Taupinière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un mammifère image illustrant le jardinage ou l’horticulture
Cet article est une ébauche concernant un mammifère et le jardinage ou l’horticulture.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet correspondant.

Taupinière

La taupinière est la partie visible de l'habitat de la taupe. De forme conique ou hémisphérique, il s'agit d'un monticule de terre ramenée à la surface par la taupe quand elle creuse de nouvelles galeries. Elle présente une ouverture vers l'extérieur qui permet l'aération du terrier.

Aspect et propriétés[modifier | modifier le code]

L'alignement des taupinières permet de deviner le système de galeries souterraines que la taupe creuse.

En creusant, la taupe arrive à compacter jusqu’aux deux tiers de la terre afin de consolider ses galeries horizontales, le reste étant rejeté par l'intermédiaire d'une cheminée verticale sous forme de taupinières qui peuvent donner un aspect disgracieux aux pelouses. Elles indiquent la présence de l'animal. À contrario, l'absence de taupinière ne prouve pas l'absence de taupes.

Les taupinières peuvent être arasées par un engin agricole appelé étaupineuse.

La taupe est l'amie du jardinier, un petit dérangement de terre est peu à côté des services rendus : le substrat très fin ramené en surface est réutilisable pour les semis, les plants en godet, le rempotage des jardinières ou des plantes d’intérieur. La taupe participe avec d'autres animaux (vers de terre anéciques, fourmis, termites, autres mammifères comme les rongeurs) à la bioturbation du sol et à son drainage[1].

Confusions[modifier | modifier le code]

D'autres espèces, notamment des rongeurs, creusent des tunnels et forment des « taupinières ».

Par exemple le campagnol terrestre, appelé aussi Rat taupier (Arvicola amphibius) débouche dans le monticule de terre en biais alors que celle de la taupe débouche verticalement, le test avec un bâton permet de différencier les deux monticules.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Bastien, Christian Gauberville, Vocabulaire forestier : écologie, gestion et conservation des espaces boisés, Forêt privée française, , p. 60

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]