Templiers dans le monde germanique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec la société des Templiers, un courant religieux protestant né en Allemagne au XIXe siècle.
Ni avec les chevaliers de l'Ordre Teutonique, fortement implantés en Allemagne à partir du XIIe siècle et qui existent toujours comme organisation caritative

L'histoire de l'ordre du Temple au Moyen Âge ne se limite pas à celle des croisades ni à celle de l'Europe de l'Ouest, même si le sujet n'a pas été traité avec autant d'ampleur. On constate que la présence des templiers en Europe centrale n'était pas anecdotique mais celle-ci ne deviendra significative qu'à partir du XIIIe siècle. Le point de départ de leur expansion dans la région se situant dans l'Allemagne d'aujourd'hui et en Croatie[n 1].

EU-Germany.svg

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Saint-Empire romain germanique.

Aux XIIe et XIIIe siècles, l'Allemagne n'existait pas et ce territoire faisait partie du Saint-Empire romain comprenant comme entités géopolitiques majeures les duchés de Bavière, Franconie, Saxe et Souabe ainsi que la marche de Brandebourg. Il y a lieu de distinguer quatre périodes marquantes du Saint-Empire couvrant celle où les templiers ont existé.

CentralEurope.png

Cependant, l'histoire de cet ordre militaire en Europe centrale nécessite plutôt de séparer les quatre phases suivantes[1]:

  • Le XIIe siècle (les premières donations)
  • La première moitié du XIIIe siècle à la suite de la troisième croisade (naissance de la province d'Allemagne)
  • Le milieu et la fin du XIIIe siècle (l'expansion de cette province puis sa scission en trois provinces)
  • La chute de l'ordre (le procès des templiers allemands)

Les premières donations[modifier | modifier le code]

Étudier la présence des templiers en Allemagne au XIIe siècle en se basant strictement sur les chartes de donation n'est pas forcément exhaustif car ceux-ci privilégiaient avant tout leur action en Terre-Sainte et les moyens de la financer. Leur priorité étant de recruter des hommes, du matériel ainsi que de l'argent[2].

Les premières donations suivent de très près la création de l'ordre et on les trouve dès 1130 en Basse-Saxe puis dès 1157, Albert Ier de Brandebourg leur octroie des terres près de la rivière spree. L'importance de ces maisons était limitée car cela aurait nécessité des moyens humains et un coût d'entretien préjudiciable à leurs besoins dans les états latins d'Orient. Lorsque ces donations concernaient des fiefs ou des églises, ils étaient plus enclins à s'en séparer comme en 1168 lorsqu'ils vendirent deux villages bavarois au comte palatin Otton de Wittelsbach[n 2]. On remarque qu'à cette époque, leurs biens en Bavière dépendaient du précepteur de Lombardie et on ne trouve mention d'un précepteur pour la Teutonie qu'à partir de 1208[2].

Dater cette présence à partir des donations ou en déduire la date de fondation des commanderies s'avèrerait inexact car dans certains cas, ils ne prirent jamais possession de ces biens. Le nombre des commanderies avérées au XIIe siècle était donc restreint.

En 1200 ils fondent Müncheberg (Mongberg) dans la marche de Brandebourg[3],[4].

La province d'Allemagne[modifier | modifier le code]

La province « d'Allemagne » ne se forme qu'au XIIIe siècle pendant le règne de Frédéric II de Hohenstaufen et incluait également les commanderies établies dans le royaume de Bohême, les duchés de Pologne et la Prusse teutonique[5]. Le premier maître de cette province semblant être frère Gehrard désigné par le titre de « grand précepteur pour la Teutonie, la Bohême, la moravie et la Pologne »[n 3].

