Tercis-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tercis-les-Bains
Tercis-les-Bains
La maison capcazalière.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Dax
Intercommunalité Grand Dax Agglomération
Maire
Mandat
Hikmat Chahine
2020-2026
Code postal 40180
Code commune 40314
Démographie
Population
municipale
1 307 hab. (2021 en augmentation de 10,39 % par rapport à 2015)
Densité 128 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 20″ nord, 1° 06′ 33″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 62 m
Superficie 10,19 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Dax
(banlieue)
Aire d'attraction Dax
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Dax-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Tercis-les-Bains
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Tercis-les-Bains
Géolocalisation sur la carte : Landes
Voir sur la carte topographique des Landes
Tercis-les-Bains
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Tercis-les-Bains
Liens
Site web http://www.mairie-tercislesbains.fr/

Tercis-les-Bains [tɛʁsis le bɛ̃] est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département des Landes (région Nouvelle-Aquitaine). C’est un centre thermal historique.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pendant l'Antiquité, le village est nommé par les romains Tercis Leucis (en français « trois lieues »), car il est situé à trois lieues de Dax[Note 1] sur la route vers Bayonne[1],[2]. Ses habitants sont nommés Tercisiens et Tercisiennes[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune appartient à l'aire d'attraction de Dax et à l’agglomération du Grand Dax. Elle est située au confluent de l'Adour et du Luy.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Angoumé, Dax, Heugas, Mées, Oeyreluy, Rivière-Saas-et-Gourby et Siest.

Communes limitrophes de Tercis-les-Bains[4]
Angoumé Mées Dax
Rivière-Saas-et-Gourby Tercis-les-Bains Oeyreluy
Siest Heugas

Climat[modifier | modifier le code]

Historiquement, la commune est exposée à un climat océanique aquitain[5]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Littoral charentais et aquitain, caractérisée par une pluviométrie élevée en automne et en hiver, un bon ensoleillement, des hiver doux (6,5 °C), soumis à la brise de mer[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 284 mm, avec 12,5 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[7]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Dax à 6 km à vol d'oiseau[8], est de 14,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 155,2 mm[9],[10]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Tercis-les-Bains est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine de Dax, une agglomération intra-départementale regroupant 13 communes[15] et 52 496 habitants en 2021, dont elle est une commune de la banlieue[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dax dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 60 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (61,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (69,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (28,6 %), prairies (26,9 %), forêts (26,2 %), zones urbanisées (11,3 %), zones agricoles hétérogènes (5,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,1 %)[20]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Tercis-les-Bains est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, mouvements de terrains et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses, et à un risque particulier : le risque de radon[21]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[22].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du territoire à risques importants d'inondation (TRI) de Dax, regroupant 13 communes concernées par un risque de débordement de l'Adour et du Luy, un des 18 TRI qui ont été arrêtés fin 2012 sur le bassin Adour-Garonne[23]. Les événements significatifs antérieurs à 2014 sont les crues de l'Adour de 1770, 1879, 1952, 1981 et 2014. La crue du est la plus forte crue enregistrée. La crue de février 1952 constitue quant à elle la crue de référence sur de nombreux secteurs du bassin de l’Adour. Des cartes des surfaces inondables ont été établies pour trois scénarios : fréquent (crue de temps de retour de 10 ans à 30 ans), moyen (temps de retour de 100 ans à 300 ans) et extrême (temps de retour de l'ordre de 1 000 ans, qui met en défaut tout système de protection)[24]. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1988, 1999, 2009, 2014 et 2020[25],[21].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des affaissements et effondrements liés aux cavités souterraines (hors mines) et des tassements différentiels[26]. Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, un inventaire national permet de localiser les éventuelles cavités souterraines sur la commune[27].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Tercis-les-Bains.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 24,7 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (19,2 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 522 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 74 sont en aléa moyen ou fort, soit 14 %, à comparer aux 17 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[28],[Carte 2].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par des mouvements de terrain en 1999[21].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une ou des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[29].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Selon la classification de 2018, la commune de Tercis-les-Bains est classée en zone 2, à savoir zone à potentiel radon faible mais sur lesquelles des facteurs géologiques particuliers peuvent faciliter le transfert du radon vers les bâtiments[30].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est fondé pendant l'antiquité entre l’Adour et le Luy. Au Moyen Âge, il est centré sur le château du Peyrous, l’église du Bénédit, centre du premier archiprêtré de Dax en 1280, les thermes, transformés en léproseries pour soigner les maladies de peau notamment des croisés, et le vimport, qui sert d’escale aux bateaux qui naviguent sur l’Adour entre Mont-de-Marsan, Dax, Labenne et Bayonne[1].

