Histoire du monde de La Roue du temps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tarmon Gai'don)
Aller à : navigation, rechercher

Cet article concerne l'histoire du monde fictionnel de la série de fantasy La Roue du temps de Robert Jordan.

Création du monde[modifier | modifier le code]

Le monde fut créé par le Créateur, entraîné par la Roue du temps, et les existences apparaissant et disparaissant de manière cyclique avec les 7 Ères. Comme l'introduction de chaque livre original l'affirme : « La Roue du temps tourne, les Ères se succèdent, laissant des souvenirs qui deviennent légende. La légende se fond en mythe, et même le mythe est depuis longtemps oublié quand reparaît l'Ère qui lui a donné naissance. »

La Roue du temps est maintenue et entraînée par les deux moitiés du Pouvoir unique : le Saidin masculin et la Saidar féminine. Certains humains ont la capacité de manipuler ce Pouvoir Unique, une capacité qui semble se transmettre génétiquement et mystiquement.

Lors de la création, le Créateur enferma Le Ténébreux dans une prison séparée du monde. La nature du Ténébreux, ainsi que celle du Créateur, ne sont pas connues.

L'Ère des Légendes[modifier | modifier le code]

L'Ère des Légendes est le nom donné à l'Ère précédant celle dans laquelle prennent place les livres de La Roue du temps. Elle précède le Temps de la Folie et la Destruction du Monde. À cette époque, la société était avancée à un niveau inimaginable aujourd'hui. Dans cette société, les canaliseurs étaient beaucoup plus communs qu'à présent, et les Aes Sedai étaient extrêmement puissants, capables de créer des Angreals, Sa'angreals et Ter'angreals, en plus d'être très influents dans la société. Une des institutions les plus puissantes du monde d'alors était la Chambre de l'Assemblée des Serviteurs, à laquelle devaient répondre tous les canaliseurs. L'Aes Sedai le plus puissant de la Chambre était Lews Therin Telamon, appelé Le Dragon par ses partisans.

L'Ère des Légendes est vue comme une société utopique sans guerre ou crime, et dévolue à la culture et l'apprentissage. Les Aes Sedai réalisaient souvent des expériences académiques, d'une desquelles résulta un trou « foré » dans la prison du Ténébreux. Les effets immédiats ne furent pas reconnus, mais le Ténébreux gagna graduellement en pouvoir sur l'humanité, s'attirant nombre de ceux qui deviendraient ses fidèles partisans.

La Guerre de Pouvoir[modifier | modifier le code]

La Guerre de Pouvoir commença lorsque ceux attirés par l'influence du Ténébreux entrèrent en guerre pour son compte dans le but de détruire le pouvoir en place. À cette époque, le concept de « guerre » n'étant pas familier à l'humanité, les forces du Ténébreux réussirent donc de rapides conquêtes avant qu'une guerre d'usure ne se mette en place.

Grâce à leur capacité à canaliser le Pouvoir unique et étant des figures importantes, les Aes Sedai devinrent fréquemment les meneurs des forces de la Lumière. Cependant, de nombreux Aes Sedai - dont certains des plus puissants - passèrent du côté des forces de l'Ombre, devenant par là les Élus du Ténébreux, appelés Réprouvés par les forces de la Lumière, et dirigeant les forces de l'Ombre. Certains des Réprouvés furent également responsables de la création d'armées entièrement dévouées à l'Ombre : les Trollocs, Myrddraals et Draghkars.

Finalement, les forces de la Lumière commencèrent à diminuer, particulièrement du fait de l'empressement de l'ennemi à utiliser des créatures fabriquées, comme les Trollocs, et la Chambre de l'Assemblée des Serviteurs ne sachant pas comment faire face à cette menace.

Deux possibilités furent envisagées pour lutter contre le Ténébreux. Les femmes pensaient créer deux Sa'angreals extrêmement puissants pour défaire le Ténébreux, mais les clés d'accès, des ter'angreals qui permettaient de les utiliser sans mourir, disparurent dans des conflits avec l'Ombre.

Lews Therin Telamon, le plus puissant des hommes Aes Sedai, premier parmi les Serviteurs, Porteur de l'Anneau de Tamyrlin, décida de lancer une opération pour sceller la prison du Ténébreux. L'assemblée des Servants s'y opposa, pensant que cela comportait trop de risques. Prenant les affaires en main, Lews Therin Telamon rassembla des partisans loyaux - 113 hommes experts dans la maîtrise du Pouvoir Unique : les Cent Compagnons - et voyagea jusqu'au Shayol Ghul. Là, il enferma le Ténébreux et les Réprouvés dans sa prison, en refermant le trou creusé dans celle-ci avec 7 sceaux de Cuendillar. L'opération fut un succès. Le scellage était optimal, et les Réprouvés se trouvaient au Shayol Ghul au moment de l'attaque.

