Tempête Joachim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joachim et Tempête (homonymie).
Tempête Joachim
Visualisation de fichier NOAA-GFS dans zyGrib pour la tempête Joachim du 15 décembre 2011.png

Carte des vents de la tempête Joachim à l'approche des côtes françaises (15 déc. 2011, UTC)

Localisation
Régions affectées
Caractéristiques
Type
Tempête synoptique hivernale
Vent maximal
212 km/h
Date de formation
Date de dissipation

La tempête Joachim est une dépression météorologique[1] hivernale[2] formée le et dissipée le ayant touché l'Ouest de l'Europe.

Elle touche d'abord le Nord-Ouest de l'Espagne pour ensuite se diriger vers la France et la Suisse durant les 15 et 16 décembre. Elle fait une victime en France, en Indre-et-Loire[3] . Au soir du 16 décembre, elle touche le Luxembourg[4], le Nord-Ouest de l'Allemagne, ainsi que l'Autriche, et occasionne quelques dégâts malgré la diminution de l'intensité des vents. Elle se décale ensuite vers l'est, touchant la Pologne et la Finlande le [5], avant de se dissiper le lendemain.

Le nom Joachim provient d'une liste de noms utilisée depuis 1954 par l’université libre de Berlin (ULB) pour nommer les tempêtes synoptiques qui affectent l'Europe. Son usage s'est répandu aux autres pays du continent depuis cette époque. Depuis 2002, l’ULB utilise des noms suggérés par le public qui doit payer un certain montant servant au financement de l'observatoire météorologique de l’université.

Évolution météorologique[modifier | modifier le code]

Le , la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) note la formation d'une perturbation d'origine subtropicale sur l'Atlantique nord. Au fil des jours, un système de basses pressions se met en place, s'inscrivant dans une circulation d'ouest très dynamique. Le 14 décembre, la dépression apparaît nettement sur les cartes météorologiques, située au large des côtes québécoises. La pression en son centre, de l'ordre de 998 hPa, diminue progressivement, tandis qu'elle se décale vers l'Europe occidentale. En quelques heures, à la suite d'une forte convection atmosphérique, et en lien avec un puissant courant-jet, la dépression engendre une violente tempête. Dans l'après-midi du 15 décembre, un fort coup de vent atteint le nord-ouest de l'Espagne[6], tandis que dans le golfe de Gascogne, des creux de plusieurs mètres sont relevés. Dans la soirée, le centre dépressionnaire passe au nord de la Bretagne, avant de poursuivre sa trajectoire en Manche, engendrant de violentes rafales de vent dans un « couloir » allant des côtes bretonnes aux côtes aquitaines, avant de se décaler vers l'est. Au matin du 16 décembre, le centre dépressionnaire, assez creux (973 hPa) se situe au large du Pas-de-Calais[7] ; poursuivant sa progression vers le nord-est, il commence à se combler progressivement. Après le passage de la dépression, les vents tournent au nord-ouest, causant une baisse sensible des températures sur une grande partie de la France.

En France, de nombreuses régions d'une grande moitié nord ont été impactées, avec des rafales ayant atteint les 140 à 150 km/h sur certains caps exposés du littoral (156 km/h à la pointe de Chemoulin, en Loire-Atlantique, 141 km/h à la pointe des Baleines, sur l'île de Ré, en Charente-Maritime), et des valeurs de l'ordre de 100 à 140 km/h dans l'intérieur des terres (139 km/h à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme, 127 km/h à Clamecy, dans la Nièvre, 112 km/h à Châteauroux, dans l'Indre, et 96 km/h à Paris[7]). En Allemagne, où la tempête arrive en deuxième partie de nuit, de violentes rafales sont enregistrées au Bade-Wurtemberg et en Bavière, de même que dans la capitale, Berlin[8]. La Suisse et le Luxembourg ne sont pas épargnés par les intempéries, et quelques dégâts matériels y sont relevés[4]. Le 17 décembre, la tempête, qui a baissé en intensité, atteint la Pologne[5].

Impact[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Le cargo maltais TK Bremen, échoué le 16 décembre 2011 sur la plage de Kerminihy à Erdeven (Morbihan).