En 1663, Jean du Val, seigneur de Tercis, obtient de Louis XIV la création d’un marché se déroulant tous les mardis. En 1685, Tercis est érigé en marquisat. À cette époque, la reine d’Espagne Marie-Anne de Neubourg, l’amiral Louis Charles du Chaffault de Besné et le corsaire Étienne Pellot viennent à Tercis pour s’y soigner. À cause des crues du Luy et de la chute en ruine du Peyrous et de l’église, le centre du village se déplace au nord des thermes, hors d’atteinte des crues et inondations. Son secteur agricole devient florissant grâce à la déforestation, le défrichage, l’assainissement et l’ensemencement des sols et les plantations[1]. À la fin du XVIIIe siècle, le magistrat et géologue Jacques-François de Borda d'Oro mène des fouilles archéologiques à Tercis, où il découvre de nombreux silex et carbonates[31]. Les archives départementales des Landes conservent quatre cadastres de la commune réalisés par les géomètres de Comeau et Nolibois : une vue générale de la commune, la section A, dite du Vimport, la section B, dite du Bourg et la section C dite de Corta[Carte 3].

En 1830, la nouvelle église, bâtie à l’aide des matériaux de l’ancienne, est ouverte au culte. Deux ponts à péages sont bâtis : sur le Luy en 1848 et sur l’Adour en 1853. Le peintre et maire Paul Joseph Corta fait bâtir le château Lartigue en 1885. À cette époque, Eugène Bure, comte d’Orx et fils naturel de Napoléon III, se soigne aux thermes[1].

En 1937, la commune change son nom de Tercis à Tercis-les-Bains, et est érigée sur le rond-point de la vierge une statue dédiée à Notre-Dame des voyageurs, qui aurait sauvé un groupe de Tercisiens lors du déraillement de leur train pendant un pèlerinage vers Rome. Pendant l’après guerre, on compte parmi les curistes l’actrice Simone Berriau et l’écrivain Pierre Benoit. Des lotissements sont construits grâce à la finalisation, en 1973, des systèmes d’adduction d'eau et, en 1983, de la station d’épuration. Sont construits : une nouvelle mairie en 1977, une salle de sport en 1981, un nouveau pont sur l’Adour en 1989, une cantine scolaire en 1992, une bibliothèque-médiathèque en 2003, une nouvelle mairie en 2008, une maison médicale en 2009 et une salle multi-activités en 2010. Les thermes ferment en 2005 et le lavoir est réaffecté en 2008[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Tercis-les-Bains Blason
Coupé: au 1er parti au I d'azur à la fontaine jaillissante de huit jets d'argent, au II d'argent au fossile d'ammonite au naturel, au 2e de sinople à trois bornes gauloises d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 avril 2011 Jean-Marc Dubis MoDem Retraité
mai 2011 2020 Geneviève Scarsi MoDem Retraitée
2020 En cours Hikmat Chahine    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[33]. En 2021, la commune comptait 1 307 habitants[Note 4], en augmentation de 10,39 % par rapport à 2015 (Landes : +4,9 %, France hors Mayotte : +1,84 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
399326342514550561590617655
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
698700742673688712682675692
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
679633640602595582571549535
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5546006127909661 0351 1461 1641 184
2021 - - - - - - - -
1 307--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église[modifier | modifier le code]

En 1819, Henri-Nicolas de Caupenne de Saint-Pée (mort à Dax en 1835) projette la création d’une église à Tercis. En 1821, l’architecte départemental Augustin Artaud (ou Arthaud). Il dirige les travaux qui sont menés de 1825 au par l’entrepreneur Thévenin. Un plan de clocher est dessiné entre 1847 et 1848 et il est construit en 1848 par Boubé, architecte municipal de Dax[36].

