Tel jour telle nuit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tel jour telle nuit (FP 086) est un cycle de neuf mélodies pour voix et piano, composé par Francis Poulenc sur des poèmes de Paul Éluard en 1937.

Histoire de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Le cycle est composé de novembre 1936 à janvier 1937. « Une ruine coquille vide », « Une roulotte couverte en tuiles », « Une herbe pauvre » et « Je n'ai envie que de t'aimer » sont achevées à Noizay en décembre 1936. Plusieurs mélodies sont terminées en janvier 1937 : « Bonne journée » et « Nous avons fait la nuit » sont finies à Lyon, « À toutes brides » et « Figure de force brûlante et farouche » à Paris, et « Le front comme un drapeau perdu » à Monte-Carlo[1].

Il est créé le , par Pierre Bernac (baryton) et le compositeur (piano)[2].

Titres[modifier | modifier le code]

  1. Bonne journée
  2. Une ruine coquille vide
  3. Le front comme un drapeau perdu
  4. Une roulotte couverte en tuiles
  5. À toutes brides
  6. Une herbe pauvre
  7. Je n'ai envie que de t'aimer
  8. Figure de force brûlante et farouche
  9. Nous avons fait la nuit

Source des poèmes[modifier | modifier le code]

Tous les poèmes proviennent du recueil Les Yeux fertiles (1936), sauf « Nous avons fait la nuit », dernier poème du court recueil Facile (1935).

« Bonne journée » reprend la première partie du poème « À Pablo Picasso ». « Une ruine coquille vide » reprend le poème « Je croyais le repos possible ». « Le front comme un drapeau perdu » reprend le poème « Être ». « Une roulotte couverte en tuiles » reprend le poème « Rideau ». « À toutes brides » est la deuxième section du poème « Intimes », « Je n'ai envie que de t'aimer » en est la cinquième section, et « Figure de force brûlante et farouche » en est la quatrième. « Une herbe pauvre » est la troisième section du poème « Balances ».

Dédicataires[modifier | modifier le code]

« Bonne journée » est dédié à Pablo Picasso, « Une ruine coquille vide » à Freddy, « Le front comme un drapeau perdu » à Nusch Éluard, « Une roulotte couverte en tuiles » à Valentine Hugo, « À toutes brides » et « Une herbe pauvre » à Marie-Blanche de Poulignac, « Je n'ai envie que de t'aimer » à Denise Bourdet, « Figure de force brûlante et farouche » à Pierre Bernac, et « Nous avons fait la nuit » à Yvonne Gouverné[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Adélaïde de Place, livret du CD Poulenc, Mélodies, Arion, ARN 50654, 2004.
  2. Tel jour telle nuit sur le site de la Bibliothèque nationale de France