Ozap.com, 21 janvier 2016.
  48. « La suite de Terminator : Genisys, ce n'est vraiment pas pour tout de suite », Christophe Foltzer, ÉcranLarge.com, 21 janvier 2016.
  49. « Arnold Schwarzenegger : "Terminator 6 est en préparation" », sur Le Figaro.fr (consulté le 30 juin 2016)
  50. « Terminator Genisys : Emilia Clarke ne reviendra pas dans la saga » Allociné.com (consulté le 1er mai 2016).

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Terminator: Genisys » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]