C’est une église de style néoclassique, avec un vaisseau rectangulaire unique entouré de trois galeries à arcades en plein cintre sur des piliers carrés. Elle est éclairée par des fenêtres hautes cintrées, et sa tribune sur le mur occidental est posée sur deux colonnes toscanes. Le clocher porche est coiffé d’un toit à l’impériale et d’une flèche octogonale en ardoise. La sacristie barlongue est située au sud-est, et le presbytère à l’est. Les murs sont composés de moellon calcaire couvert d’enduit, et les piliers des arcades extérieures et les encadrements des baies sont en pierre de taille[36].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Maires de la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Joseph Corta naît le à Dax[37]. Peintre de genre, il est l’élève d’Achille Zo et de Léo Drouyn. Son œuvre demeure méconnue du grand public car il peint majoritairement pour sa famille et ses amis. Plusieurs de ses œuvres sont néanmoins inscrites à l’inventaire général du patrimoine culturel[38]. Il est maire de la Tercis, et fait construire en 1885 le château Lartigue face à Pey, Saint-Lon-les-Mines et les Pyrénées[1]. Il meurt le dans la commune[37];
  • Jean-Marc Dubis est agriculteur et maire de Tercis de 1995 à sa mort en à l’âge de soixante-six ans[SO 1]. Il est membre de la société d’agriculture des Landes et propriétaire de la ferme familiale[SO 2]. Il est inhumé le dans le cimetière de Tercis en présence d’un millier d’habitants[SO 3]. Le parc du centre-bourg est nommé en son honneur lors de son inauguration le en présence de Jean-Pierre Dufau[SO 4].
  • Geneviève Scarsi, alors première adjointe, est élue à l’unanimité par le conseil municipal le par le conseil municipal pour le remplacer[SO 5]. Elle prononce ses vœux dans la salle de la Capranie le [SO 6].
  • Hikmat Chahine est élu maire en 2020 à l’unanimité des 328 votants dans la liste « Tercis proche de vous »[39]. Il est quatrième vice-président du Grand Dax Agglomération en charge des finances[40].

