Tarraco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tarraco
Reconstitution de Tarraco à l'époque impériale
Reconstitution de Tarraco à l'époque impériale
Localisation
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Coordonnées 41° 06′ 59″ N 1° 15′ 19″ E / 41.1165, 1.2552341° 06′ 59″ Nord 1° 15′ 19″ Est / 41.1165, 1.25523

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Tarraco
Tarraco

Tarraco est le nom antique de la cité de Tarragone (en Catalogne, Espagne). Elle fut la capitale de l'Hispanie citérieure sous l'Empire romain, et l'une des principales cités de la péninsule Ibérique.

C'est à l’origine une petite place militaire abritant une petite garnison romaine des frères Cn Scipion au cours de la deuxième guerre punique en 218 av. J.-C. Ce premier établissement était situé à côté d'un oppidum ibérique, probablement Cesse. Il est vite devenu une importante base militaire d’où est née la ville de Tarraco. C’était la principale base d'hiver pour les troupes romaines en Hispanie, et qui permit un processus long et complexe d'intégration du nouveau territoire péninsulaire, aux plans culturels et économiques et religieux pour la diffusion du catholicisme.

Le site archéologique, en partie enseveli sous l'actuelle ville de Tarragone, est classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Historie[modifier | modifier le code]

Période pré-romaine[modifier | modifier le code]

Grâce aux sources classiques, les noms des différents peuples ibériques de la Catalogne sont connus, bien qu'il soit difficile d'établir les limites de peuplement avec précision. Comme pour les régions du sud de la Principauté, les Ilercavons étaient essentiellement sur la zone du Baix-Ebre, tandis que Cessetans occupaient la plaine de Tarragone et probablement le Penedès et la Conca de Barbera[1].

Les fouilles archéologiques ont mis en évidence de nombreux sites ibériques dans toute la région, en particulier dans les terres de l'Ebre. Un bon exemple est le village du Castellet de Banyoles (Tivissa), situé sur un plateau qui domine et contrôle le passage de la rivière. Les fouilles qui ont été menées entre 1912 et 1927, ont mis au jour par hasard le «trésor Tivissa » (des objets d'or, assiettes et tasses en argent et des pièces pré-romaines) et ont partiellement permis de connaître son système de planification et de défense exceptionnelle. Il semble que nous pouvons situer le développement la colonie du IVe au IIIe siècle av. J.-C. Les bases ibériques dans la plaine de Tarragone sont nombreuses ; on compte en particulier : Fontscaldes, Vilar (Vallées) de Garràfols (Vallmoll) de Degotalls (Alcover) Puig de Santa Anna (Castellvell du Camp) à partir Timbes (Riudoms), etc.[1]

Dans la ville de Tarragone, diverses fouilles effectuées il y a quelques années entre les rues et le capucin Pere Martell ont mis à jour in situ les vestiges d'habitat et des matériaux de la période ibérique datant du Ve siècle av. J.-C. Cela confirme l'existence d'un oppidum autochtone dans la partie basse de la ville (qui portait le nom Kese) sur une élévation naturelle de la terre très proche du port et l'embouchure du Francoli[1].

Origine de Tàrraco[modifier | modifier le code]

Sur un des angles du côté sud du Forum Provincial de Tarraco, s'élève le bâtiment du Prétoire

Après avoir débarqué à Empuries en 218 av. J.-C., Gneu Corneli Scipion se lance dans la conquête de toute la côte catalane jusqu'à l'Ebre et affronte les tribus indigènes qui avaient été soumises par les Carthaginois. La première bataille fut livrée à Kese et fut favorable aux Romains qui occupèrent le village et y laissèrent une garnison. Après l'expulsion définitive des Carthaginois de cette longue côte, Tarraco fut transformé en campement d'hivers des légions romaines[2]

Une fois installées les troupes et assurée la défense de la nouvelle base par la construction d'une muraille, les Romains commencèrent en 217 av. J.-C. la conquête des terres intérieures occupées par les tribus indigènes ilergetes, lacetanes i ausetanes, alliées aux Carthaginois. Tàrraco acquit alors le rôle de place forte. Deux éléments conditionnèrent fortement l'évolution de la place, jusqu'aujourd'hui : le port et les murailles. Tous deux furent construits d'après les ordres de Scipion, ce qui valut à la cité le titre de Tarraco Scipionum opus donné par l'historien romain Pline l'ancien (Ier siècle av. J.-C.)[2].

En 45 av. J.-C., Jules César donna à la ville le statut de colonie romaine de droit romain (Colonia lulia Urbs Triumphalis Tarraco). Auguste y résida en 27 à 25 av. J.-C. pour suivre les opérations militaires de la Cornisa Cantàbrica et donna à la ville le titre de capitale de la province Tarraconense dans la nouvelle organisation provinciale. À cette époque commença la mise en œuvre d'un grand programme destiné à doter les villes romaines d'ensembles architecturaux monumentaux, en accord avec l'importance et la symbolique de la ville. Tarraco atteignit son plus grand prestige au IIe siècle après J.-C.

« Tarraco sera une petite Rome : une ville fortifiée, avec des bâtiments publics dédiés aux dieux, l’administration et le divertissement des habitants. Une division claire entre les quartiers urbains et les quartiers du potentat, une vie urbaine riche et intense… l’actuelle Tarragone sera considérée dans tout l’empire comme un petit paradis, un lieu où la vie est plaisante et commode, évidemment pour ceux qui pouvaient se permettre une telle vie[3] »

À cette époque, les habitants romains de cette ville jouissaient d’un niveau de vie qu’ils ne retrouvèrent qu’à l’époque moderne. Comme le montre le témoignage de Luci Anneu Flor, orateur romain du IIe siècle :

« Tarraco est pour moi la ville la plus agréable et aimable de toutes celles connues pour le repos. Ici, tu as un peuple honoré, laborieux, tranquille, qui maintien un certain regret envers les forestiers, mais une fois connus, ils te traitent bien. Le ciel – qui est très tempéré – n’a pas de changements brusques de température et l’année semble un printemps permanant. La terre est fertile aux champs, et plus encore sur les hauteurs. On y produit du vin et du blé aussi bon comme en Italie sans être la récolte de la fin d’automne. De plus, la ville offre de grands avantages, puisqu’elle conserve les standards de César et arbore triomphalement son titre. Mais elle possède également des monuments notables d’origine étrangère : si tu regards les temples antiques, tu vois qu’ici on adore Jupiter Ammo[4] »

La vitalité se maintint jusqu’au milieu du IIIe siècle, quand, suite à la crise générale de l’Empire et les premières incursions des Francs, commença un processus de généralisé de récession tant d’ordre démographique qu’urbanistique, qui eut comme conséquence la destruction et l’abandon d’une grande partie de la ville, à l’exception de la partie qui devint le nouveau noyau urbain. Cependant, et malgré les invasions barbares, les Tarragonais maintinrent les lois et les coutumes durant bien plus longtemps que dans d’autres villes du monde romain, sur une période évaluée à plus de huit siècles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Sala I. époque préromaine », sur MNAT.cat (consulté en 4 août 2014)
  2. a et b « Sala I. Tàrraco campament militar » (consulté le 4 août 2014)
  3. Calpena, Enric i Rodríguez, Esther. Històries de Catalunya. Valls. Editorial Cossetània. 2007, pàgina 13
  4. Florus, orador romà (segle II dC). Citat per Freixenet, Dolors: L'empremta d'un imperi. La romanització. Barcelona, Barcanova, 1991, pàgina 89.