Temple protestant de Queuleu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temple protestant
de Queuleu
Image illustrative de l’article Temple protestant de Queuleu
Présentation
Culte Réformé
Type Temple protestant
Rattachement Église protestante réformée d'Alsace et de Lorraine
Fin des travaux 1904
Style dominant néoroman
Site web templeneufmetz.orgVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Ville Metz
Coordonnées 49° 06′ 29″ nord, 6° 11′ 39″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Temple protestant de Queuleu
Géolocalisation sur la carte : Lorraine
(Voir situation sur carte : Lorraine)
Temple protestant de Queuleu
Géolocalisation sur la carte : Moselle
(Voir situation sur carte : Moselle)
Temple protestant de Queuleu
Géolocalisation sur la carte : Metz
(Voir situation sur carte : Metz)
Temple protestant de Queuleu

Le temple protestant de Queuleu est un édifice religieux situé rue du Roi Albert à Metz et inauguré en 1904. Le temple est géré par la paroisse du Temple neuf de Metz, membre de l'Union des Églises protestantes d'Alsace et de Lorraine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Pendant l’annexion, Metz se transforme sous l’action des autorités allemandes, qui décident de faire de son urbanisme, une vitrine de l’empire wilhelmien. L’éclectisme architectural se traduit par l’apparition de nombreux édifices de style néoroman, tels la Poste centrale, le temple Neuf ou une nouvelle gare ferroviaire ; de style néogothique, tels le portail de la cathédrale et le temple de Garnison, ou encore de style néo-Renaissance, tel le palais du Gouverneur. En 1901, 830 fidèles constituent un « comité pour la construction d'un nouveau temple ». L'empereur Guillaume II débloque 5 000 Goldmark pour le projet du temple de Queuleu.

Construction et aménagements[modifier | modifier le code]

Œuvre de l’architecte Ludwig Levy de Karlsruhe, l’édifice est inauguré le [1], après trois ans de travaux. Comme le temple Neuf de Metz, l’édifice est construit dans un style néoroman, mais ici très largement réinterprété. L’église est construite en grès rose et en pierre de Jaumont, caractéristique assez rare à une époque où le choix du matériau de construction n’était pas anodin. La taille des pierres joue sur le contraste entre le bossage rustique du calcaire et la finesse du grès, ainsi que sur l’effet polychrome qui en résulte.

La porte d’entrée, dotée d’un large tympan sculpté, où domine une figure christique[1], est surmontée par trois baies en plein cintre. Les murs de la nef sont rythmés par des baies en plein cintre et par deux rosaces sur les bras d’un transept non saillant. Le clocher, hors-d’œuvre, est excentré sur le côté gauche de la nef. Il est surmonté par une sorte de loggia à balconnets. Situé dans un îlot de verdure, le temple semble dominer les rues avoisinantes.

L’aménagement intérieur est asymétrique. L’espace central, sous coupole, s’ouvre sur une galerie surmontée de tribunes[1].

Porte d'entrée

Affectations successives[modifier | modifier le code]

Le temple servait à la fois pour les militaires et les civils. Cette paroisse faisait partie du consistoire réformé et accueillait beaucoup de luthériens venus des régions voisines. Aujourd’hui, l’édifice est toujours utilisé pour le culte réformé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Marie Antoinette Kuhn : Les temples protestant de Metz, Ars-sur-Moselle et Courcelles-Chaussy : architecture et mobiliers, Les cahiers lorrains, 1995, (pp. 209-210).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie Antoinette Kuhn : Les temples protestant de Metz, Ars-sur-Moselle et Courcelles-Chaussy: architecture et mobiliers, Les cahiers lorrains, 1995, pp. 203-217 (en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]