Cela coûta cependant la vie de 45 des Compagnons en plus des 20 000 soldats de l'armée les accompagnant, mais la vraie défaite fut causée par la contre-attaque du Ténébreux : il plaça une souillure sur le Saidin, qui rendit instantanément fou Lews Therin et le reste de ses Compagnons. Les autres Aes Sedai masculins, quant à eux, succombèrent petit à petit à la Souillure, les rendant fous et faisant pourrir leurs corps, durant les quelques années suivantes, provoquant la Destruction du Monde.

Tarmin Gai'don[modifier | modifier le code]

À la suite de la Guerre de Pouvoir, le Ténébreux fut emprisonné par Lews Therin Telamon et les Cent Compagnons dans le Shayol Ghul. Or les Prophéties annoncent qu'un jour viendra où le Ténébreux se libérera et sèmera le Chaos partout, ravageant le monde. Le Dragon, alors réincarné l'affrontera dans la Tarmon Gai'don - littéralement "la bataille de la fin du monde" - qui verra le dessein de l'Ère se décider. Cette bataille titanesque aux enjeux colossaux verra - d'après beaucoup de personnes s'étant penchées sur la question avec attention mais sans certitude - l'ensemble des forces du monde engagées plus ou moins dans un combat désespéré pour la victoire, avec la survie du monde à la clef.

Étant donnés les ravages résultants du dernier affrontement où le Ténébreux fut impliqué (la Destruction du Monde, alors même qu'il n'était pas totalement libéré) et les Prophéties elles-mêmes, il est raisonnable de penser que le monde sera totalement bouleversé par la Tarmon Gai'don. C'est pourquoi la seule mention de ce nom suffit à inspirer la crainte à des nations entières et que personne n'y reste indifférent.

Si la moitié du monde refuse de croire qu'elle aura le malheur de voir se dérouler cette bataille maudite, l'autre moitié fait tout ce qu'elle peut pour s'y préparer, parfois avec des actions totalement opposées, quand les gens ne se terrent pas sous le sol ou n'essaient pas de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour l'empêcher d'arriver. On dit que le Cor de Valère ne sera trouvé que peu avant la Tarmon Gai'don et que celui qui en sonnera ramènera les héros de jadis sous sa bannière pour combattre, mais pour combattre du côté de celui qui soufflera dedans, quel qu'il soit...

« Il est venu et les feux redoutables se sont rallumés.

Les collines brûlent et la campagne se dessèche.

Les flots des humains s'épuisent, et les heures diminuent.

Percé est le mur et levé le voile de la séparation.

Des orages grondent par-delà l'horizon et les feux du ciel purifient la terre.

Il n'y a pas de salut sans destruction, pas d'espoir avant la mort. »

La Destruction du Monde[modifier | modifier le code]

Durant la période qui est également connue sous le nom de Temps de la Folie, les Aes Sedai masculins changèrent la face du monde. Leur folie les fit utiliser le Pouvoir Unique pour créer de grands tremblements de terre, détruisant et créant des montagnes entières. Ils élevèrent des terres là où des mers se trouvaient, et transformèrent des landes de terre en mers. Des villes entières furent détruites et la civilisation n'exista plus durant cette époque, ne se rétablissant sous une forme primitive que lorsque le dernier des hommes Aes Sedai fut mort.

Une grande partie du monde était complètement transfigurée, et la majorité de la population mondiale avait été tuée durant cette période troublée. Cette destruction est encore présente dans les histoires, légendes, et dans l'histoire même sous le nom de Destruction du Monde.

Pendant cette période, tous les habitants du monde connu étaient apeurés. Les hommes avaient perdu femmes et enfants, les Ogiers ne retrouvaient plus leurs Steddings. et la destruction continuait. Quand les Ogiers recommencèrent à retrouver des Steddings, certains des hommes voués à devenir fous les accompagnèrent, car il est impossible de canaliser, ni même de sentir la Vraie Source dans un tel endroit. C'est un point de rupture entre les modes de pensée de l'Ajah Bleue et l'Ajah Rouge. Ces dernières pensant que cela a fait perdurer la destruction et aurait pu détruire le monde entier.

