Tarek Aziz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tarek Aziz
طارق عزيز
Tarek Aziz (à gauche) avec Vladimir Poutine (à droite), en 2000.
Tarek Aziz (à gauche) avec Vladimir Poutine (à droite), en 2000.
Fonctions
Ministre des Affaires étrangères irakien

(8 ans 1 mois et 26 jours)
Président Saddam Hussein
Prédécesseur Saadun Hammadi
Successeur Mohamed Saïd al-Sahhaf
Membre du Conseil de commandement révolutionnaire

(23 ans 8 mois et 24 jours)
Biographie
Nom de naissance Tarek Hanna Mikhaïl Issa
Date de naissance
Lieu de naissance Mossoul (Royaume d'Irak)
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Nassiriya (République d'Irak)
Nationalité Irakienne
Parti politique Parti Baas arabe socialiste (1957-1966)
Parti Baas irakien (1966-2006)
Conjoint Violet Yusef Nobud
Religion Catholique chaldéen

Tarek Aziz Tarek Aziz

Tarek Aziz (arabe : طارق عزيز) [1], de son vrai nom Tarek Hanna Mikhaïl Issa[2], né le à Mossoul et mort le (à 79 ans) à Nassiriya, est un homme politique irakien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Tarek Aziz est né dans une famille de confession chrétienne chaldéenne. Il a adopté le nom de « Tarek Aziz » pour se démarquer de son appartenance à la communauté assyrienne d'Irak et se rapprocher des nationalistes arabes[réf. nécessaire].

Sa famille est favorable au panarabisme, et il s'intéresse dès son plus jeune âge « à toutes les idéologies politiques », mais aussi à la poésie et la littérature. Un temps intéressé par le marxisme, il se tourne vers le parti Baas dont il trouve qu'il « associe le socialisme au panarabisme, qui lie l’homme à sa culture, à son vécu et à sa civilisation », en particulier les textes de Michel Aflak. Après avoir travaillé comme journaliste pour divers organes du parti Baas à partir de 1958, il devient éditeur de son principal organe de presse, Al-Thawra (en) (La Révolution). Il participe au coup d’État de 1963, lui-même contrecarré quelques mois plus tard par un autre coup d’État pro-nassérien. Et c'est dans la clandestinité, à Damas en Syrie, qu'il se lie d'amitié à un autre activiste : Saddam Hussein. En 1968, le parti Bass reprend le pouvoir et Tarek Aziz ne quittera plus les hautes fonctions de l’État irakien, tout proche de Saddam Hussein, en étant peut-être la seule personne du pouvoir pouvant se permettre « une liberté de ton » avec celui-ci[2].

Il devient ministre de l'Information en 1974 puis vice-Premier ministre de 1979 à 1983, après que les pouvoirs se sont concentrés entre les mains de Saddam Hussein. De 1983 à 1991, il est ministre des Affaires étrangères et est, de ce fait, le principal négociateur irakien durant la crise politique qui suit l'occupation du Koweït. Tarek Aziz représente l'Irak dans des réunions et dans diverses visites diplomatiques de haut niveau mais ne s'aventure plus très souvent au-delà des frontières irakiennes [réf. nécessaire]. En mars 1991, il redevient vice-Premier ministre, Saddam Hussein assurant lui-même la fonction de premier ministre depuis mai 1994. Il est alors l'un des tous premiers personnages de l'État.

Emprisonnement[modifier | modifier le code]

En fuite après la chute de Bagdad le , Tarek Aziz se rend aux forces américaines le 24 avril 2003, alors que les opérations militaires ne seront officiellement déclarées « terminées » par le président Georges W. Bush que le 1er mai.

En décembre 2005-janvier 2006, son état de santé semble se détériorer.

Le 29 avril 2008, Tarek Aziz, jusqu'alors détenu par les Américains (« livré » aux Irakiens chiites, faisant la chasse aux chrétiens qui étaient considérés comme des alliés de Saddam Hussein) comparaît à Bagdad devant le Haut tribunal pénal irakien pour le rôle qu'il aurait joué dans l'exécution de 42 commerçants dans la capitale en 1992[3]. Le 11 mars 2009, il est reconnu coupable de cette exécution et condamné à quinze ans de réclusion.

À son sujet, Hans-Christof von Sponeck, ancien secrétaire général adjoint de l'ONU, a déclaré :

« [...] j’ai connu M. Tarek Aziz. Mon prédécesseur et moi-même le considérions comme une personne avec laquelle nous avions une relation cordiale, comme une personne qui — malgré ce que l’on en a dit dans les principaux journaux — essayait de s’occuper du peuple irakien. Une personne donc disponible et disposée à prendre en considération des propositions visant à apporter des améliorations au programme d’assistance humanitaire. De notre point de vue, de mon point de vue, c’était une personne correcte. Je ne peux pas juger de ce que M. Tarek Aziz a fait en Irak en dehors de mon domaine de responsabilité mais, tout ce que je demande, est qu’une personne malade, ne serait-ce que pour des raisons humanitaires, soit traitée dignement [...] et [puisse] bénéficier d’un procès équitable. M. Tarek Aziz avait droit, et a droit — tout comme Saddam Hussein du reste — à être traité conformément au droit international, conformément aux conventions de la Haye et de Genève. Je m’élève contre le fait que, trois ans après qu’il s'est volontairement livré aux forces d’occupation, il n’ait pas encore été inculpé [...] »

Le 2 août 2009, la Haute cour pénale d'Irak l'a condamné à sept ans de prison pour « son rôle dans les exactions contre les Kurdes de confession chiite dans les années 1980 »[4].

En 2010, il est jugé une nouvelle fois, pour son rôle dans la répression contre la communauté chiite dans les années 1980. La Haute cour pénale irakienne le condamne à mort le 26 octobre 2010[5]. Le 16 novembre 2010, le président irakien Jalal Talabani a déclaré qu'il ne signerait jamais son ordre d'exécution [6].

En novembre de la même année, la justice irakienne l'a de nouveau condamné à dix ans de prison pour le massacre de Kurdes chiites pendant la guerre Iran-Irak dans les années 1980[7].

Tarek Aziz meurt le (à 79 ans) à l'hôpital de Nassiriya[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Denaud, Béatrice Bouvet, Tarek Aziz, le diplomate de Saddam Hussein, Paris, L’Harmattan, 2000.
  • Patrick Denaud, Irak la guerre permanente. Entretiens avec Tarek Aziz, Paris, Le Félin, 2003.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Quel avenir pour les Chrétiens d'Irak ? Ou Mikhaïl Youhanna.
  2. a et b Tarek Aziz : la face présentable du régime de Saddam Hussein, article sur lemonde.fr, daté du 5 juin 2015.
  3. Georges Malbrunot, « Tarek Aziz comparaît devant ses juges à Bagdad », Le Figaro, 28 avril 2008.
  4. AFP, « Sept ans de prison pour Tarek Aziz », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  5. « L'ancien ministre irakien Tarek Aziz condamné à mort », Libération, 26 octobre 2010.
  6. « « Le président irakien refuse de signer l'ordre d'exécution de Tarek Aziz » », Le Nouvel Observateur, 17 novembre2010.
  7. « 10 ans de prison pour Tarek Aziz en Irak », Le Soir, 29 novembre 2010.
  8. « Tarek Aziz, le chef de la diplomatie de Saddam Hussein est décédé », sur lefigaro.fr,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :