Terence Trent D'Arby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Terence Trent D'Arby
Surnom Sananda Maitreya
Nom de naissance Terence Trent Howard
Naissance (55 ans)
Manhattan (New York), États-Unis
Genre musical vocaliste et musicien
Instruments guitare, piano, basse, percussions
Années actives 1986 à aujourd'hui
Influences rock soul, funk, R&B

Terence Trent D'Arby, de son vrai nom Terence Trent Howard, né le à New York, est un chanteur et musicien multi-instrumentiste américain. Il se fait aujourd'hui appeler Sananda Maitreya.

Il joue de la guitare, du piano, de la basse et des percussions. Il allie la musique soul, R&B, reggae, funk et jazz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Terence Trent D'Arby est le fils de Frances Howard, une institutrice et chanteuse de gospel, qui l'élève avec le révérend James Benjamin Darby, son beau-père ; il est un enfant illégitime élevé avec son autres, qui étaient reconnus. Dans son enfance, il chante à la chorale de son école et est rédacteur en chef du journal scolaire[1]. Il passe sa jeunesse dans plusieurs villes des États-Unis, notamment à Chicago, dans le New Jersey et en Floride. Il entreprend des études de géomètre à Orlando puis s’engage dans l’armée qu’il quittera 18 mois plus tard pour se lancer avec succès dans la musique.

Faisant partie du régiment américain basé à Hambourg (dont Elvis Presley avait été membre), il commence sa carrière dans un groupe de funk allemand[1].

Il s’établit à Londres en 1986 et sa vie bascule un an après avec la sortie de son premier album chez CBS/SONY Introducing the Hardline According to Terence Trent D'Arby, qui le propulse au sommet avec des ventes dépassant les 12 millions d’exemplaires. Il est alors mondialement reconnu et ses tubes (If You Let Me Stay, Wishing Well, Dance Little Sister, Sign Your Name) feront de lui un immense artiste. Il raflera par la suite de nombreuses récompenses à travers le monde dont un Grammy Award en 1988 dans la catégorie Meilleure Performance vocale R&B. À l'époque de son succès commercial considérable, il était l'égal d'artistes tel que Prince ou Michael Jackson et en digne héritier de James Brown, il imitait les pas de danse du parrain de la soul sur scène: grands écarts américains, pas glissés très rapides, etc.

Suivront à ce jour sept autres albums au succès moins significatifs mais néanmoins appréciés.

Selon lui, la cause de l'échec de la suite de sa carrière est dû à Sony, qui n'aurait pas voulu promouvoir son album Neither fish nor flesh[1].

Il est en 1999 chanteur d'INXS.

Depuis 2001, l’artiste a décidé de changer de nom et se fait désormais appeler Sananda Maitreya. Il réside aujourd’hui en Italie, a quitté les majors compagnies. Ses projets discographiques (Angels & Vampires volumes I et II) sont distribués exclusivement sur son site internet.

Le 30 juin 2003, il épouse le mannequin Francesca Francone en Italie[1].

À la rentrée 2007, Sananda était de retour avec une tournée qui l’a mené en Suisse, Italie, Espagne et la France (Arles, le 31 octobre et Paris, le 5 novembre).

Le , il s'est produit en soirée à Genève (Suisse) au Geneva ARENA à l’occasion du Geneva World Peace Festival.

Le , il annonce son soutien à la cause du mariage homosexuel.

Principaux succès (sous l'ancien nom)[modifier | modifier le code]

  • Wishing well (1987). Classé dans les meilleures ventes du Top 50 en en France.
  • Sign your name (1987). Arrivé dans les hits parades français en .
  • Delicate (duo avec Des'ree - 1993). Son dernier titre diffusé sur les ondes en France en .

Discographie[modifier | modifier le code]

Sous Terence Trent D'Arby[modifier | modifier le code]

Sous Terence Trent D'Arby/Sananda Maitreya[modifier | modifier le code]

Sous Sananda Maitreya[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Heimat II : A Chronicle of a Generation (série télévisée, épisode : Kennedys Kinder)
  • 1999 : Shake, Rattle and Roll : An American Love Story as Jackie Wilson (mini-série télévisée)
  • 1999 : Clubland as Toby (film de Mary Lambert)
  • 2000 : Static Shock (série télévisée, épisode : They're Playing My Song (DJ Rock))

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Kate Mossman, « TTDA il n'y a plus d'après », Vanity Fair n°32, février 2016, pages 146-157.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]