Te Ava Piti (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Te Ava Piti
Pays d'origine Polynésie françaiseDrapeau de la France France
Genre musical Musique polynésienne
Années actives Depuis 1992
Labels Studio Alphonse
Composition du groupe
Membres Marutua Hora
Abel Paoaafaite
Julio Paraue
Anciens membres Vehiatua Paraue †
Émile Sham Koua †

Te Ava Piti est un groupe français de variétés polynésiennes formé en 1992 par Marutua Hora (dit "Mai"), Abel Paoaafaite, Vehiatua Paraue (dit "Vehia") et Émile Sham Koua (surnommé "Big Jo"), originaires de Raiatea en Polynésie française, et produit par Alphonse Vanfau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Te Ava Piti est un quatuor (guitare, basse, ukulélé à quatre cordes ou ukulélé hawaïen, ukulélé à huit cordes ou ukulélé tahitien (en)), qui commence à se faire connaître dans les années 1990 en Polynésie française et à travers le Pacifique grâce à la qualité de leurs interprétations. Le groupe tire son nom de la passe de Te Ava Piti à Raiatea en Polynésie française qui donne accès au port de la commune d'Uturoa. Il est porté par à la virtuosité de son chanteur principal et joueur d'ukulélé à huit cordes[1], Vehia Paraue, reconnu comme un artiste à la technique exceptionnelle[2]. Le groupe mélange interprétations de ses propres chansons, interprétations originales de chansons écrites et composées par d'autres ou reprises de morceaux traditionnels ou de morceaux créés par d'autres. Te Ava Piti chante principalement en tahitien mais aussi en paumotu, marquisien ou cookien et parfois en français ou en anglais.

Extrait de leur premier album sorti en 1992, le morceau "Pahoho", écrit et composé par Émile Sham Koua et son frère, donne au groupe une notoriété immédiate dans tout le Pacifique et un aperçu de la virtuosité technique de Vehia Paraue. En 1994, le groupe sort un nouvel album qui comprend un de leurs plus grands succès, "Te Reo Akakino", qui est une reprise d'une chanson originellement interprétée par le célèbre chanteur des îles Cook, Kutia Tuteru. Dans ce morceau à l'orchestration transfigurée, Vehia Paraue donne une interprétation remarquable à l'ukulélé. Le groupe obtient cinq récompenses aux fêtes du Heiva Upa Rau[3] en 1994. Aux îles Cook, le succès de cette reprise du titre par Te Ava Piti est tel qu'il y crée un engouement pour l'ukulélé à huit cordes qui dure encore aujourd'hui. Le groupe fait ensuite la reprise de "Titikua", chanson originellement écrite, composée et interprétée par le célèbre chanteur des îles Marquises, Rataro Ohotoua, et qui devient un autre succès en 1995.

En juin 1996, le groupe participe au festival de Roskilde[4] au Danemark, puis, en juillet 1996, au festival WOMAD de Reading en Angleterre. En juillet 1999, le groupe est invité à se produire au festival de musique folklorique de Førde[5] en Norvège.

En 2001, le groupe sort "Porinetia To'u Ai'a" et, après une décennie qui a vu la sortie d'un album en moyenne chaque année, commence une période sans nouvelle production musicale. En 2012, Vehia Paraue, chanteur principal, soliste et virtuose de Te Ava Piti, décède. Toutefois, en 2013, le groupe sort un nouvel album dont le titre, emprunté à la dernière chanson "Vehia, To Mato'u Hoa Here", est un hommage à Vehia Paraue. La chanson est écrite et composée par Mai Hora. Julio Paraue figure pour la première fois dans le groupe en remplacement de son père Vehia Paraue[6]. C'est aussi le dernier album où est présent Émile Sham Koua, qui décède en 2015[7],[8],[9],[10]. Alphonse Vanfau, producteur de Te Ava Piti, présent au clavier sur certains enregistrements et, par ailleurs, accordéoniste du groupe polynésien célèbre dans les années 1960 Les Super Boys, décède en 2016[11],[12],[13].

Te Ava Piti est considéré comme l'un des groupes polynésiens les plus populaires de leur génération[14]. Les compositions et les arrangements de Te Ava Piti ainsi que l'originalité de la technique de Vehia Paraue ont contribué à établir l'ukulélé à huit cordes comme instrument prééminent de la musique polynésienne et continuent à exercer une grande influence sur les musiciens d'aujourd'hui[15],[16],[2].

