Tathmaziz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
République de Tathmaziz
Univers de fiction
Créateur
Éditeur
Première apparition
Caractéristiques
Type
République
Localisation
continent de l'Afrique
Capitale
Kelbochibre
Monnaie
Franc Tathmazizien

La République de Tathmaziz est un pays imaginaire dans lequel se déroule l'action de Appelez-moi chérie, un roman de la série San-Antonio paru en 1972.

Le commissaire San-Antonio est envoyé au Tathmaziz avec pour mission de ramener en France un diamant de deux tonnes.

Généralités[modifier | modifier le code]

  • Le gentilé des habitants est Tathmazizien.
  • La monnaie est le franc tathmazizien appelé communément des bananes.
  • La langue est le français.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • La République de Tathmaziz est située en Afrique Occidentale.
  • Villes :
    • Kelbochibre, la capitale est située sur la façade Atlantique et dispose d'un aéroport.
    • Mékouyanbar (ancien nom : Fort-Dekaffé) : ville-pôle de la sécheresse (hygrométrie égale a un millimètre tous les 853 ans)
  • Îles :
    • L'île Alig : où se réalise l'élevage du lézard.
    • L'île Ator : où se réalise l'élevage du crocodile.
  • Divers :
    • Massif de Zobmastar.
    • Située entre le massif de Zobmastar et Kelbochibre, se trouve la zone marécageuse de Kelmerdouilh.

Climat[modifier | modifier le code]

Le soleil est très présent dans ce chaud pays d'Afrique, comme en témoigne San Antonio lors de sa première visite dans le pays : « Ici, l'insolation c'est le sport national »[1].

Personnages de La République de Tathmaziz[modifier | modifier le code]

Césarin Tavékapalimé, Ministre des affaires étrangères de Tathmaziz

Temps[modifier | modifier le code]

Les Thatmaziziens n'ont pas de montre, ils évaluent le temps en prenant comme unité la durée nécessaire pour porter un litre d'eau froide à ébullition.

Faune[modifier | modifier le code]

Oiseaux exotiques aperçues au Tathmaziz :

  • Condors-pies (appelé communément le pie-pocket)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. p. 28.