L'expansion de la province ne débute vraiment qu'à partir de 1232 avec de nombreux dons comme ceux de Ladislas Odonic en présence de l’Évêque de Lebus concernant Quartschen[6](et non Custrin), de Barnim Ier le Bon dans le Duché de Poméranie, d'Henri Ier le Barbu pour le duché de Grande-Pologne, de Boleslas V le Pudique pour celui de Petite-Pologne, de Boleslas Ier de Mazovie dans le duché de Mazovie[7] et de Venceslas Ier pour le royaume de Bohême[8].

La période de maîtrise du frère Widekind confirme la fusion de cette province avec celle de Hongrie mais celle-ci pourrait être antérieure car on signale déjà un maître pour ces deux provinces lors de l'invasion des Tatars (1241)[9],[10]. Frédéric d'Alvensleben (de), avant-dernier maître de cette province[11] portait le titre de « maître en Allemagne et en Esclavonie » et est également cité comme « maître d'Allemagne et d'Italie » en 1307[n 4].

Mais la province initiale occupait une superficie telle (l'Europe centrale) que les templiers décidèrent de la fractionner aux alentours de 1290 et on trouve alors jusqu'à leur arrestation les trois sous-provinces ou baillies suivantes[12]:

  • Nord-Est : Pologne, Esclavonie, Nouvelle Marche et maître du chapitre de Quartschen ((la) Poloniam, Sclaviam, Novam terram et magister curie Quarczanes)
  • Sud-Est : Bohême, Moravie et duché d'Autriche ((la) Bohemiam, Moraviam et Austriam)[n 5]
    • Ce titre indique clairement que les templiers possédaient des biens dans ces trois régions. Une partie des commanderies ayant existé dans l'actuelle république tchèque (Bohême et Moravie) est clairement identifiée mais leur présence en Autriche fut courte car on ne les mentionne qu'à partir de 1298 dans le duché d'Autriche[13],[14].
  • Autour du Rhin : Comté palatin du Rhin

Implantation des commanderies de cette province[modifier | modifier le code]

Répartition des commanderies et maisons de l'ordre selon les régions actuelles et ce à quoi elles correspondaient au XIIIe siècle, à l'époque de cette province templière[15]:
(Liste détaillée pour chaque région)

Région actuelle Pays Au XIIIe siècle[n 6] Accès aux listes détaillées et commentaires
Bade-Wurtemberg Drapeau de l'Allemagne Allemagne Comté de Wurtemberg aucune commanderie[n 7].
Basse-Saxe Drapeau de l'Allemagne Allemagne Duché de Brunswick-Lunebourg
Bavière Drapeau de l'Allemagne Allemagne Duché de Bavière / Comté de Wurtemberg
Brandebourg Drapeau de l'Allemagne Allemagne Marche de Brandebourg
La Hesse Drapeau de l'Allemagne Allemagne Comté de Thuringe puis landgraviat de Hesse aucune commanderie mais quelques biens[n 8].
Mecklembourg-Poméranie-Occidentale Drapeau de l'Allemagne Allemagne Duché de Mecklembourg / Duché de Poméranie-Demmin aucune trace de leur présence[15].
Rhénanie-du-Nord-Westphalie Drapeau de l'Allemagne Allemagne Comté de Juliers uniquement des dépendances de la commanderie de Breisig (cf. liste dans la Rhénanie-Palatinat)
Rhénanie-Palatinat et la Sarre Drapeau de l'Allemagne Allemagne Comté palatin du Rhin (Duché de Bavière)
Saxe Drapeau de l'Allemagne Allemagne Marche de Misnie pas de présence avérée[15].
Saxe-Anhalt Drapeau de l'Allemagne Allemagne Marche de Brandebourg / Comté de Thuringe
Schleswig-Holstein Drapeau de l'Allemagne Allemagne Comté de Holstein aucune commanderie[n 9]
Thuringe Drapeau de l'Allemagne Allemagne Comté de Thuringe
Basse-Autriche Drapeau de l'Autriche Autriche Duché d'Autriche
Bohême[n 10] Drapeau de la République tchèque République tchèque Royaume de Bohême
Moravie[n 11] Drapeau de la République tchèque République tchèque Royaume de Bohême
Voïvodie de Basse-Silésie Drapeau de la Pologne Pologne Duché de Wrocław (partie de l'ancien duché de Silésie)
Voïvodie de Lubusz Drapeau de la Pologne Pologne Duché de Grande-Pologne
Voïvodie de Poméranie occidentale Drapeau de la Pologne Pologne Duché de Poméranie-Stettin
Hongrie et Croatie Drapeau de la Croatie Croatie / Drapeau de la Hongrie Hongrie Royaume de Hongrie

