Terence Trent D'Arby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Terence Trent d'Arby)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Terence Trent D'Arby
Surnom Sananda Maitreya
Nom de naissance Terence Trent Howard
Naissance (57 ans)
Manhattan (New York), États-Unis
Genre musical vocaliste et musicien
Instruments guitare, piano, basse, percussions
Années actives 1986 à aujourd'hui
Influences rock soul, funk, R&B

Terence Trent D'Arby, de son vrai nom Terence Trent Howard, né le à New York, est un chanteur et musicien multi-instrumentiste américain. Il se fait aujourd'hui appeler Sananda Maitreya.

Il joue de la guitare, du piano, de la basse et des percussions. Il allie la musique soul, R&B, reggae, funk et jazz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Terence Trent D'Arby est le fils de Frances Howard, chanteuse de gospel et éducatrice à New York, qui l'élève avec son mari le révérend James Benjamin Darby, son beau-père, qui l'a reconnu à l'âge de 7 ans. Dans son enfance, il chante à la chorale de son école et est rédacteur en chef du journal scolaire[1]. Il passe sa jeunesse dans plusieurs villes des États-Unis, notamment à New York, où il est né, puis à Chicago, dans le New Jersey et en Floride. Il entreprend des études de journalisme à Orlando puis s’engage dans l’armée qu’il quittera 18 mois plus tard pour se lancer avec succès dans la musique.

Faisant partie du régiment de l'U.S. Army basé à Hambourg (dont Elvis Presley avait été membre), il commence sa carrière dans un groupe de rock allemand[1] nommé The Touch.

Il s’établit à Londres en 1986. Un an après, la sortie de son premier album chez CBSIntroducing the Hardline According to Terence Trent D'Arby le propulse au sommet des ventes, le disque se vendant à 1 million d'exemplaires en trois jours[2], dépassant par la suite les 14 millions d’exemplaires[3]Source insuffisante . Il est alors mondialement reconnu et ses tubes (If You Let Me Stay, Wishing Well, Dance Little Sister, Sign Your Name) feront de lui un immense artiste.[non neutre] Il raflera par la suite de nombreuses récompenses à travers le monde dont un Grammy Award en 1988 dans la catégorie Meilleure Performance vocale R&B. À l'époque de son succès commercial considérable, il était considéré comme l'égal d'artistes tels que Prince ou Michael Jackson[4] et en émule de James Brown[5], il imitait les pas de danse du « Godfather of soul » sur scène : grands écarts américains, pas glissés très rapides, etc.[réf. nécessaire] Il est également comparé à Lenny Kravitz[5].

Mais le succès est éphémère, et ses albums suivants connaîtront un succès déclinant : Neither Fish Nor Flesh[6] en 1989, Symphony Or Damn[7] en 1993, Vibrator[8] en 1995.

En 1999 il a remplacé Michael Hutchence (mort fin 1997) comme chanteur du groupe INXS, lors de l'inauguration du Stadium Australia à Sydney, construit pour les jeux olympiques d'été de 2000.

WildCard[9] en 2001 est l'album de son indépendance[De quoi ?].

Depuis 2001, l’artiste a changé son nom en Sananda Maitreya[pourquoi ?], qui est devenu aussi son nom artistique[10].

Ensuite, avec son propre label indépendant TreeHouse Pub, il fait sortir ses albums de la série « Post Millennium Rock[11] » à un rythme régulier d'un tous les deux ans : le double album Angels & Vampires[12] en 2006, Nigor Mortis[13] en 2008, The Sphinx[14] en 2011, Return To Zooathalon[15] en 2013, The Rise Of The Zugebrian Time Lords[16] en 2015 (un double album avec trois reprises de chansons des Beatles), et Prometheus & Pandora[17] (triple album publié le 13 Octobre 2017[18]).

Il réside aujourd’hui en Italie avec sa famille et il est très actif dans la scène musicale européenne.[précision nécessaire]

Le 30 juin 2003, il épouse l'architecte et journaliste Francesca Francone à Assisi en Italie[1].

Il a fait plusieurs concerts en Suisse, en Italie, en Espagne, en France (Arles, le 31 octobre 2007, Paris le 5 novembre 2007), au Japon en 2012 et en Italie en 2018.

Les vidéos sont toutes disponibles sur YouTube.[pertinence contestée]

Principaux succès (en tant que Terence Trent D'Arby)[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Sous le nom Terence Trent D'Arby[modifier | modifier le code]

Sous le double nom Terence Trent D'Arby / Sananda Maitreya[modifier | modifier le code]

Sous le nom Sananda Maitreya[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Heimat II: A Chronicle of a Generation (série télévisée, épisode : Kennedys Kinder)
  • 1999 : Shake, Rattle and Roll: An American Love Story as Jackie Wilson (mini-série télévisée)
  • 1999 : Clubland as Toby (film de Mary Lambert)
  • 2000 : Static Shock (série télévisée, épisode : They're Playing My Song (DJ Rock))

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Kate Mossman, « TTDA il n'y a plus d'après », Vanity Fair no 32, février 2016, pages 146-157.
  2. « Sananda Maitreya », sur web.archive.org, (consulté le 27 janvier 2019)
  3. (en) « 30 Years Ago: Terence Trent D'Arby's Big Talk Defines His Big Hit 'Hardline' », sur Diffuser.fm (consulté le 15 novembre 2018)
  4. (en) Ben Greenman, « Whatever Happened to Terence Trent D’Arby? », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le 27 janvier 2019)
  5. a et b (en-US) « TRIBUTE: Celebrating 30 Years of Terence Trent D’Arby’s ‘Introducing the Hardline According to...’ », sur Albumism (consulté le 27 janvier 2019)
  6. (en) « Neither Fish nor Flesh », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  7. (en) « Symphony or Damn », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  8. (en) « Vibrator (album) », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  9. (en) « Wildcard (album) », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  10. (en) Paul Lester, « Why Terence Trent D'Arby became Sananda Maitreya: 'It was that or death' », sur the Guardian, (consulté le 15 novembre 2018)
  11. (it) « Il post millenium rock di Sananda Maitreya » musicZoom », sur www.musiczoom.it (consulté le 15 novembre 2018)
  12. Angels & Vampires - Limited Edition, Treehouse Publishing (lire en ligne)
  13. (en) « Nigor Mortis », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  14. (en) « The Sphinx (album) », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  15. (en) « Return to Zooathalon », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  16. (en) « The Rise of the Zugebrian Time Lords », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  17. (it) « Sananda Maitreya - Prometheus & Pandora », sur Discogs (consulté le 15 novembre 2018)
  18. (it) Greg Marzi, « Esce oggi "Prometheus & Pandora", il nuovo album di Sananda Maitreya », Spettakolo!,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]