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Marutua Hora : chant, chant principal (après 2012), ukulélé à quatre cordes
  • Abel Paoaafaite : chant, guitare
  • Julio Paraue : chant, ukulélé à huit cordes

Membres occasionnels[modifier | modifier le code]

  • Alphonse Vanfau (1942-2016) : clavier
  • Morito Roihau : chant, guitare

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Vehiatua Paraue (mort en 2012) : chant principal, ukulélé à quatre, six et huit cordes
  • Émile Sham Koua (1949-2015) : chant, basse

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Te Ava Piti – Raiatea (Studio Alphonse SACD 9205) : album éponyme nommé "Raiatea" par référence à la photo de la pochette
  • 1993 : Te Ava Piti – Ha'a Mana (Studio Alphonse SACD 9310) : album éponyme nommé "Ha'a Mana" par référence au titre de la première chanson
  • 1994 : Te Ava Piti – E Tumu Haari Teie (Studio Alphonse SACD 9411) : album éponyme nommé "E Tumu Haari Teie" par référence au titre de la première chanson
  • 1994 : Te Ava Piti – Heiva Upa Rau (Studio Alphonse SACD 9416) : album éponyme nommé "Heiva Upa Rau" par référence à la photo de la pochette
  • 1995 : Rumaruma Te Mou'a – Himene Tatarahapa (Studio Alphonse SACD 9522)
  • 1996 : E Tama Hoi Au No Te Here (Studio Alphonse SACD 9632)
  • 1997 : Te Ava Piti – Raihonoarii (Studio Alphonse SACD 9738) : album éponyme nommé "Raihonoarii" par référence au titre de la première chanson
  • 1999 : Taura O Te Here (Studio Alphonse SACD 9948)
  • 2000 : Poème à mon aïeul (Studio Alphonse SACD 0055)
  • 2001 : Porinetia To'u Ai'a (Studio Alphonse SACD 2062)
  • 2013 : Vehia, To Mato'u Hoa Here (Studio Alphonse SACD TAP1301)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1994 : Polynesian Music Festival '93 (Raging Goose Productions PMFT 001) : la compilation de dix-neuf morceaux enregistrés en public au festival de musique polynésienne de Rarotonga de 1993 comprend la chanson "Pahoho" interprétée par Te Ava Piti
  • 1995 : Super variétés 1994 (Studio Alphonse SACD 9518) : la compilation de quatorze morceaux comprend la chanson "Titikua" interprétée par Te Ava Piti
  • 1997 : What Summer Is Made For – WOMAD Festival Live At Rivermead, Reading (Real World Records) : la compilation de treize morceaux enregistrés en public au festival WOMAD de Reading de 1996 comprend la chanson "E Te Fatu" interprétée par Te Ava Piti
  • 1998 : Tahiti super bringue – Vol. 1 (Studio Alphonse SACD 9843) : la compilation de treize morceaux comprend les chansons "Te Atua I Te Rai", "Te Uputa O Te Aroha", "I Roto 126", "Ina Douce Argentina", "Te Reo Akakino", "Mes amis" et "Himene Tatarahapa" interprétées par Te Ava Piti
  • 1999 : Tahiti super bringue – Vol. 2 (Studio Alphonse SACD 9954) : la compilation de quinze morceaux comprend les chansons "Arepurepu", "Belle sirène", "Te Mou'a", "E Te Fatu Teie Hoi Au" et "E Tama Hoi Au No Te Here" interprétées par Te Ava Piti
  • 2009 : Tahiti variétés – Kwany's coup d'cœur – Vol. 1 (Studio Alphonse SACD 0901) : la compilation comprend le morceau "Titikua" interprété par Te Ava Piti
  • 2012 : Te Ava Piti – Kwanys coup d'cœur – Vol. 8 (Studio Alphonse SACD 1208) : compilation réalisée par Kwany's[17], disquaire de Nouméa en Nouvelle-Calédonie, en hommage à Vehia Paraue
  • 2013 : Te Ava Piti – Coup d'cœur Kwany's – Vol. 10 (Studio Alphonse SACD 1310) : nouvelle compilation en hommage à Vehia Paraue

Chansons à succès[modifier | modifier le code]

Pahoho (paroles et musique de Pierre et Émile Sham Koua)
Version tahitienne Traduction française