Quarante-sept départements français, de la Bretagne à l'Alsace ont été placés en vigilance orange durant la nuit du 15 au [2]. Des rafales de vents ont été rapportées à l'ouest du pays avec 140 km/h localement[9] et jusqu'à 155 km/h, relevés à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) sur la pointe de Chemoulin[10].

Dans le massif central, les rafales ont atteint 212 km/h au sommet du Puy de Dôme ainsi que dans le nord où les rafales ont atteint 189 km/h au Markstein[11]. Cette tempête a entraîné une perturbation du réseau ferroviaire SNCF en Région Bretagne et un arrêt total en Pays de la Loire. Cependant, les trains circulent normalement entre Rennes et Paris et entre Brest et Lamballe (Côtes-d'Armor)[12]. Les chutes d'arbres et de lignes bloquent d'autres voies ferrées secondaires, de même que des routes où la circulation a été interrompue[12].

N'arrivant pas à tenir son mouillage, au nord de l'île de Groix, le cargo Maltais TK Bremen essaie de se mettre à l'abri mais dérive et s'échoue à proximité de la rivière d'Étel, au niveau de la plage de Kerminihy à Erdeven dans le Morbihan[13], provoquant une pollution limitée entre Lorient et la presqu'île de Quiberon, la nappe de carburant s'étendant sur 1000 x 5 m[14],[15],[6]. L'équipage, ne décomptant aucune victime, a été secouru par hélicoptère[6],[16].

Le pompage des cuves de carburant, qui contenaient 180 tonnes de fioul et 40 tonnes de gazole, devait se poursuivre durant la soirée. Le cargo, abîmé, devrait probablement être déconstruit sur place[17],[18]. À la suite de son échouage sur les côtes bretonnes, le président du Conseil régional Jean-Yves Le Drian annonce le dépôt d'une plainte avec constitution de partie civile après l'échouement sur une plage classée du Morbihan[19].

Au matin du 16 décembre, Claude Guéant, ministre de l'intérieur, indique que 400 000 foyers sont privés d'électricité[14],[20]. Électricité de France (EDF) déclenche son plan d'urgence interne à la centrale nucléaire du Blayais[21]. En fin d'après-midi, les 266 000 foyers privés d'électricité[22] passaient à 220 000[23]. Ce même matin, un incendie s'est déclaré près du village de Volpajola, en Haute-Corse et 200 hectares de végétation ont été détruits[20]. Le feu, qui a démarré jeudi après-midi, dont l'origine est indéterminée, a été attisé par un vent soufflant jusqu'à 100 km/h sur les crêtes[24]. La tour de contrôle de l'Aéroport de Clermont-Ferrand Auvergne a été évacuée à cause de fortes rafales[25]. Au soir du 16 décembre, neuf départements restent en vigilance orange[26], tandis que la dépression s'éloigne vers le nord-est de l'Allemagne[26].

Le corps d'une victime âgée de 82 ans, emportée par les crues samedi dernier, a été retrouvée à L'Île-Bouchard en Indre-et-Loire[3]. Le coût des dégâts est estimé entre 180 et 250 millions d'euros, selon une première estimation communiquée lundi 19 décembre 2011 par la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA)[27].

Suisse[modifier | modifier le code]

Tout le trafic de la Compagnie générale de navigation sur le lac Léman (CGN) est suspendu pour la journée du vendredi 16 décembre, alors que 1600 pendulaires empruntent quotidiennement les lignes[28]. Dans la matinée du 16, entre Tavannes et Tramelan (nord du canton de Berne), un train a déraillé à la suite de la chute d'un arbre sur la voie, faisant plusieurs blessés[29]. Les fortes précipitations et les vents tempétueux ont pour conséquence un fort risque d'avalanche dans le bas Valais, le Valais central et les Alpes vaudoises, risque noté 4 sur une échelle de 1 à 5[30].