Les Guerres Trolloques[modifier | modifier le code]

Les Guerres Trolloques sont une série de guerres entre l'humanité et les créatures des Ténèbres (Trollocs, Myrddraals,…) ne se déroulant pas seulement dans la Dévastation, mais également plus au sud. À cette époque, Ishamael fut seulement partiellement captif dans la prison du Ténébreux durant une quarantaine d'années, et on présume qu'il dirigea de loin les Seigneurs de l'Épouvante (des Aes Sedai dévoués au Ténébreux) qui commandaient les armées trolloques[1], ainsi que les agissements des Amis du Ténébreux (espionnage, assassinats, combats,… ). Ces armées affaiblirent grandement les Dix Nations.

Cette époque marque un changement de la culture et de la société du monde, nombre de nations furent détruites comme Manetheren, et celles qui ne le furent pas subirent les affres des troubles politiques et sociaux. Les Guerres Trolloques marquèrent également la fin du Pacte des Dix Nations, qui avait formé la situation géopolitique du monde peu après sa Destruction.

Arthur Aile-de-Faucon et la Guerre de Cent ans[modifier | modifier le code]

Arthur Aile-de-Faucon est le roi qui a uni tous les territoires à l'ouest de l'Échine du Monde ainsi que certaines terres au-delà du Désert des Aiels. Conquérant sans égal, et stratège d'exception, les défaites qu'il a connues peuvent se compter sur les doigts d'une main. Il a même envoyé des armées de l'autre côté de l'océan d'Aryth. Ses descendants, mille ans plus tard, seront nommés les Seanchans.

Aile-de-Faucon fut opposé aux Aes Sedai, probablement en grande partie à cause de son conseiller qui n'était autre que Ishamael partiellement libéré de sa prison. C'était aussi l'un des plus grands ta'veren que le monde ait jamais connu, manipulant le dessein de la Roue et manipulé par lui. Malgré les morts dus à ses guerres et à l'orgueil démesuré qu'il manifesta sur sa fin (il tenta d'assiéger Tar Valon et échoua, de même qu'auparavant dans le Désert des Aiels), on dit dans son royaume unifié qu'un enfant innocent pouvait voyager seul avec un sac d'or dans les mains sans avoir à craindre les voleurs.

À sa mort, la guerre de Cent ans a éclaté pour savoir qui hériterait l'Empire. Les nations de l'époque de la Roue du temps en sont issues. Les dégâts provoqués par cette guerre furent énormes.

La Guerre des Aiels[modifier | modifier le code]

La guerre des Aiels est considérée par les Aiels comme une exécution, déclenchée par le roi du Cairhien, Laman Damodred. Il avait fait abattre un rejeton de l'Arbre de vie, cadeau des Aiels d'une valeur inestimable (car vieux de plus de trois millénaires), pour en faire son trône. Quatre clans Aiels ont alors franchi l'Échine du monde pour prendre la vie de Laman, brûlant les villes et vainquant n'importe quelle armée lancée contre eux, malgré la Grande Alliance qui vit toutes les nations du monde connu s'opposer à eux. Ils ont semblé être vaincus devant les murailles de Tar Valon, mais sont en réalité simplement retournés chez eux, après avoir tué Laman au bout de trois jours de bataille ininterrompue. Depuis lors, une profonde méfiance persiste entre les Aiels et les autres « habitants de terres humides », particulièrement avec les Cairhienins qui sont appelés par les Aiels « Briseurs de serments », ou « parjures » ou bien encore « tueurs d'arbres ».

Bataille de Cairhien[modifier | modifier le code]

En revenant du Désert des Aiels, Rand al'Thor poursuit Couladin qui a juré de le tuer, et qui se propose en attendant d'aller conquérir le monde en se faisant passer pour le Car'a'Carn. Les Shaidos sont un clan composés de nombreux guerriers et Vierges de la Lance, rendu encore plus puissant par les nombreux Aiels ayant refusés les déclarations de Rand sur leur passé.

Les Shaidos traversent l'Échine du Monde en ravageant tout sur leur passage et en capturant ou tuant tout le monde sur leur passage. Ils arrivent rapidement devant la capitale du Cairhien : la grande cité qui porte le même nom. Forte d'environ 160 000 soldats, l'armée de Couladin passe à l'attaque et réduit rapidement les Faubourgs de la ville en un tas de cendres fumantes. Malgré l'absence totale d'arme de sièges, les Shaidos n'hésitent pas à se lancer à l'assaut des hautes murailles qui protègent la ville. Les défenseurs ont énormément de mal à leur résister et à les repousser, cependant ils finissent par y parvenir provisoirement. Malgré le "renfort" des soldats du Tear envoyés par Rand quand la guerre civile régnait, et face à une armée bien plus nombreuse, et dont chaque soldat est un guerrier né, la ville n'a aucune chance de subsister longtemps, et le siège s'établit. Après environ deux semaines, les défenseurs sont à bout, et la ville s'apprête à tomber, ses habitants morts de faim et de fatigue.