Procès de l'ordre (Province d'Allemagne)[modifier | modifier le code]

Selon la bulle Faciens misericordiam de 1308, le pape Clément V chargea les évêques et archevêques locaux de procéder au jugement des Templiers, et à la confiscation des biens de l'ordre, qui furent redistribués soit aux Hospitaliers, soit à l'Ordre Teutonique (bulle Ad providam de 1312). Mais de fait, peu d'arrestations de templiers eurent lieu dans cette province, et aucun d'entre eux ne fut exécuté[12].

L'archevêque de Magdebourg, Burchard III (de), avait en mai 1308, au retour d'un voyage à Poitiers auprès du pape Clément V, ordonné l'arrestation de tous les Templiers résidant dans son archevêché ; il avait ainsi emprisonné le maître d'Allemagne Frédéric d'Alvensleben (de) et les chevaliers des commanderies de Wichmannsdorf, Bollstedt (de) et Gehringsdorf (de)[16],[n 12]. Mais ceux d'entre eux qui avaient pu lui échapper s'étaient réfugiés dans le château de Beyernaumburg (de) au diocèse d'Halberstadt, et, soutenus par la noblesse du pays qui soupçonnait l'archevêque de vouloir déposséder l'ordre pour son propre compte, avaient pris une attitude menaçante. L'archevêque, en tentant de reprendre son château par un siège en règle, s'était fait excommunier par l'évêque d'Halberstadt ; les princes allemands, séculiers et ecclésiastiques, avaient pris parti contre lui, et Burchard dû relâcher ses prisonniers (19 novembre 1308), tout en maintenant la confiscation de leurs biens. L'ordre, se sentant soutenu par la noblesse et les princes, semble s'être peu préoccupé de cet appareil judiciaire[17].

Le synode de la province ecclésiastique de Mayence renvoya absous tous ceux de sa circonscription. Le synode de la province de Trêves fut réuni, et après une enquête, prononça également une sentence d'absolution. Enhardis par ces deux jugements, les Templiers essayèrent de se maintenir sur les bords du Rhin, dans le Luxembourg et le diocèse de Trêves, et probablement aussi dans le duché de Lorraine[18].

