Tercé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tercé
Tercé
Carrière de Normandoux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Poitiers
Canton Chasseneuil-du-Poitou
Intercommunalité Grand Poitiers
Maire
Mandat
Christian Richard
2014-2020
Code postal 86800
Code commune 86268
Démographie
Population
municipale
1 116 hab. (2016 en augmentation de 2,67 % par rapport à 2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 31′ 03″ nord, 0° 33′ 53″ est
Altitude Min. 96 m
Max. 136 m
Superficie 23,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Tercé

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Tercé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tercé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tercé

Tercé est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Tercéens et les Tercéennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Tercé est située à 19 km au sud-est de Poitiers, qui est la plus grande ville aux alentours.

La commune est proche du parc naturel régional de la Brenne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les villes voisines de Tercé sont : Pouillé, Jardres, Fleuré, Saint-Julien-l'Ars et Valdivienne.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région de Tercé présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées. Le terroir se compose[1], sur les plateaux du seuil du Poitou, de terres de brandes pour 42 %, de terres fortes pour 32 % et de bornais (ce sont des sols brun clair sur limons, profonds et humides, à tendance siliceuse) pour 26 %.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aucun cours d’eau n'a été recensé sur le territoire de la commune.

232 mares ont été répertoriées sur l’ensemble du territoire communal. Nombreuses dans la Vienne, elles ont été créées par l'homme, notamment pour répondre aux besoins en eau des habitants (mares communautaires), du cheptel ou à la suite d'activités extractives (argile, marne, pierres meulières). Très riches au niveau botanique, elles jouent un rôle majeur pour les batraciens (tritons, grenouilles), les reptiles (couleuvres) et les libellules. Elles sont un élément symbolique du patrimoine rural et du maintien de la biodiversité en zone de plaine et de bocage[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les gares les plus proches de Tercé se trouvent à Mignaloux-Beauvoir à 11,74 km, Lussac-les-Châteaux à 17,15 km, gare de Dissay à 23,53 km, gare de Poitiers à 19,14 km et Chasseneuil-du-Poitou à 20,97 km.

L'aéroport et l'aérodrome les proches de Tercé sont :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Tercé : situé sur la troisième borne borne leugaire de la voie gallo-romaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ligne de démarcation traversait la commune[3], du 22 juin 1940 au 1er mars 1943, laissant le chef-lieu en zone occupée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, Tercé est dans le canton de Chasseneuil-du-Poitou (n° 1) du département de la Vienne. Avant la réforme des départements, Tercé était dans le canton n° 24 de Saint-Julien-l'Ars dans la 1re circonscription.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2001 François Jallais DVG  
mars 2001 réélu en 2008[4] Christian Richard PS historien

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 1 116 habitants[Note 1], en augmentation de 2,67 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
354329323378366415415412396
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
426432425489553649718686712
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
733747834741769696715673695
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6306475988269521 0151 0551 0611 067
2013 2016 - - - - - - -
1 1151 116-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’INSEE, la densité de population de la commune était de 45 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Les dernières statistiques démographiques pour la commune ont été fixées en 2009 et publiées en 2012. Il ressort que la mairie administre une population totale de 1 085 personnes. À cela il faut soustraire les résidences secondaires (21 personnes) pour constater que la population permanente sur le territoire de la commune est de 1 064 .

La répartition de la population, en 2010 était la suivante : 52,4 % d'hommes pour 47,6 % de femmes.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Poitiers (rectorat de Poitiers) et son école maternelle (114 places) dépend de l'inspection académique de la Vienne.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[9], il n'y a plus que 11 exploitations agricoles en 2010 contre 22 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 1 497 hectares en 2000 à 1 359 hectares en 2010. 45 % sont destinées à la culture des céréales (en blé tendre essentiellement mais aussi un peu d'orge), 38 % pour les oléagineux (2/3 en colza et 1/3 en tournesol), 6 % pour le fourrage et 2 % restent en herbe. En 2000, un hectare (zéro en 2010) était consacré à la vigne[9].

Trois exploitations en 2010 (contre cinq en 2000) abritent un élevage de bovins (87 têtes en 2010 contre 110 têtes en 2000). L'élevage d'ovins a connu une très forte baisse : 1 005 têtes en 2000 répartis sur neuf fermes contre 405 têtes en 2010 répartis sur six fermes[9]. Cette évolution est conforme à la tendance globale du département de la Vienne. En effet, le troupeau d’ovins, exclusivement destiné à la production de viande, a diminué de 43,7 % de 1990 à 2007[10].

La transformation de la production agricole est de qualité et permet aux exploitants d’avoir droit, sous conditions, aux appellations et labels suivants :

  • Chabichou du Poitou (AOC)
  • Beurre Charente-Poitou (AOC)
  • Beurre des Charente (AOC)
  • Beurre des Deux-Sèvres (AOC)
  • Veau du Limousin (IGP)
  • Agneau du Poitou-Charentes (IGP)
  • Jambon de Bayonne (IGP)

Commerce[modifier | modifier le code]

Selon l'INSEE, en 2009, il ne restait plus que deux commerces, une épicerie et un magasin de meubles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

  • Musée de la Seconde Guerre mondiale[11] date de 2004. Sa gestion est assurée par une association : l'association pour la Valorisation et l'Animation du Patrimoine Rural en Vienne et Moulière (VAPRUM). Il était logé dans un ancien presbytère. Après deux ans de travaux, le musée a déménagé en 2015, dans un nouveau site. Il se compose de salles de présentation des collections permanentes de 150 m2, d'une petite salle de conférence, d'une salle dstinée aux expositions temporaires et d'une réserve de 80 m2. Il rassemble une soixantaine de panneaux explicatifs et environ 300 pièces : des armes, des masques à gaz, des uniformes mais aussi des objets de la vie quotidienne et des parachutes. Ces derniers étaient en effet récupérés par les résistants pendant le conflit afin d'être utilisés pour confectionner des vêtements dont certains sont exposés au musée. Un point de contrôle allemand, installé sur la ligne de démarcation, passant à quelques kilomètres seulement de Tercé, a été reconstitué. Une maquette du camp d'internement de Rouillé réalisé par une collégienne est également exposée. Le musée de la Seconde Guerre mondiale est le seul musée public sur ce thème dans le département de la Vienne.
  • La carrière de Normandoux, espace d’art contemporain comprenant entre autres un hôtel ainsi qu'un restaurant et un spa. La carrière abrite une salle de vidéo projection en plein air projetant des reportages "Microcosmos".

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Illustration filmée : émission La Carte Au Trésor diffusée sur France 3 le 6 juillet 2009.

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charente - 2007
  2. Mares répertoriées par maille, d’après cartes IGN, dans l’Inventaire des mares de Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature 2003
  3. Jean-Henri Calmon et Jean-Clément Martin (dir.), Occupation, Résistance et Libération dans la Vienne en 30 questions, La Crèche, Geste éditions, coll. « 30 questions », (ISBN 2-910919-98-6), p. 63, carte p 5
  4. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. a b et c Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  10. Agreste – Bulletin n°12 de Mai 2013
  11. Fabienne Maurice, « Un nouveau don au musée », Centre Presse, 7 août 2010, p. 23.