Cependant, avec sept des clans Aiels, soit presque 300 000 Aiels, Rand est arrivé à rattraper Couladin. La plus grande armée depuis au moins un millénaire vient d'accomplir l'exploit de parcourir en seulement sept jours, à pieds, une distance que les rescapés Cairhienins estimaient déjà difficile à faire franchir à un petit groupe à cheval.

Rand ordonne de construire une grande tour de bois avec au sommet les premiers appareils optiques de longue-vues afin d'observer la situation et de définir un plan de bataille. Rhuarc et Mat se chargent de l'essentiel des détails avec leur grandes capacités stratégique. Le principal problème est que quatre clans Aiels marchent ensemble juste derrière eux, et que personne ne sait quel camps ils vont rejoindre. S'ils s'allient à Couladin, alors l'armée de Rand devra combattre sur deux fronts à la fois, aussi, la moitié de l'armée Aielle est gardée en réserve pour leur faire face, pendant que l'autre moitié doit engager le combat contre les troupes de Couladin, maintenant sensiblement égales numériquement.

Rand se place en haut de sa tour, encadré par des centaines de Vierges de la Lance qui craignent qu'il tente quelque chose d'idiot comme de défier Couladin en combat singulier. À sa demande, Aviendha et Egwene viennent l'aider, bien que cette dernière ne le fasse qu'a contrecœur. Le Saidar entre donc en action, foudroyant des dizaines de Shaidos sur le champ de bataille où les combats font rage. Avec un Angreal mineur, Rand a une puissance suffisante pour augmenter la portée de ses flux de Saidin, et il en fait généreusement usage. Toute la journée, il fait entrer en fusion le sol sous les pieds des Shaidos, les tuants par centaines, frappe de l'éclair les troupes compactes qui tentent de prendre la ville, et il s'épuise dans la bataille sanglante.

Pendant ce temps, Mat qui s'était promit de se tenir éloigné de toute bataille aperçoit un groupe composés de Teariens et de Cairhienins qui fonce tête baissée dans un piège. Il les rejoint pour les avertir, et après que les officiers les plus bornés sont morts en tombant dedans, Mat se retrouve à commander une armée de 6 000 hommes en personne. Au cours de la journée, à travers les bois et la plaine, Mat et ses hommes affrontent à plusieurs reprises des Shaidos et la battent grâce aux talents stratégiques de Mat, même si sa faculté de Ta'veren semble jouer contre lui en attirant les ennemis.

Alors que Rand approche de l'épuisement total, un Réprouvé, probablement Sammael foudroie la tour où se trouve Rand, tuant de nombreuses Vierges et blessant sérieusement Rand. Sorti des décombres par Aviendha qui s'inquiète pour sa survie, il décide de continuer à se battre, mais pour cela il doit s'approcher désormais, et être au cœur des combats. Contre la volonté de Suline qui tente de le protéger, il va donc avec une faible escorte participer de nouveau aux combats. À plusieurs reprises par la suite Sammael tente de le tuer de loin, mais il échoue et il finit par abandonner. Rand continue à faire usage sans compter de ses pouvoirs, et la bataille tourne finalement en sa faveur, surtout après que Mat a réussi (avec difficulté) à tuer Couladin dans un combat épique.

Après avoir perdu 40 000 guerriers (tués ou prisonniers), les Shaidos se replient enfin. Pratiquement mort d'épuisement, Rand tombe de cheval, sa blessure au flanc rouverte et il perd connaissance. Il devrait être Guéri avant de pouvoir se lever (malgré les imprécations d'Aviendha). Il entre dans la ville qui l'accueille comme un libérateur. L'armée qu'a commandé Mat passe officiellement sous ses ordres et gagne un grand prestige tout en prenant le nom de Bande de la Main Rouge (une armée de jadis composée de véritables héros). Les clans restés neutres jusqu'ici dévoilent enfin leur intention de se rallier à Rand. La plus importante bataille depuis des générations vient de prendre fin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Invasion des ténèbres, Robert Jordan, chap.9