Restés sous la protection de leur famille et des seigneurs locaux, beaucoup de chevaliers se virent attribuer une rente à vie, et d'importantes indemnités durent même être versées par les Hospitaliers, en dédommagement des biens confisqués, à tel point qu'ils durent parfois, comme à Mayence, revendre les biens qui venaient de leur être attribués. Certains commandeurs templiers, devenus hospitaliers, purent même conserver leurs titres et prérogatives[12],[n 13].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Maria Starnawska et al., Regionalität und Transfergeschichte: Ritterordenskommenden der Templer und Johanniter im nordöstlichen Deutschland und in Polen, Lukas Verlag, , 649 p. (ISBN 978-3-8673-2140-2, présentation en ligne)
  • (de) Joe Labonde, Die Templer in Deutschland : eine Untersuchung zum historisch überkommenen Erbe des Templerordens in Deutschland, Bernadus-Verlag, , 451 p. (ISBN 978-3-8107-0088-9, présentation en ligne)
  • (en) Maria Starnawska, « The commanderies of the Templars in the Polish lands and their history after the end of the Order », dans Jochen Burgtorf, Paul Crawford, Helen Nicholson, The Debate on the Trial of the Templars, 1307-1314, Ashgate Publishing ltd., , 399 p. (ISBN 978-0-7546-6570-0, lire en ligne), p. 301-314
  • Nicole Bériou (dir. et rédacteur), Philippe Josserand (dir.) et al. (préf. Anthony Luttrel & Alain Demurger), Prier et combattre : Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Fayard, , 1029 p. (ISBN 978-2-2136-2720-5, présentation en ligne)
  • (de) Gerhard Volfing, Die Templer : ihr Einsatz an den Grenzen Mitteleuropas gegen die Mongolen 1241/42, Weishaupt Verlag, , 133 p. (ISBN 978-3-7059-0320-3, présentation en ligne)
  • (de) Robert Bouchal et Gabrielle Lukacs, Das geheime Netz der Templer : Wege und Spuren in Österreich, Pichler Verlag, , 192 p. (ISBN 978-3-8543-1515-5, présentation en ligne)
  • Alain Demurger, Les Templiers, une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », (1re éd. 2005), 664 p., poche (ISBN 978-2-7578-1122-1)
  • Nicolaus C. Heutger, Die Tempelherren einst und heute : zum 50. Jubiläum der Reaktivierung des Tempelherren-Ordens in Deutschland, Lukas Verlag, , 225 p. (ISBN 978-3-8673-2017-7, présentation en ligne)
  • (de) Gunther Lehmann et Christian Patzner, Die Templer in Osten deutschland, LePa-Bücher, , 183 p. (ISBN 978-3-9808-8592-8, présentation en ligne)
  • (de) Gunther Lehmann et Christian Patzner, Die Templer in Mitteldeutschland, LePa-Bücher, , 142 p. (ISBN 978-3-9808-8591-1, présentation en ligne)
  • (en) Karl Borchardt, « The templars in central Europe », dans Zsolt Hunyadi, József Laszlovszky, The Crusades and the Military Orders : Expanding the Frontiers of Medieval Latin Christianity, Central European university press, , 606 p. (ISBN 978-9-6392-4142-8, lire en ligne), p. 233-244
  • (en) Hellen J. Nicholson, The Military Orders : Welfare and Warfare, vol. 2, Aldershot and Brookfield, , XXVIII + 412 p. (ISBN 0-86078-679-X), p. 235-249
  • (en) Maria Starnawska, « Crusade orders on polish lands during the Middle Ages : Adaptation in a peripherical environment », Quaestiones Medii Aevi novae, Institut historique de l'université de Varsovie,‎
  • (en) Paul Vincent Smith, Crusade and society in eastern Europe : The Hospital and the Temple in Poland and Pomerania (1145-1370), Université de Londres, (lire en ligne)
  • (de) Helmut Lüpke et Winfried Irgang, Urkunden und Regesten zur Geschichte des Templerordens : im Bereich des Bistums Cammin und der Kirchenprovinz Gnesen, Böhlau-Verlag Gmbh, , 96 p. (ISBN 978-3-4120-5487-8, présentation en ligne)
  • (de) Michael Schüpferling, Der Tempelherren-Orden in Deutschland, Bamberg, , 264 p. (présentation en ligne)
  • Ernest Lavisse, La marche de Brandebourg sous la dynastie Ascanienne, Paris, (lire en ligne)
  • Wetzer et Welte (trad. Goschler), Dictionnaire encyclopédique de la théologie catholique, vol. XXIII, (lire en ligne)
