Tayeb Saddiki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tayeb Saddiki
Image dans Infobox.
Tayeb Saddiki en 2004
Naissance
Décès
(à 77 ans)
Casablanca (Maroc)
Nom de naissance
الطيب الصديقي
Nationalité
Activité
dramaturge, comédien, auteur, calligraphe.
Enfant
Distinctions

Tayeb Saddiki (en arabe : الطيب الصديقي) est une figure majeure de l'art marocain et l'un des pionniers du théâtre marocain et arabe du vingtième siècle. C'est un dramaturge, metteur en scène, comédien, cinéaste, acteur de cinéma, écrivain et calligraphe marocain, né le à Essaouira[1] et mort le [2] à Casablanca[3].

Il a notamment été le directeur artistique du théâtre national Mohammed-V de Rabat et le directeur général du théâtre municipal de Casablanca en 1964 et 1977. Il a aussi fondé le festival musical d'Essaouira (la musique d'abord en 1980[2] et des troupes théâtrales : Al Masrah Al Jawal / (« Théâtre ambulant »), Al Masrah Al Oummali (« Théâtre ouvrier ») et Masrah Ennas / (« Théâtre des gens »). Il a également été chargé de mission auprès du ministre d'État chargé du Tourisme de 1980 à 1982.

Itinéraire[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Pays Décoration ou prix Année
Drapeau du Maroc Maroc Ouissam al-Massira, décerné par le roi Hassan II[2] (médaille de la Marche verte) 1976[2]
Drapeau de la France France Chevalier des Arts et des Lettres[2] 1979[2]
Drapeau de la France France Officier des Arts et des Lettres[2] 1983[2]
Drapeau de la Tunisie Tunisie prix de la 1re œuvre aux Journées cinématographiques de Carthage pour son film Zeft[2] (ex-æquo) 1984[2]
Drapeau de la France France Commandeur des Arts et des Lettres[4] 1997
Drapeau du Maroc Maroc Ouissam al-Kafaâ al-Fikria, décerné par le roi Mohammed VI[2] 2005


Œuvres et travaux[modifier | modifier le code]

  • Metteur en scène : Répertoire composé de plus de quatre vingt œuvres
  • Répertoire : A écrit trente deux pièces de théâtre (en arabe et en français), Traduction et adaptation de trente quatre œuvres dramatiques, Dix-huit œuvres dramatiques écrites en collaboration
  • Comédien : A joué en tant que comédien dans une cinquantaine pièces, une dizaine de films et dans trente cinq œuvres dramatiques et émissions télévisées
  • Peintre calligraphe : Expositions au Maroc et en Tunisie, Koweït, Qatar, Sultanat d’Oman, France, Canada, Belgique, Algérie…
  • Cinéma : A réalisé pour le cinéma quatre courts-métrages et un long métrage (Zeft – 1984), a écrit et réalisé une dizaine de documentaires et joué dans une dizaine films
  • Télévision : A réalisé et produit pour la télévision une trentaine d’œuvres (téléfilms, œuvres dramatiques, etc.), "La télévision bouge (Attalfaza Tataharrak)" : programme de refonte des programmes de la première chaîne marocaine S.N.R.T (1984-1986)

Communications internationales[modifier | modifier le code]

  • Le Théâtre arabe (Berlin, Allemagne)
  • Le Théâtre marocain (New York, Etats-Unis)
  • Tricentenaire de Molière (Paris, France)
  • Place de l’Artiste dans la société (colloque organisé par l’UNESCO) - Beyrouth, Liban
  • Le spectacle et le social (New Delhi, Inde)
  • Le Cinéma marocain (Montréal, Canada)
  • Le Théâtre marocain (Doha, Qatar)
  • Plusieurs conférences en Tunisie, Algérie, France, Syrie, Jordanie, Egypte, Sénégal, Oman, Irak, Qatar, Canada, Côte d’Ivoire, Abou Dabi, Koweït, Mauritanie, Espagne, Belgique, New Delhi, Sicile et Palestine.

