Teresa Rebull

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Teresa Rebull
Image dans Infobox.
Teresa Rebull en 2012 à Céret
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Teresa Soler i PiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Activités
Père
Gonçal Soler i Bernabeu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Balbina Pi Sanllehy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Partis politiques
Distinctions

Teresa Rebull, née Teresa Soler i Pi le à Sabadell (Province de Barcelone) et morte dans la nuit du 14 au à Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales)[1],[2], est une chanteuse et peintre, militante catalane de nationalité espagnole. Elle est souvent surnommée l’àvia de la Nova Cançó (la grand-mère de la Nova Cançó)[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Teresa Rebull est la fille de deux anarcho-syndicalistes, militants de la CNT, Balbina Pi Sanllehi et Gonçal Soler Bernabeu[4]. Élevée dans un milieu ouvrier fortement politisé, elle reçoit une éducation très progressiste. Elle commence à travailler comme ouvrière dans l'industrie textile à l'âge de douze ans, puis comme fonctionnaire au Département du Travail de la Generalitat à partir de seize ans[3]. Sous l'influence de son compagnon puis mari, Josep dit Pep Rebull, militant et théoricien du POUM (Parti Ouvrier d'Unification Marxiste), elle devient à son tour militante. A la fin de la Guerre civile espagnole, elle franchit la frontière durant l'hiver 1939 à Prats-de-Mollo, puis sera recueillie un temps en région parisienne. Elle revient brièvement à Barcelone en 1941. Elle y retrouve sa sœur, Susana Soler, artiste de variétés et une des premières à l'époque à oser braver l'interdiction de chanter en catalan. Elle franchit à nouveau les Pyrénées clandestinement la même année et part retrouver son mari à Marseille. Là, ils côtoient le Centre américain de secours (CAS) de Varian Fry et tout un environnement intellectuel stimulant autour de la villa Air-Bel : les Bénédite, les Schmierer, les Malaquais...

En 1943 , les Rebull déménagent à Régusse, à 70 kilomètres de Marseille, où Teresa participe avec son mari à la Résistance contre l'occupant nazi dans le maquis Eaux et Forêts, intégré par la suite dans les FFI[4].

La famille Rebull part pour Paris en 1947. Jean-Paul Sartre demande à la rencontrer pour une série d'articles sur l'Espagne. Elle rencontre Juliette Gréco et Albert Camus. Proche de Maria Casarès, elle côtoie également Albert Camus. Très active au Casal de Catalunya de Paris,pour faire vivre la culture catalane en exil, elle chante en duo avec sa soeur pendant quelque temps sous le nom des Soeurs Soler. Après mai 68, elle commence sa carrière de chanteuse profondément touchée par la chanson Diguem no de Raimon. Elle s'intègre au mouvement de la Nova Cançó catalane. Pendant plus de vingt ans, elle effectue des centaines de concerts. Elle s'installe à Banyuls-sur-Mer à partir de 1979[4].

Teresa Rebull chez elle en 2015

Elle a mis en musique des poèmes de poètes comme Joan Salvat-Papasseit (Mester d'amor, 1977), avec qui elle va recevoir le Prix Charles Cros, Josep Sebastià Pons (Camí de l'argilada, 1986) et Maria Mercè Marçal.

En 1992, elle reçoit la Croix de Sant Jordi.

En 1999, elle publie son autobiographie, Tot cantant, traduite en français en 2004.

En 2000, elle publie le disque Tot cantant, suivi en 2006 de Visca l'amor, d'après le poème éponyme de Joan Salvat-Papasseit.

En , Teresa Rebull adresse un courrier à François Hollande en faveur de l'enseignement des langues régionales en France[5],[6]. Sa dernière apparition publique a lieu le à La Jonquera, pour le vernissage d'une exposition conjointe de ses peintures et de celles de Michel Arnaudiès, ami et peintre cérétan. Elle meurt dans la nuit du 14 au chez elle à Banyuls-sur-Mer[7].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Teresa Rebull, 45 t., Concèntric, Barcelone, 1972
  • Teresa Rebull chante ses chansons, Als 4 vents, Barcelone, 1973, 33 tours
  • Cançons populars catalanes / Chansons populaires catalanes, avec l’AGRAM, Terra Nostra, Prades, 2 disques 33 tours, 1976-19777 [rééd. CD, 2002]
  • Mester d'amor, SFPP, Paris, 1978, 33 tours
  • També per tu, SFPP, Paris, 1981, 33 tours
  • Papallones... i més, AudioVisuals de Sarrià, Barcelone, 1986, 33 tours [rééd. Picap, 2008]
  • Camí de l'argilada, , Jercar, Barcelone, 1986, 33 tours
  • Pluja de clavells, à compte d’auteur, 1993, cassette
  • Florilegi, Phonothèque méditerranéenne, Toulouse, 1996, CD
  • Cançons 1969-1992, nordsud, 2004, CD
  • Visca l'amor : Festa homenatge a Teresa Rebull, Picap, Sabadell, 2006, CD

Expositions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Teresa Rebull, chanteuse, peintre et figure de la Retirade est morte à 95 ans », France Bleu (consulté le 15 avril 2015)
  2. « Teresa Rebull s'est éteinte chez elle à 95 ans », L'Indépendant,‎ (lire en ligne, consulté le 15 avril 2015)
  3. a et b (ca) iSabadell, Sabadell homenatja Teresa Rebull, ‘l’àvia de la Nova Cançó’, 24 février 2012
  4. a b et c Teresa Rebull (trad. du catalan par André Vinas et Christine Lavaill), En chantant [« Tot cantant »], Baixas, Balzac Editeur, , 235 p. (ISBN 2-913907-41-5)
  5. (ca) El Punt Avui, Teresa Rebull escriu a François Hollande pel català, 8 août 2012
  6. La Clau, Enseignement en catalan: J.M. Pujol écrit à Peillon et Teresa Rebull à Hollande, 9 août 2012
  7. (ca) Aleix Reynié, « Ha mort Teresa Rebull », El punt avui,‎ (lire en ligne)
  8. (ca) Info Jonquera, Teresa Rebull exposa “Paletes” a Can Laporta, 26 février 2013
  9. (ca)El Punt Avui, Homenatge a Teresa Rebull dissabte a Ceret, 5 mars 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • BENEDITE Daniel, La filière marseillaise : un chemin vers la liberté sous l’Occupation, Paris, Clancier-Guénaud, 1984
  • COIGNARD Cindy, Recherches sur les militantes du Parti Ouvrier d’Unification Marxiste. (1935-1980). Une contribution à l'Histoire sociale du genre. Tome I, Université Paris 8-Vincennes, 2013, 610 p., https://octaviana.fr/document/181110113#?c=0&m=0&s=0&cv=0
  • (ca) Gentil Puig i Moreno, « Homenatge a Teresa Rebull », Vallespir, no 12,‎ hivern 2016, p. 27-28
  • Teresa Rebull (trad. du catalan par André Vinas et Christine Lavaill), En chantant [« Tot cantant »], Baixas, Balzac Editeur, , 235 p. (ISBN 2-913907-41-5)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]