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

  • Claude Boniface naît le dans la commune[41]. Il joue pour le club de rugby à XV de l'Union sportive dacquoise en junior (il est même capitaine de l'équipe) et remporte à deux reprises la coupe Frantz-Reichel en 1949 et 1950. En sénior, il atteint la finale du championnat de France 1956, mais les dacquois sont vaincus par le FC Lourdes[42]. Il est cafetier en parallèle de sa carrière sportive, et il meurt le à Dax à l’âge 72 ans[41];
  • Michel Lathière, médecin thermal originaire de la région parisienne s’installe dans la commune dans les années cinquante ou soixante. Après trente ans de carrière, il se consacre à l’écriture et à l’histoire locale. Il publie notamment une histoire de la commune basée sur des archives et témoignages intitulée Tercis, d'hier et d'aujourd'hui[SO 7],[SO 8]. Il meurt le dans la commune[SO 9];
  • Dominique Espil, religieux catholique. Formé dans des séminaires à Aire-sur-l'Adour puis à Bayonne, il fait partie de l’équipe itinérante du jour du seigneur, et est ordonné prêtre à Bayonne. Il officie d’abord dans des lycées de Mont-de-Marsan, puis devient curé de Saint-Perdon, et est ensuite nommé aumônier des arènes du Plumaçon[SO 10]. Enfin, il devient curé de la paroisse de Saint-Joseph des Barthes à Tercis[SO 11],[SO 12], à ce poste, il défend et contribue à démarginaliser la communauté manouche[SO 10];
  • Daniel Grocq, boulanger né à Saubusse et installé à Tercis qui se fait connaître pour ses courriers au journal Sud Ouest, qui sont régulièrement publiés. Il est également président du racing club de Dax, du Corpo club landais, impliqué dans de nombreuses associations et conseiller municipal de Tercis[SO 13].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Simonet 2020] Aurélien Simonet, Tercis (Landes) : un premier jalon du Gravettien récent des Pyrénées, Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, , 13 p. (présentation en ligne, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Alors nommée à Aquae Tarbellicae.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jefferson Desport, « Landes : Jean-Marc Dubis, le maire de Tercis, est décédé », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  2. Jefferson Desport, « Jean-Marc Dubis est décédé, il avait 66 ans », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  3. E. St.-G., « Un humaniste estimé », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  4. Isabelle Chambon, « Le parc Jean-Marc-Dubis a été inauguré », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  5. Isabelle Chambon, « Geneviève Scarsi a été élue maire », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  6. Isabelle Chambon, « Les vœux de Mme le maire sur les pas de Jean-Marc Dubis », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  7. Isabelle Chambon, « Tercis, d’hier et d’aujourd’hui », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  8. Isabelle Chambon, « Le docteur Lathière a eu du succès », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  9. « Décès de Michel Lathière », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  10. a et b Christian Seguin, « Portrait : le Landais Dominique Espil, curé de première ligne », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  11. « Dominique Espil change de paroisse », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  12. Romain Cazade, « Soirée hommage à Dominique Espil », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  13. Philippe Miquel, « Tercis-les-Bains : Daniel Grocq, le lecteur qui écrit », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  • Autres références
  1. a b c d e et f « Histoire : extrait de « Terciis à Tercis les Bains », histoire d’un village par Michel Lathière », sur Mairie de Tercis-les-Bains.
  2. Bulletin de la Société de Borda, vol. 131, Dax, Société de Borda, (présentation en ligne, lire en ligne), p. 112.
  3. « Tercis-les-Bains (40180) », sur habitants.fr.
  4. Carte IGN sous Géoportail
  5. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (ORACLE) en Nouvelle-Aquitaine. » [PDF], sur haute-vienne.chambre-agriculture.fr, (consulté le ), p. 2.
  6. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  7. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « Orthodromie entre Tercis-les-Bains et Dax », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France « Dax » (commune de Dax) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Station Météo-France « Dax » (commune de Dax) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  12. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 de Dax », sur insee.fr (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  21. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Tercis-les-Bains », sur Géorisques (consulté le ).
  22. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  23. « Liste des territoires à risque important d'inondation (TRI) de 2012 sur le bassin Adour-Garonne »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Cartographie des risques d'inondations du TRI de Dax », sur nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Dossier départemental des risques majeurs des Landes »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur landes.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  26. « Dossier départemental des risques majeurs des Landes »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur landes.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  27. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Tercis-les-Bains », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  28. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  29. « Dossier départemental des risques majeurs des Landes »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur landes.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  30. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le ).
  31. Gilles Serge Odin, Le catalogue du cabinet de curiosités de Jacques-François Borda d'Oro (1718-1804), bicentenaire d'une collection régionale de roches et de fossiles., Comité français d'histoire de la géologie, (lire en ligne).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  36. a et b Jean-Philippe Maisonnave, « Église paroissiale Saint-Pierre », sur Base Mérimée, .
  37. a et b « Paul Joseph Corta (1837-1900) », sur data.bnf.fr.
  38. Anne de Beaupuy et Christian Lacrouts, Paul Joseph Corta (1837-1900): un artiste oublié des Landes, Paris, L'Harmattan, , 181 p. (ISBN 978-2-343-16783-1, EAN 9782343167831, présentation en ligne, lire en ligne).
  39. « Résultats élections municipales 2020 : Tercis-les-Bains (40180) », La Croix,‎ (lire en ligne).
  40. « Chahine Hikmat », sur Grand Dax Agglomération.
  41. a et b « Claude Boniface », sur Finales Rugby.
  42. Étienne Dussarrat, Marcel Bordenave, Bernard Dussarrat et al. (préf. Pierre Albaladejo), Un Siècle de sports : 1904-2004, Dax, Aquitaine Presse, , 192 p. (ISBN 2-9520620-1-3, BNF 41007221, présentation en ligne), p. 24-25 & 30.