Tarbuttite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tarbuttite
Catégorie VIII : phosphates, arséniates, vanadates[1]
Image illustrative de l’article Tarbuttite
Cristaux de tarbuttite sur matrice chapeau de fer de la mine de Broken Hill (Kabwe Mine), Province Centrale, Zambie. Taille: 4.2 x 3.9 x 2.3 cm.
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule chimique HO5PZn2 Zn2(PO4)(OH)
Identification
Masse formulaire[2] 242,74 ± 0,04 uma
H 0,42 %, O 32,96 %, P 12,76 %, Zn 53,88 %,
Couleur Blanc, incolore, jaune, rouge, vert, ou brun
Classe cristalline et groupe d'espace Pinacoïdale ; P1
Système cristallin Triclinique
Réseau de Bravais Primitif P
Clivage Parfait à {010}
Cassure Irrégulière, inégale
Échelle de Mohs 3.5
Trait Blanc
Éclat Vitreux, nacré sur les clivages
Propriétés optiques
Indice de réfraction nα = 1.660
nβ = 1.705
nγ = 1.713
Biréfringence δ = 0.053 ; biaxe négatif
Pouvoir rotatoire 50° (mesuré)
Fluorescence ultraviolet Non
Transparence Transparent, translucide
Propriétés chimiques
Densité 4.14

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La tarbuttite[3] est un rare minéral de formule Zn2(PO4)(OH) du groupe des phosphates, découvert en 1907 dans une mine de Rhodésie (aujourd'hui en Zambie). Avec une dureté classée 5 sur l'échelle de Mohs et une densité de 4,14, la tarbuttite est souvent blanche ou transparente avec un éclat vitreux.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Minéral décrit en 1907 par L. J. Spencer dans la revue Nature, qu'il proposa de nommer d'après Percy Conventry Tarbutt, directeur de la 'Broken Hill Exploration Company', à l'origine des échantillons qui permirent sa caractérisation[4].

Topotype[modifier | modifier le code]

Broken Hill, Rhodésie du Nord, (aujourd'hui Kabwe, Zambie).[2][6] Ce minéral a été décrit à partir d'échantillons de limonite cellulaire provenant de la plus grande des collines du groupe: Kopje No. 2[5].

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Les paramètres de la maille sont : a = 5,657 Å, b = 6,432 Å, c = 5,521 Å, α = 102.45°, β = 102.46°, γ = 87.60° ; Z = 2; V = 191,29 Å3, densité calculée 4,21 g cm−3[6]

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

La tarbuttite se forme en tant que minéral secondaire des dépôts de zinc oxydé.

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

cérusite, descloizite, hémimorphite, hopeite, hydrozincite, limonite, parahopeite, pyromorphite, scholzite, smithsonite et vanadinite[5].

Gisements producteurs de spécimens remarquables[5][modifier | modifier le code]

  • Zambie
Mine Kabwe (Broken Hill).
  • Angola
Mines de vanadium de Lueca.
  • Algérie
Mine de Kef Semmah, près de Setif.
  • Australie
Reaphook Hill, près de Blinman, Chaîne de Flinders, Australie-Méridionale
Broken Hill, Nouvelles Galles du Sud.
  • Canada
Mine d'Hudson Bay, Salmo, Colombie-Britannique.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. (en) « Tarbuttite », Mindat (consulté le 13 juillet 2012)
  4. Spencer, p. 1.
  5. a b et c (en) « Tarbuttite » [PDF], Handbook of Mineralogy, Mineral Data Publishing (consulté le 30 juillet 2012)
  6. (en) « Tarbuttite », Webmineral (consulté le 30 juillet 2012)


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) G. Cocco, Luca Fanfani et Pier Francesco Zanazzi, « The crystal structure of tarbuttite, Zn2(ОH)РО4 », Zeitschrift für Kristallographie, vol. 123, no 5,‎ , p. 321–329 (lire en ligne [PDF])
  • (en) L. J. Spencer, « On Hopeite and other zinc phosphates and associated minerals from the Broken Hill mines, North-Western Rhodesia », Mineralogical Magazine, The Mineralogical Society, vol. 15, no 68,‎ , p. 1–38 (lire en ligne [PDF])

Sur les autres projets Wikimedia :