Taureau d'airain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Phalaris condamnant le sculpteur Perillus, Baldassarre Peruzzi.

Le taureau d'airain ou taureau de Phalaris est un instrument de torture inventé en Grèce antique.

Description[modifier | modifier le code]

Phalaris, tyran d'Agrigente en Sicile, avait demandé à Perillos d'Athènes de lui concevoir un supplice pour les condamnés. Celui-ci lui construisit un taureau en airain creux dans lequel on enfermait les suppliciés avant de le porter au rouge. Perillos d'Athènes fut le premier à l'expérimenter, d'où la phrase de Dante sous-citée.

Ce moyen de torture fut encore employé au IVe siècle avec le martyre de Pélagie de Tarse, et à la fin du Ve siècle avec l'exécution à Toulouse d'un certain Burdunellus.

Références littéraires au taureau d'airain[modifier | modifier le code]

Dante cite le taureau d’airain au Chant XXVII de l'Enfer (vers 5 à 12), première partie de la Divine Comédie :

« Come 'l bue cicilian che mugghiò prima col pianto di colui, e ciò fu dritto, che l'avera temperato con sua lima, mugghiava con la voce de l'afflitto, sì che, con tutto che fosse di rame, pur el pareva dal dolor trafitto; »

« Comme le taureau de Sicile qui mugit pour la première fois, et ce fut justice, les plaintes de celui dont la lime l’avait fabriqué, et transformait la voix du tourmenté en mugissements, de sorte que, quoique d’airain, il semblait ressentir la douleur ; …[1] »

Agrippa d'Aubigné le cite également à trois reprises dans Les Tragiques[2]:

- Les Fers, (v.571-572) : « Comme au taureau d'airain du subtil Phalaris / L'airain de la trompette ôte l'air à leurs cris. »

- Misères, (v.819) : « Quelqu'un de Phalaris évitait le taureau. »

- La Chambre Dorée, (V.533-534) : « C'est le taureau d'airain dans lequel sont éteintes / Et les justes raisons et les plus tendres plaintes. »

Dans Le palais carolingien d’Ingelheim d'Ermold le Noir (l.11 à 16), on lit : « Un certain Pyrillus, artisan du bronze et de l’or, se trouve près de lui : Ce misérable impie, empressé, pour Phalaris Fabriqua un taureau de bronze Pour y consumer sans merci le corps saint des hommes. Mais bientôt le tyran l’enferma dans le ventre du taureau, Et l’œuvre donna la mort à son créateur. »

Représentations dans la fiction[modifier | modifier le code]

Les films et séries télévisées inspirées de l'Antiquité montrent parfois cet instrument de torture. Plusieurs scènes de torture utilisant cet instrument sont présentes dans le film Les Immortels, paru en 2011. Cet instrument de torture est également présent dans la série Atlantis, série TV de Howard Overman de 2013, dans l'épisode 13 de la saison 1, " Touché par les Dieux, partie 2", sous la forme d'un taureau en métal dans lequel Ariane est condamnée à périr pour trahison.

Dans l'épisode 4 de la saison 3 de la série télévisée Borgia (réalisée par Tom Fontana et diffusée sur la chaîne de télévision française Canal+), en 2014, le chancelier de Faenza est supplicié dans le taureau d'Airain, à la suite de sa trahison, à la demande de César Borgia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Commedia, Inf. XXVII, 9 (texte original) - Trad. Lamennais
  2. Les Tragiques, Édition de Frank Lestringant