Festivals[modifier | modifier le code]

  • Fondateur du Festival d’Essaouira au Maroc : la Musique d’abord - 1980
  • Festival de Marrakech (Maroc)
  • Festival d’Essaouira (Maroc)
  • Festival de Volubilis (Maroc)
  • Festival de Rabat (Maroc)
  • Festival d’Alger (Algérie)
  • Festival des Arts Africains (Alger)
  • Festival de Timgad (Algérie)
  • Festival de Tabarka (Tunisie)
  • Festival international d'Hammamet (Tunisie)
  • Festival de Monastir (Tunisie)
  • Festival de Damas (Syrie)
  • Festival de Jarash (Jordanie)
  • Festival de Bagdad (Irak)
  • Festival de Chiraz Persépolis (Iran)
  • Festival de Paris (France)
  • Festival de Nancy (France)
  • Festival de Tournemire (France)
  • Festival de Lyon (France)
  • Festival de Mexico (Mexique)
  • Festival d’été Marseille, Théâtre de la criée (France)
  • Festival du Koweït
  • Festival d’Amiens (cinéma ; France)
  • Festival de Montréal (cinéma ; Canada)
  • Journées cinématographiques de Carthage (Tunisie)
  • Journées théâtrales de Carthage (Tunisie)
  • Journées marocaines (Toulouse – France)
  • Semaine du Maroc (Bordeaux – France)
  • Festival des orangers (Rabat, Maroc)
  • Festival Al Haboul (Meknès, Maroc)
  • Festival Fès-Saïss (Fès, Maroc)
  • Festival de Safi (Maroc)
  • Journées marocaines (Mauritanie)

Comédien au cinéma[modifier | modifier le code]

Scénarios et réalisations[modifier | modifier le code]

Long métrage[modifier | modifier le code]

Scénarios de films[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Films institutionnels[modifier | modifier le code]

  • BCM (30 min)
  • OCP (40 min)
  • Le Festival de Marrakech (26 min)
  • I.U.M (Université d’Ifrane) (25 min)
  • Le festival de Bagdad (20 min)

Œuvres adaptées à la télévision[modifier | modifier le code]

Films sur la vie de Tayeb Saddiki[modifier | modifier le code]

Répertoire[modifier | modifier le code]

1954-1955[modifier | modifier le code]

1955-1956[modifier | modifier le code]

1956-1957[modifier | modifier le code]

1957-1958[modifier | modifier le code]

1958-1959[modifier | modifier le code]

1959-1960[modifier | modifier le code]

  • Volpone de Ben Jonson
    • Adaptation et mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Langue : Arabe dialectal

1960-1961[modifier | modifier le code]

1961-1962[modifier | modifier le code]

1962-1963[modifier | modifier le code]

1963-1964[modifier | modifier le code]

  • Oued El Makhazine (La bataille des Trois Rois)
    • Texte et mise en scène: Tayeb Saddiki
    • Epopée / fresque historique

1964-1965[modifier | modifier le code]

1965-1966[modifier | modifier le code]

  • Sidi Yassin Fi Tariq (Sidi Yassin en route)
    • Texte : Tayeb Saddiki
    • Mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Langue : Arabe dialectal

1966-1967[modifier | modifier le code]

1967-1968[modifier | modifier le code]

1968-1969[modifier | modifier le code]

1969-1970[modifier | modifier le code]

1970-1971[modifier | modifier le code]

1971-1972[modifier | modifier le code]

  • Maârakat Zellaqa (La bataille de Sacralias)
    • Texte et mise en scène: Tayeb Saddiki
    • Epopée / fresque historique

1972-1973[modifier | modifier le code]

  • La magie rouge
    • Texte : Michel de Ghelderode
    • Mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Langue : Français
    • Présentée conjointement par deux troupes théâtrales : Les ATF (Amis du théâtre de France), France et la troupe Masrah Ennas (théâtre des gens), Maroc

1973-1974[modifier | modifier le code]

  • Essefoud (la broche)
    • Texte et mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Langue : Arabe dialectal
  • Moulay Idriss
    • Texte : Abdeslam Al Beqqali
    • Mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Epopée / fresque historique

1974-1975[modifier | modifier le code]

  • Khourafat Al Maskine (la légende du pauvre)
    • Texte et mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Langue : Arabe dialectal
  • Cha’ir Al Hamra / Ben Brahim le poète
    • Texte : Création collective
    • Mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Epopée / fresque historique
  • Al Massira Al Khadra (la Marche Verte)
    • Texte : Création collective
    • Mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Epopée / fresque historique

1975-1976[modifier | modifier le code]

1976-1977[modifier | modifier le code]

1979-1980[modifier | modifier le code]

  • Darna (notre maison),
    • Texte : Tayeb Saddiki
    • One Man Show / Contes
    • Langue : Arabe dialectal / français

1980-1981[modifier | modifier le code]

  • Al Bey’aa (l’allégeance)
    • Texte et mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Epopée / fresque historique


