Telex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Télex.
Telex
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la Belgique Belgique
Genre musical New wave, synthpop, pop
Années actives Depuis 1978
Labels Vogue, Virgin, EMI
Site officiel www.telex-music.com
Composition du groupe
Membres Marc Moulin
Dan Lacksman
Michel Moers

Telex est un groupe de new wave belge, originaire de Bruxelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Telex est formé en 1978 par Marc Moulin, Dan Lacksman et Michel Moers, n'étant au départ qu'un canular. Mélangeant l'esthétique du disco, du punk et les expérimentations de la musique électronique, ils sortent une reprise minimaliste de Twist à Saint-Tropez des Chats Sauvages. Ils enchaînent avec une reprise ralentie de Rock Around the Clock[1], une reprise désabusée du tube de Plastic Bertrand Ça plane pour moi, et une reprise mécanique de Dance to the Music, de Sly Stone.

Le morceau Moskow Diskow, sorti en 1979, et sa version en anglais, leur assure une forte notoriété à l'étranger. Comme Kraftwerk, Telex construit sa musique en utilisant exclusivement des instruments électroniques et parfois de vocoder, et les deux groupes sont régulièrement rapprochés.

Années 1980–1990[modifier | modifier le code]

En 1980, leur manager leur demande de participer au Concours Eurovision de la chanson. Ils y participent, interprétant la chanson Euro-Vision, volontairement positive et ironique. Le public lui-même ne sut trop comment réagir à cette performance, et un silence suit l'interprétation. Quelques applaudissements sont cependant entendus. Au moment du vote, le groupe finit parmi les derniers (17e sur 19[2]) tant et si bien que les 3 points qui leur sont attribués par la Grèce manquent d'être attribués par erreur aux Pays-Bas. Tout ceci n'enchante pas la compagnie anglaise qui les employait, Virgin Records, qui tentait de les faire passer dans le mouvement néo-romantique. Les paroles ironiques de la chanson We Are All Getting Old n'arrangent pas non plus les choses.

Pour leur troisième album, Sex, Telex demande au groupe américain Sparks de leur écrire les paroles. Cependant, le groupe continue de refuser de jouer en concert, et de préférer rester anonyme, attitude désormais courante dans le monde de la techno ou d'artistes comme Daft Punk, mais inédite en 1981. Le quatrième album de Telex, Wonderful World, est peu distribué. Le travail de Telex est connu pour avoir inspiré ZZ Top pour son album Eliminator (1983) et Afterburner (1985).

En 1986, Warner Brothers signe le groupe, et sort l'album Looney Tunes, duquel est extrait le single notable Rendez-vous dans l'espace[3]. À cette époque, comme le son du groupe avait été repris par de nombreux autres groupes, il se tournèrent vers le sampling et un humour plus intellectuel. Temporary Chicken, par exemple, est une chanson évoquant la vie d'un homme désespéré de ne pas trouver un emploi alors qu'il travaille à temps partiel dans un costume de poulet. Il s'agit d'une chanson sociale, mais si bizarrement présentée qu'elle est tout à fait incomprise. L'album ne rencontre pas de succès commercial, malgré le hit de discothèque Spike Jones.

En 1989, les Telex revisitent leurs vieux morceaux pour les ressortir selon le son house music et d'autres genres de musique qu'ils inspirent abondamment. Il en résulte Les Rythmes automatiques, qui n'eut que peu de succès, mais qui poussa Kraftwerk à se lancer dans une même démarche avec The Mix en 1991.

Années 2000[modifier | modifier le code]

Ils mettent en 2005 la dernière touche à un nouvel album de dix morceaux, sorti en février 2006, chez EMI. Intitulé How do You Dance, il comprend une reprise de J'aime la vie, chanson avec laquelle Sandra Kim gagne le Concours Eurovision de la chanson en 1986. Jo Bogaert (Technotronic) est également partie prenante dans le projet. Le premier extrait de cet album est On the Road Again, reprise minimaliste du morceau originellement composé et enregistré par Canned Heat. Telex remixe par ailleurs à la fin de 2005 un titre de Depeche Mode, A Pain that I'm Used to.

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « "Rock Around The Clock" compie 60 anni ma l'orologio non ha mai smesso di girare », sur repubblica.it (consulté le 5 juin 2018).
  2. « Eurovision: voici le top 10 des chansons belges qu'on ne pourra JAMAIS oublier », sur fr.newsmonkey.be (consulté le 5 juin 2018).
  3. (de) « Zu Tode tanzen: Acht Songs zur Zeit von Fishbach », sur spex.de, (consulté le 5 juin 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]