Tempête sur l'échiquier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tempête (homonymie).

Tempête sur l'échiquier
jeu de société
Description de cette image, également commentée ci-après
L'édition 2006 par Variantes regroupe les deux boîtes.
Auteurs Pierre Cléquin
Bruno Faidutti
Illustrateur Gérard Mathieu
Éditeur Ludodélire
Date de 1re édition 1991
Autre éditeur Variantes
Distributeurs
Format Jeu de cartes
Mécanismes Réflexion
Surprise
Chaos
Thème Échecs
Joueur(s) 2
Âge à partir de 10 ans
Durée annoncée 30 à 60 minutes

Tempête sur l'échiquier est un jeu de société créé par Pierre Cléquin et Bruno Faidutti et édité par Ludodélire en 1991 puis par Variantes en 1996 et 2006 et distribué par Asmodée Éditions.

Tandis que l'édition française est illustrée, avec beaucoup d'humour, par Gérard Mathieu, l'édition américaine, Knightmare Chess, a recours au style plus sombre, shakespearien, de Rogério Vilela.

Principe du jeu[modifier | modifier le code]

Tempête sur l'échiquier est une variante du jeu d'échecs. Les joueurs jouent aux échecs, mais ont aussi en main des cartes qui leur permettent de modifier le jeu de manière féerique, loufoque et imprévisible.

D'abord publié en deux boites au format tarot, Tempête sur l'échiquier et Tempête sur l'échiquier 2, le jeu est vendu depuis 2006 sous la forme d'une boite unique de 140 cartes au format belote. Il faut bien sûr un échiquier pour y jouer.

Le fait que Tempête sur l'échiquier ne se présente pas comme un jeu de stratégie et ne prétende en rien enrichir ou améliorer le jeu d'échecs, explique sans doute que ce soit l'une des très rares variantes du jeu d'échecs à avoir connu un certain succès commercial.

Règles du jeu[modifier | modifier le code]

Le but du jeu est le même qu'aux échecs : mettre le roi adverse échec et mat. Les pièces du jeu d'échecs sont placées normalement sur l'échiquier, et chaque joueur pioche 5 cartes qu’il garde secrètes.

À chaque coup, un joueur peut jouer une carte en plus ou à la place de son coup normal selon les indications de la carte jouée. Accompagner un coup d'une carte permet de réaliser des actions impossibles aux échecs traditionnels, par exemple, la carte « Banzaï » permet d'avancer un pion de trois cases. Certaines cartes sont jouées sur le coup de l'adversaire, par exemple, la carte « Dalai-Lama » permet de faire renaître la pièce que vient de prendre l'adversaire sur une case libre où elle pouvait se trouver en début de partie. Le joueur pioche ensuite une carte pour compléter son jeu, de manière à toujours avoir cinq cartes en main. Il peut également se défausser d’une carte de son choix, s'il n'a pas joué de carte.

Description des effets des cartes[modifier | modifier le code]

Les cartes peuvent avoir plusieurs types d'effet :

  • les cartes pièges à effet différé (« Attentat », « Trappe », « Voyance », « Autodéfense », « Chrono », ...) ;
  • les cartes modifiant l'échiquier (« Inondation », « Trou noir », ...) ;
  • les cartes permettant de jouer une pièce de façon particulière, mais une seule fois (« Banzaï », « Hallucination Passagère », « Roque acrobatique », ...) ;
  • les cartes changeant la marche d'une ou plusieurs pièces de façon définitive (« Crabe », « Peuple en marche », ...) ;
  • les cartes changeant des pièces de place ou supprimant des pièces (« Grosse déprime », « Asile », « Désintégration », « Box », ...) ;
  • les cartes annulant le coup de l'adversaire (« Niet », « Contrordre », « Pas Question », ...) ;
  • les cartes modifiant le dernier coup de l'adversaire (« Verglas », « Brouillard », ...) ;
  • les cartes loufoques (« Super gang », « Droits d'auteur », « Omerta », ...) ;
  • les cartes permettant de récupérer ou reproduire l'effet de la dernière jouée par l'adversaire (« Vautour », « Vous en êtes un autre », ...) ;
  • les cartes permettant de jouer plusieurs fois la même pièce (« Coup Double », « Derby », « Amphétamines », « Double tour », ...) ;
  • les cartes permettant de jouer une pièce de l'adversaire (« Paranoïa », « Ruade », ...).

Variantes[modifier | modifier le code]

Au lieu de garder les cartes piochées secrètes, il est possible de jouer à jeu découvert (nommée « variante meta-stratégique »). Ce faisant, on augmente le côté stratégique du jeu et on diminue le côté aléatoire lié à l'effet de surprise d'une carte jouée.

Si un joueur considère qu'il est plus fort aux échecs que son adversaire, il peut ne jouer avec un handicap, avec 4, voire 3 cartes seulement.

Différentes versions[modifier | modifier le code]

Tempête sur l'échiquier[modifier | modifier le code]

Tempête sur l'échiquier fut la première édition qui était éditée par Ludodélire, avec 72 cartes en noir et blanc ; puis cette édition a été rééditée par Variantes avec l'ajout de la couleur sur les cartes.

Tempête sur l'échiquier 2[modifier | modifier le code]

Il existe une extension du jeu : Tempête sur l'échiquier 2. Elle contient également 70 cartes. Il est possible de jouer à l'une ou l'autre des deux versions ou de fusionner les deux.

Tempête sur l'échiquier (édition 2006)[modifier | modifier le code]

Cette dernière édition contient les cartes de Tempête sur l'échiquier 1 et 2, donc cette édition contient 140 cartes en couleurs. 2 cartes de Tempête sur l'échiquier 1 ont été retirées (« Super Gang » et « Peuple en marche »).

Knightmare Chess[modifier | modifier le code]

Knightmare Chess est la version américaine de Tempête sur l'échiquier. comme la version française, elle est désormais disponible en une boite unique de 140 cartes, mais les illustrations et nombre de cartes sont différentes. Ce n'est pas une simple traduction du jeu originel français, et elle s'intitule d'ailleurs « Cauchemar sur l'échiquier ».

Tsunami sur le goban[modifier | modifier le code]

Cette adaptation au jeu de go a été créée en 2008 par le Groupe Auvergnat du Go[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tsunami sur le goban, sous forme de fichiers à imprimer, sur le site du GRAUG, graug.jeudego.org.

Lien externe[modifier | modifier le code]