Allemagne[modifier | modifier le code]

La dépression s'éloigne vers l'Allemagne en date du 16 décembre[26] et frappe le nord-est du pays durant la nuit. Hormis les chutes d'arbres, de fortes pluies et des problèmes d'inondations ont été rapportés. Le porte-parole du Deutscher Wetterdienst (DWD), service allemand de météorologie, explique qu'elle traverse le sud du pays apportant pluie et neige dans son sillage sans occasionner de graves dégâts[5], mais plutôt de gros problèmes de trafic. Joachim génère de fortes chutes de neige dans l'est du pays, notamment la région de Berlin et le Brandebourg[31]. Des vents de 100 km/h ont soufflé à la Bavière et au Bade-Wurtemberg durant la nuit du 17 décembre. Aucun blessé n'a été dénombré, mais énormément de branches tombées des arbres ont bloqué les routes, selon les autorités locales[31].

Pologne[modifier | modifier le code]

La tempête Joachim se dirige vers la Pologne le 17 décembre[31]. InfoRadio dénombre 4 personnes blessées[31].

Rafales mesurées[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Les rafales suivantes ont été mesurées le 16 décembre en Allemagne :

Localité Land Vitesse Observation Source
Zugspitze Bavière 184 km/h 2 960 m d'altitude Meteociel[32]
Feldberg (Forêt-Noire) Bade-Wurtemberg 169 km/h 1 493 m d'altitude Meteociel[33]
Munich Bavière 101 km/h Meteociel[34]

France[modifier | modifier le code]

Les rafales suivantes ont été mesurées les 15 et 16 décembre en France :

Localité Département Vitesse Observation Source
Puy de Dôme Puy-de-Dôme 212 km/h 1 465 m d'altitude Météo-France[35]
Markstein Haut-Rhin 189 km/h 1 184 m d'altitude[36] Meteorologic[11]
Cap Corse Haute-Corse 175 km/h Rafale observée le 17 décembre La Chaîne Météo[37]
Ballon de Servance Vosges 168 km/h 1 213 m d'altitude Météo-France[35]
Cap Corse Haute-Corse 159 km/h Meteociel[38]
Pointe de Chémoulin Loire-Atlantique 156 km/h Située sur la commune de Saint-Nazaire Météo-France[35]
Cap Sagro Haute-Corse 156 km/h Meteociel[39]
Mont Aigoual Lozère,Gard 152 km/h 1 565 m d'altitude Meteociel[40]
Ajaccio Corse-du-Sud 150 km/h Rafale observée le 17 décembre La Chaîne Météo[37]
Cap Béar Pyrénées-Orientales 148 km/h La Chaîne Météo[37]
Île de Ré Charente-Maritime 141 km/h Météo-France[35]
Pointe du Talut (Belle-Île-en-Mer) Morbihan 141 km/h Meteociel[41]
La Ciotat Bouches-du-Rhône 141 km/h Meteociel[42]
Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme 139 km/h Météo-France[35]
Saint-Sauveur (L'Île-d'Yeu) Vendée 135 km/h Meteociel[43]
Cap de Pertusato Corse-du-Sud 135 km/h Meteociel[44]
Pointe du Raz Finistère 133 km/h Météo-France[35]
Leucate Aude 133 km/h Meteociel[45]
Ouessant Finistère 133 km/h Meteociel[46]
Biscarosse Landes 133 km/h Meteociel[47]
Pointe de Chassiron Charente-Maritime 130 km/h Située à Saint-Denis-d'Oléron Meteociel[48]
L'Île-Rousse Haute-Corse 128 km/h Meteociel[49]
Clamecy Nièvre 127 km/h Météo-France[35]
Vannes Morbihan 126 km/h Météo-France[35]
Évian Haute-Savoie 126 km/h La Chaîne Météo[37]
Lorient Morbihan 122 km/h Meteociel[50]
Palaminy Haute-Garonne 122 km/h La Chaîne Météo[37]
Cap Ferret Gironde 120 km/h Meteociel[51]
Porto-Vecchio Corse-du-Sud 120 km/h Meteociel[52]
Saint-Agnant Charente-Maritime 119 km/h Météo-France[35]
Brest Finistère 116 km/h Météo-France[35]
La Roche-sur-Yon Vendée 115 km/h Météo-France[35]
Felletin Creuse 113 km/h France 3[53]
Châteauroux Indre 112 km/h Météo-France[35]
Saint-Étienne Loire 110 km/h Météo-France[35]
Poitiers Vienne 107 km/h Météo-France[35]
Nantes Loire-Atlantique 104 km/h Météo-France[35]
Bourges Cher 104 km/h La Chaîne Météo[37]
Tours Indre-et-Loire 104 km/h La Chaîne Météo[37]
Niort Deux-Sèvres 100 km/h Météo-France[35]
Laval Mayenne 98 km/h Météo-France[35]
Melun Seine-et-Marne 98 km/h Météo-France[35]
Paris Paris 96 km/h Parc Montsouris Météo-France[35]
Caen Calvados 96 km/h Météo-France[35]
Rennes Ille-et-Vilaine 96 km/h Météo-France[35]
Roissy Val-d'Oise 91 km/h Météo-France[35]