1982-1983[modifier | modifier le code]

1983-1984[modifier | modifier le code]

1984-1985[modifier | modifier le code]

1985-1986[modifier | modifier le code]

  • Massiratouna (notre Marche)
    • Texte : Création collective
    • Mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Epopée / fresque historique
  • Nahnou (nous)
    • Texte : Création collective
    • Mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Epopée / fresque historique

1989-1990[modifier | modifier le code]

1990-1991[modifier | modifier le code]

1991-1992[modifier | modifier le code]

1993-1994[modifier | modifier le code]

1996-1997[modifier | modifier le code]

  • Al Fil Oua Saraouil (éléphant et pantalons)
    • Texte et mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Théâtre du Bsat en arabe dialectal

1997-1998[modifier | modifier le code]

  • Jnane Chiba (le verger de l’absinthe)
    • Texte et mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Théâtre du Bsat en arabe dialectal
  • Wa Laou Kanat Foula (même une fève)
    • Texte et mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Théâtre du Bsat en arabe dialectal

1998-1999[modifier | modifier le code]

1999-2000[modifier | modifier le code]

2000-2001[modifier | modifier le code]

  • Tiw Tiw
    • Texte et mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Langue : Arabe dialectal
    • Théâtre du Bsat pour enfants

2001-2002[modifier | modifier le code]

  • Al Masrah Elmahdoume (le théâtre démoli)
    • Texte : Tayeb Saddiki (le dîner de gala)
    • Adaptation et mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Langue : Arabe dialectal

2003-2004[modifier | modifier le code]

  • Azizi (mon cher)
    • Texte et mise en scène : Tayeb Saddiki, d’après les textes et poèmes de Saïd Saddiki
    • Langue : Arabe dialectal et français
  • La Boule Magique (la Bola Magica)
    • Texte et mise en scène : Tayeb Saddiki
    • Langue : Arabe dialectal et espagnol
    • Spectacle pour enfants

2005-2006[modifier | modifier le code]

2010-2011[modifier | modifier le code]

  • Bouhdi (Wana Mali) (Tout seul, de quoi je me mêle)
    • Texte : Tayeb Saddiki
    • One Man "chaud"
    • Langue : Arabe dialectal / français

Editions[modifier | modifier le code]

Œuvres éditées en arabe[modifier | modifier le code]

Œuvres éditées en français[modifier | modifier le code]

Œuvres non éditées[modifier | modifier le code]

Quelques citations de Tayeb Saddiki[modifier | modifier le code]

  • Le seul art facile à pratiquer est l'art de déplaire.
  • Au Théâtre, il y a peu d'inspiration et beaucoup d'aspirations.
  • La cécité réelle est moins grave que l'aveuglement des voyants.
  • Seul ce qui est perdu est éternel.
  • L'artiste doit vivre croûte que croûte.[5]

La Fondation Tayeb Saddiki[modifier | modifier le code]

La Fondation Tayeb Saddiki, sise au 515 Bd Ghandi à Casablanca a parmi ses objectifs :

  • Sauvegarde du patrimoine de Tayeb Saddiki, à travers l'archivage des manuscrits, des photos, des plaques, des livres, des enregistrements audiovisuels, des coupures de presse, de costumes ainsi que des décors
  • Diffusion et promotion du patrimoine moral et intellectuel de l’artiste auprès des nouvelles générations
  • Inauguration d'un musée pour préserver la mémoire du théâtre marocain en général et le Théâtre Saddiki en particulier
  • Organisation et production de pièces de Théâtre, d’expositions artistiques, et manifestations culturelles
  • Organisation de séminaires, de forums, festivals nationaux et internationaux pour promouvoir la culture et la créativité
  • Réalisation d'études et de mémoires sur le Théâtre et l’art marocains avec les chercheurs et les spécialistes ainsi que leur diffusion
  • Production de films documentaires et programmes audiovisuels.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Biographie de Tayeb Saddiki
  2. a b c d e f g h i j et k « Tayeb Saddiki est mort », sur Al Huffington Post Maghreb-Maroc, (consulté le )
  3. Afaf Razouki, « Tayeb Saddiki, un monument du Théâtre arabe tire sa révérence », sur MAP (consulté le )
  4. Archives des nominations et promotions dans l'ordre des Arts et des Lettres.
  5. ""En Vrac", livre de Tayeb Saddiki. Première édition, 2007 - les éditions Boukili (Maroc)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]