Tarnès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tarnès
Le bourg et l'église.
Le bourg et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arrondissement de Libourne
Canton Le Libournais-Fronsadais
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Fronsac
Maire
Mandat
Laurent Garbuio
2014-2020
Code postal 33240
Code commune 33524
Démographie
Population
municipale
278 hab. (2014)
Densité 192 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 35″ nord, 0° 21′ 29″ ouest
Altitude Min. 4 m
Max. 34 m
Superficie 1,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de la Gironde
City locator 14.svg
Tarnès

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Tarnès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tarnès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tarnès

Tarnès est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Tarnès[1]
Vérac
La Lande-de-Fronsac Tarnès[1] Villegouge
Cadillac-en-Fronsadais Lugon-et-l'Île-du-Carnay

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2014 en cours Laurent Garbuio SE[2] Cadre

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 278 habitants, en augmentation de 2,21 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
153 131 153 139 168 185 309 160 137
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
140 153 145 135 151 140 131 122 109
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
109 111 106 106 109 113 115 89 91
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
103 94 101 166 201 254 261 260 278
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Martin.

Les informations suivantes proviennent principalement de : L'église Saint-Martin de Tarnès fiche d'information[7] à l'entrée de l'église. et L'église Saint-Martin de Tarnès[8] publié par l'Office de Tourisme du Fronsadais..

L'édifice comporte un nef et un bas-côté et se termine à l'est par une abside semi-circulaire et à l'ouest par un clocher. Un portail, protégé par un porche, s'ouvre au sud dans la nef.

L'église a été édifiée en trois campagnes. Les petits moellons de la base du mur méridional sont caractéristiques des constructions du XIe siècle. La façade, le chevet et le portail sud sont construits au XIIe siècle et, au XVe siècle, l’église est agrandie d’un bas côté au nord. Le clocher date probablement de cette dernière campagne.

Cadran canonial


De l'église originelle, édifiée au XIe siècle, il ne reste que la partie inférieure du mur sud de la nef.

A la fin du XIIe siècle la façade occidentale, le chevet et le portail méridional sont reconstruite. La façade, un simple mur-pignon est décorée par deux corniches à modillons superposées. Le portail, possède des colonnes courtes aux chapiteaux nus, ainsi que les tailloirs.

L'abside voûtée en cul-de-four, raidie de quatre contreforts à talus disposés irrégulièrement dans sa partie tournante, est séparé de la nef par un mur-pignon formant saillie.

Deux baies à l'ébrasement intérieure identique, surmontées d'une corniche que se poursuit sur le pourtour interne de l'abside, l'éclairent.

A la fin du XVe siècle un bas-côté, épaulé de trois contreforts à talus est ajouté à la nef, au nord. Il communique avec celle-ci par deux arcades en plein-cintre, reposant sur un pilier quadrangulaire;

A la même époque, un clocher, constitué par l’adjonction de trois côtés, est plaqué sur l'ancienne façade occidentale romane. Le clocher est éclairé par une petite fenêtre au sud et sa partie supérieure est percée de deux baies à l'ouest et d'une baie à l'est, au nord et au sud.

Au XVIIIe siècle les fenêtres de l'église sont refaites et le portail méridional est protégé par un nouveau porche.

A l'intérieur de l'église, un retable avec tabernacle en pierre sculpté datant du XVIIIe siècle est classé monument historique au titre objet depuis 1970[9].

A l'extérieur,sur un contrefort au sud de l'abside se trouve un cadran canonial gravé dans la pierre. Ce type de cadran solaire était utilisé par le clergé pour déterminer le moment de faire certains actes liturgiques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Voici vos 542 maires, édition spéciale de Sud Ouest d'avril 2008
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. L'église Saint-Martin de Tarnès, « Gironde à fleur de pierre » une fiche d'information réalisée à l'initiative du P.S.O. du Grand Libournais avec le concours du Consel général de la Gironde.
  8. L'église Saint-Martin sur le site de l'Office de Tourisme du Fronsadais.
  9. « Retable et tabernacle », notice no PM33000922, base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]