Note : une valeur de rafale de 188 km/h est mentionnée au Ballon de Servance d'après la Chaîne Météo[37]. Cette valeur étant particulièrement éloignée de celle mentionnée par Météo-France, elle n'a donc pas été retenue.

Suisse[modifier | modifier le code]

Les rafales suivantes ont été mesurées le 16 décembre en Suisse :

Localité Canton Vitesse Observation Source
Säntis Appenzell Rhodes-Extérieures
Appenzell Rhodes-Intérieures
Saint-Gall
176 km/h 2 490 m d'altitude Meteociel[54]
Chasseral Berne 174 km/h 1 599 m d'altitude Meteociel[55]
La Dôle Vaud 148 km/h 1 670 m d'altitude Meteociel[56]
Moléson Fribourg 146 km/h 1 972 m d'altitude Meteociel[57]
Bâle Bâle-Ville 102 km/h Meteociel[58]

Cumuls pluviométriques[modifier | modifier le code]

D'importantes précipitations ont accompagné la tempête Joachim. Ci-dessous plusieurs valeurs significatives enregistrées[59] :

Localité Département Précipitations
Rupt-sur-Moselle Vosges 90 mm
Saint-Pierre-de-Chartreuse Isère 88 mm
Melle Deux-Sèvres 80 mm
Le Lioran Cantal 79 mm
Guiscriff Morbihan 76 mm
Pougne-Hérisson Deux-Sèvres 73 mm
Parthenay Deux-Sèvres 73 mm
Aulnay Charente-Maritime 72 mm
Brux Vienne 67 mm
Saint-Ségal Finistère 66 mm
Crempigny Haute-Savoie 65 mm
Schirmeck Bas-Rhin 60 mm

Coupures d'électricité[modifier | modifier le code]

Un grand nombre de foyers ont été privés d'électricité, principalement le 16 décembre et dans l'ouest de la France. Certains foyers ont même été privés d'électricité pendant près de 3 jours. Ci-dessous l'évolution des coupures de courant :

En France[modifier | modifier le code]

Date National Source
16/12/2011 - 1H00 30 000 foyers Le Parisien[60]
16/12/2011 - 7H00 200 000 foyers Le Parisien[60]
16/12/2011 - 7H50 370 000 foyers Le Parisien[60]
16/12/2011 - 8H45 400 000 foyers Le Parisien[60]
16/12/2011 - 9H30 470 000 foyers Le Parisien[60]
16/12/2011 - matinée 600 000 foyers Le Parisien[60]
16/12/2011 - 11H40 330 000 foyers Le Parisien[60]
16/12/2011 - 13H00 319 000 foyers Le Parisien[60]
16/12/2011 - 19H00 226 000 foyers Le Parisien[60]
17/12/2011 - matin 70 000 foyers Le Parisien[61]
nuit du 17/12 au 18/12/2011 5 000 foyers Le Parisien[61]
18/12/2011 - mi-journée 1 500 foyers Le Parisien[61]

Par département français[modifier | modifier le code]

