Tardes (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
la Tardes
Pont suspendu sur la Tardes, reliant les communes d'Évaux-les-Bains et de Budelière.
Pont suspendu sur la Tardes, reliant les communes d'Évaux-les-Bains et de Budelière.
Caractéristiques
Longueur 77,3 km [1]
Bassin 980 km2 [1]
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 9,09 m3/s (Évaux-les-Bains) [2]
Régime pluvial
Cours
Source Étang de la Chaud
· Localisation Basville
· Altitude 753 m
· Coordonnées 45° 52′ 45″ N, 2° 25′ 29″ E
Confluence le Cher
· Localisation entre Évaux-les-Bains et Budelière
· Altitude 298 m
· Coordonnées 46° 14′ 19″ N, 2° 30′ 55″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Creuse
Régions traversées Nouvelle-Aquitaine

Sources : SANDRE:« K51-0300 », Géoportail, Banque Hydro

La Tardes est une rivière française qui coule en région Nouvelle-Aquitaine, dans le département de la Creuse. C'est un affluent de la rive gauche du Cher, donc un sous-affluent de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

De 77,3 km de longueur[1]

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Tardes est une rivière fort irrégulière.

La Tardes à Évaux-les-Bains[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé pendant une période de 87 ans (1921-2007), à Évaux-les-Bains localité située tout près de son confluent[3],[2]. Le bassin versant de la rivière y est de 854 km2[2].

Le module de la rivière à Évaux-les-Bains est de 9,09 m3/s[2].

La Tardes présente des fluctuations saisonnières de débit importantes et typiques du nord du Limousin. Les crues sont hivernales et s'accompagnent de débits mensuels moyens allant de 12,8 à 16,6 m3/s, de décembre à avril inclus (maximum en février). Dès le mois d'avril, le débit diminue progressivement jusqu'à la période des basses eaux d'été-début d'automne, qui se déroulent de juin à octobre inclus, et entraînent une baisse du débit moyen mensuel allant jusque 1,94 m3/s au mois d'août soit près de 2 000 litres par seconde, ce qui reste assez consistant.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Cependant, à l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 0,031 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, soit 31 litres par seconde, ce qui devient très sévère, le cours d'eau se réduisant alors à quelques filets d'eau.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être très importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 100 et 150 m3/s. Le QIX 10 vaut 190 m3/s, tandis que le QIX 20 est de 220 m3/s. Enfin le QIX 50 se monte à pas moins de 260 m3/s. Cela signifie que la Tardes devrait avoir statistiquement une crue de l'ordre de 100 m3/s tous les deux ans, et que tous les dix ans, une crue d'environ 190 m3/s doit se produire.

Le débit instantané maximal enregistré a été de 353 m3/s le , tandis que la valeur journalière maximale était de 460 m3/s le . En comparant ces chiffres aux valeurs des différents QIX de la rivière, il apparaît que les deux crues mentionnées étaient plus que cinquantennales et donc tout à fait exceptionnelles.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin de la Tardes est de 337 millimètres annuellement, ce qui est sensiblement égal à la moyenne d'ensemble de la France, mais nettement supérieur à l'ensemble du bassin versant de la Loire (244 millimètres par an), ainsi que du Cher (223 mm/an). Le débit spécifique (ou Qsp) se monte dès lors à 10,6 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Pont suspendu[modifier | modifier le code]

Un pont suspendu relie les sites de Saint-Marien (commune d'Évaux-les-Bains) et de Sainte-Radegonde (commune de Budelière), à proximité du confluent avec le Cher.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]