Refrain :
Pahoho o te miti te Avarua
'Ua tau ti'iti'i hia ta'u ari'i
I te tiare 'apetahi tiare 'una'una
No to'u 'ai'a here hia e au'e

Uturoa mata a'ia'i
Matotea tei ni'a
Tepua tei raro pahoho

Refrain

Mara'amu taurere
Te mata'i no to'u 'ai'a
Tepua tei raro pahoho

Refrain :
Brisants de la mer à Avarua
Saison mandée par mon roi
Le tiaré apétahi fleur splendide
De mon pays tant aimé

Uturoa au beau regard
Matotea au dessus
Tepua au dessous des brisants

Refrain

L'alizé du sud
Le vent de mon pays
Tepua au dessous des brisants

Titikua (paroles et musique de Rataro Ohotoua)
Version marquisienne Traduction française

Hoata nei to koe poótu
E Titikua e
I vaveka te tau tahia nui
Úa íó koe
Kaié ia na maua nei

Refrain :
Mei heó mati
Te kanahau to koe mata
Titikua hoí
Me he roti puaha mau
To koe nino
Titikua hoí
I te popo ui nui

Úa ió hoí to koe poótu
E Titikua e
E koakoa ia na maua
Tahia ia na to mau tuakana
A heé mai a heé mai
A hoki au ia koe

Refrain

Titikua hoí
Titikua hoí
I te popo ui nui

Ta beauté éclaire ici
Ô Titikua
Parmi les grandes princesses
Ne pars pas
C'est là une fierté pour nous deux ici

Refrain :
D'un arbre fort
Admirable ton visage
Titikua certes
Comme des roses écloses
Ton corps
Titikua certes
Dès que le soleil se lève

Ta beauté certes apparaît
Ô Titikua
Ô c'est là une joie pour nous deux
C'est là une princesse pour ses frères aînés
Viens ici viens ici
C'est moi qui te fais un baiser

Refrain

Titikua certes
Titikua certes
Dès que le soleil se lève

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le 1er Tahiti-Festival International du ‘ukulele », sur tahiti-infos.com, (consulté le 16 novembre 2017)
  2. a et b « Maruarii Ateni, virtuose du 'ukulele et invité de marque pour le festival », sur tahiti-infos.com, (consulté le 22 novembre 2017)
  3. « Maison de la Culture, Heiva Upa Rau (1983 à 2004) », sur maisondelaculture.pf, (consulté le 14 janvier 2018)
  4. (en) « Roskilde Festival 1996 », sur songkick.com (consulté le 14 janvier 2018)
  5. (no) « Artistoversikt Førdefestivalen », sur fordefestival.com (consulté le 19 novembre 2017)
  6. « Te Ava Piti : c'est reparti ! », sur ladepeche.pf, (consulté le 27 mai 2017)
  7. « Hommage à l'un des fondateurs du groupe Te Ava Piti : Émile Sham Koua a déposé sa guitare », sur tahiti-infos.com, (consulté le 27 mai 2017)
  8. « Big Joe tire sa révérence », sur la1ere.francetvinfo.fr, (consulté le 22 novembre 2017)
  9. « Émouvants adieux à Big Jo », sur ladepeche.pf, (consulté le 12 janvier 2019)
  10. « Big Jo a définitivement raccroché sa guitare », sur ladepeche.pf, (consulté le 27 mai 2017)
  11. « Musique : décès d'Alphonse Vanfau », sur tahiti-infos.com, (consulté le 5 juin 2017)
  12. « Le producteur musical Alphonse Vanfau est décédé », sur la1ere.francetvinfo.fr, (consulté le 5 juin 2017)
  13. « Décès : dernier voyage pour Alphonse Vanfau, le Quincy Jones polynésien », sur ladepeche.pf, (consulté le 5 juin 2017)
  14. Jean-Bernard Carillet, Tahiti et la Polynésie française, Lonely Planet, coll. « Guide Voyage Français », , 7e éd., 447 p. (ISBN 9782816150384, lire en ligne)
  15. « L'ukulélé pour les nuls », sur ladepeche.pf, (consulté le 12 janvier 2019)
  16. « Festival international de 'ukulele : un spectacle pour finir en apothéose », sur ladepeche.pf, (consulté le 12 janvier 2019)
  17. « La fine oreille de Kwany's », sur lnc.nc (consulté le 27 mai 2017)