Département Nb de foyers Source
Morbihan 80 000 Ouest-France[62]
Loire-Atlantique 35 000 à 40 000 Le Parisien[60]
Vendée 30 000 Le Parisien[60]
Maine-et-Loire 30 000 Ouest-France[62]
Charente-Maritime 30 000 Energie 2007[63]
Finistère 25 000 Le Parisien[60]
Ille-et-Vilaine 16 000 Le Parisien[60]
Sarthe 15 000 Energie 2007[63]
Dordogne 13 000 Energie 2007[63]
Cher 10 000 Energie 2007[63]
Haute-Savoie 10 000 Energie 2007[63]
Yonne 8 000 Le Parisien[64]
Nièvre 8 000 Le Parisien[64]
Loir-et-Cher 7 000 Énergie 2007[63]
Loiret 7 000 Énergie 2007[63]
Côtes-d'Armor 6 000 Le Parisien[60]
Vosges 6 000 Energie 2007[63]
Pyrénées-Atlantiques 5 300 Energie 2007[63]
Charente 5 000 Energie 2007[63]
Gironde 5 000 Energie 2007[63]
Mayenne 5 000 Energie 2007[63]
Creuse 4 000 Energie 2007[63]
Loire 3 500 Energie 2007[63]
Doubs 3 500 Energie 2007[63]
Côte-d'Or 2 500 Energie 2007[63]
Saône-et-Loire 2 500 Energie 2007[63]
Orne 1 700 Energie 2007[63]
Haute-Vienne 1 200 Energie 2007[63]
Manche 1 000 Energie 2007[63]
Haute-Saône 1 000 Energie 2007[63]

Ces coupures d'électricité ont provoqué des perturbations sur les réseaux de télécommunications.