  • Graf, Histoire des templiers en Bohême et de leur ordre en général, Prague,
  • Verdy du Vernois, « Dissertation sur l'origine du bailliage de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans l'Électorat du Brandebourg », dans Mémoires de l'académie royale des sciences et belles lettres (1788-1789) : Depuis l’avènement de Frédéric Guillaume II au Throne avec l'histoire pour le même temps, Berlin, (lire en ligne), p. 555-576
  • Claude Mansuet Jeune, Histoire critique et apologétique de l'ordre des chevaliers du temple de Jérusalem dits Templiers, (lire en ligne)
  • Pelzel, « Documents pour servir à l'histoire des templiers en Bohême et en Moravie », dans Les nouvelles dissertations de la société royale des sciences de Bohême, t. III
  • Le Roulx Delaville, Revue des Questions Historiques : Nouvelle Série, t. IV, Paris, , « III »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La province de Hongrie faisait partie des sept premières provinces mais géographiquement parlant, il s'agit de la Croatie à l'époque du royaume de Hongrie, cf. Liste des commanderies templières en Hongrie.
  2. « Au début de leur présence en Allemagne, les ordres n'admettent qu'à titre exceptionnel les dons d'églises, d'hôpitaux ou de terres, ces biens étant grevés de charges. » . cf. Karl Borchardt, « Allemagne », dans Nicole Bériou (dir. et rédacteur), Philippe Josserand (dir.) et al. (préf. Anthony Luttrel & Alain Demurger), Prier et combattre : Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Fayard, , 1029 p. (ISBN 978-2-2136-2720-5, présentation en ligne), p. 71
  3. (la) médiéval. « summus preceptor per Teutoniam, per Bohemiam, per Moraviam et per Poloniam », cf. Borchardt 2001, p. 238.
  4. Magister Domorum militiae Templi per Alemaniam et Sclavoniam, Domorum militiae Templi per Alemanniam et Italiam praeceptor humilis
  5. Le seul précepteur connu de cette province fut Ekko d'Egerberger (c. 1233-1310) entre 1292 et 1308. Le chef-lieu de cette « baillie » étant la commanderie de Scheikwitz, sise à Čejkovice en république tchèque (Moravie-du-Sud).
  6. Au moment où la province fut constituée mais comme il s'agit d'une période instable politiquement notamment pendant l'interrègne, certaines frontières ont évolué au cours de ce siècle.
  7. Pas de commanderie templière avérée, uniquement des possessions de l'Ordre de Saint-Lazare de Jérusalem
  8. Il n'existe aucune commanderie d'origine templière dans cette région mais on mentionne tout de même leur présence à Flörsheim am Main, Gernsheim, Lorch et Ober-Erlenbach (quartier de Bad Homburg vor der Höhe).
  9. à vérifier
  10. Cette liste regroupe les biens de la région historique de Bohême et non pas d'après les régions administratives (contrairement à la plupart des listes établies). Le nombre de commanderies avérées et la superficie occupée par chaque région ne le justifiait pas.
  11. cf. note sur la Bohême.
  12. cf. Liste des commanderies templières dans la Saxe-Anhalt et en Thuringe.
  13. Fr. Otto, frère du duc de Süpplingenbourg était commandeur de Brunswick et de Supplinbourg avant l'arrestation des templiers et récupéra sa fonction de commandeur de Supplinbourg après avoir intégré l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem

Références[modifier | modifier le code]

  1. Borchardt 2001, p. 234
  2. a et b Borchardt 2001, p. 235-236
  3. Labonde 2010, p. 138
  4. Lehmann et Patzner 2005, p. 39-41
  5. Demurger 2008, p. 252-253
  6. Verdy du Vernois 1793, p. 569
  7. Lavisse 1875, p. 138
  8. Mansuet Jeune 1789, p. 27
  9. Demurger 2008, p. 253
  10. Volfing 2010
  11. a préciser
  12. a b et c Borchardt 2001, p. 238-239,lire sur Google Livres
  13. Bouchal et Lukacs 2010, p. 30
  14. Schüpferling 1915, p. 176-181
  15. a b et c Inventaire des biens templiers en Allemagne établi par les chercheurs de l'université de Hambourg.
  16. Labonde 2010, p. 325
  17. Delaville 1890, p. à préciser
  18. Mansuet Jeune 1789, p. 251-253