Exemple, pour la téléphonie mobile, 65 antennes relais de l'opérateur Orange ont été mises hors-service le 16 décembre selon L'EXPRESS.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « Tempête Joachim. "Un phénomène rarissime" », sur Le télégramme, (consulté le 16 décembre 2011)
  2. a et b « La tempête Joachim a commencé à souffler sur la France », sur France info (consulté le 16 décembre 2011)
  3. a et b « La tempête Joachim a fait une victime en Indre-et-Loire », sur RTL (consulté le 11 mars 2012)
  4. a et b (en) « Storm "Joachim" causes Luxembourg traffic havoc », sur Wort.lu, (consulté le 17 décembre 2011)
  5. a, b et c « La tempête Joachim quitte la Suisse pour la Pologne », sur 24heures.ch, (consulté le 17 décembre 2011)
  6. a, b et c (en) Jim Andrews, « Severe Storm Joachim Unleashes Hurricane Force Winds », sur Accuweather, (consulté le 17 décembre 2011)
  7. a et b La tempête Joachim des 15 et 16 décembre 2011, site de Météo-France
  8. (de) « Orkan ‚Joachim‘ erreicht Deutschland », Spiegel Online, (consulté le 16 décembre 2011)
  9. « 12 au 17/12 : alerte aux tempêtes tempérées pour la France et le Royaume-Uni », sur Catnat (consulté le 16 décembre 2011)
  10. « Climatologie Chemoulin », sur Meteociel, (consulté le 16 décembre 2011)
  11. a et b « Actualisation du 16 décembre à 10h30 », sur Meterologic, (consulté le 16 décembre 2011)
  12. a et b « Tempête Joachim : près de 400 000 foyers privés d'électricité », sur Le Monde, (consulté le 16 décembre 2011)
  13. « Tempête : un cargo s'échoue dans le Morbihan », sur LeMonde.fr, (consulté le 16 décembre 2011)
  14. a et b « Tempête Joachim : Près de "400.000 foyers privés" d'électricité, selon Guéant », sur Orange.fr (consulté le 16 décembre 2011)
  15. Tempête Joachim : pollution après l'échouage du cargo TK Bremen, sur BFMTV.com, publié le 16 décembre 2011, consulté le 16 décembre 2011
  16. [1] Images de Philippe Plisson.
  17. « Tempête Joachim: réparations en cours après les vents violents », sur La libre, (consulté le 16 décembre 2011)
  18. « Joachim : déconstruction du cargo ? », sur le Figaro, (consulté le 17 décembre 2011)
  19. « Cargo échoué : la région Bretagne va porter plainte », sur le Figaro, (consulté le 19 décembre 2011)
  20. a et b « EN DIRECT. Tempête Joachim : coupures d'électricité et trains paralysés », sur LeMonde.fr, (consulté le 16 décembre 2011)
  21. « Tempête Joachim. Plan d’urgence interne à la centrale du Blayais (33) », Ouest-France, (consulté le 16 décembre 2011)
  22. « 266.000 foyers encore sans électricité », sur le Figaro, (consulté le 17 décembre 2011)
  23. « 220.000 foyers encore sans électricité », sur le Figaro, (consulté le 17 décembre 2011)
  24. « Tempête : Joachim a fait des dégâts », sur Europe 1, (consulté le 17 décembre 2011)
  25. « Suivez la tempête Joachim en direct », sur LeMonde.fr, (consulté le 16 décembre 2011)
  26. a, b et c « Tempête Joachim : plus que 9 départements en alerte », sur TF1, (consulté le 16 décembre 2011)
  27. « La tempête Joachim coûtera au moins 180 millions d'euros aux assureurs », sur L'Express, (consulté le 21 décembre 2011)
  28. « Tempête: la CGN suspend toutes ses lignes vendredi », sur 24heures.ch, (consulté le 16 décembre 2011)
  29. « Tempête Joach plusieurs blessés dans le déraillement d'un train », sur Romandie.com, (consulté le 16 décembre 2011)
  30. « Bulletin avalanche du 16 décembre : ATTENTION RISQUE FORT », sur Airglaciers, (consulté le 16 décembre 2011)
  31. a, b, c et d (en) « Winter storm 'Joachim' blows over », (consulté le 18 décembre 2011)
  32. « Tableau d'observations pour Zugspitze », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  33. « Tableau d'observations pour Feldberg-Schwarzwald », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  34. « Tableau d'observations pour Munich », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  35. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v « La tempête Joachim des 15 et 16 décembre 2011 », Météo-France (consulté le 16 décembre 2011)
  36. « Tempête Joachim : des rafales à 189 km/h sur les Vosges », Le Pays (consulté le 16 décembre 2011)
  37. a, b, c, d, e, f, g et h « Tempête Joachim : des rafales supérieures à 200 km/h ! », La Chaîne Meteo (consulté le 17 décembre 2011)
  38. « Tableau d'observations pour Cap Corse », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  39. « Tableau d'observations pour Cap Sagro », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  40. « Tableau d'observations pour Mont Aigoual », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  41. « Tableau d'observations pour Le Talut - Belle-Île », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  42. « Tableau d'observations pour La Ciotat », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  43. « Tableau d'observations pour Saint-Sauveur », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  44. « Tableau d'observations pour Cap de Pertusato », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  45. « Tableau d'observations pour Leucate », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  46. « Tableau d'observations pour Ouessant », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  47. « Tableau d'observations pour Biscarosse », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  48. « Tableau d'observations pour Pointe de Chassiron », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  49. « Tableau d'observations pour l'Île-Rousse », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  50. « Tableau d'observations pour Lorient », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  51. « Tableau d'observations pour Cap Ferret », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  52. « Tableau d'observations pour Porto-Vecchio », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  53. « 6000 foyers Limousins privés d'électricité à 8h30 », France 3 (consulté le 16 décembre 2011)
  54. « Tableau d'observations pour Säntis », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  55. « Tableau d'observations pour Chasseral », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  56. « Tableau d'observations pour la Dôle », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  57. « Tableau d'observations pour Moléson », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  58. « Tableau d'observations pour Bâle-Dinningen », Meteociel (consulté le 17 décembre 2011)
  59. « Tempête Joachim : jusqu'à un mois de pluie en 24 heures », La Chaîne Métép (consulté le 17 décembre 2011)
  60. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Tempête Joachim : quelque 220 000 foyers sans électricité vendredi soir », Le Parisien (consulté le 18 décembre 2011)
  61. a, b et c « Tempête Joachim : une dernière nuit à la bougie pour 5000 foyers », Le Parisien (consulté le 18 décembre 2011)
  62. a et b « Tempête Joachim. Près de 200 000 foyers privés d’électricité dans l’Ouest », Ouest-France (consulté le 18 décembre 2011)
  63. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t et u « Joachim: près de 600.000 foyers sans électricité », Energie 2007 (consulté le 18 décembre 2011)
  64. a et b « Tempête Joachim : 36.000 foyers privés d'électricité en Bourgogne et Rhône-Alpes », Le Parisien (consulté le 18 décembre 2011)