Taravai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Taravai
Taravai vue depuis le lagon.
Taravai vue depuis le lagon.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Îles Gambier
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 23° 08′ 12″ S, 135° 01′ 33″ O
Superficie 5,7 km2
Point culminant non nommé (256 m)
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
Démographie
Population 6 hab. (2002)
Densité 1,05 hab./km2
Plus grande ville Agakono
Autres informations
Découverte 1797
Fuseau horaire UTC-9

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Taravai
Taravai
Îles en France

Taravai est, par sa superficie, la seconde plus grande des Îles Gambier en Polynésie française.

Géographie[modifier | modifier le code]

De forme triangulaire, Taravai est située au sud-ouest à 2 km de Mangareva et 300 m au nord de l'île de Agakauitai. Taravai mesure 5,7 km2 et culmine à 256 m.

Le petit hameau de Agakono ne compte qu'une poignée d'habitants aujourd'hui, à une certaine époque il y avait 5 000 personnes[réf. nécessaire].

Taravai possède plusieurs sites exceptionnels en Polynésie, elle possède de nombreuses plages luxuriantes aux couleurs différentes et variées notamment celle d'une plage au couleurs « Curry », l'origine de la couleur de ce sable n'a pas encore été déterminée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme l'ensemble de l'archipel des Gambier, Taravai a été découverte par le navigateur anglais James Wilson en 1797.

L'île de Taravai possède également des ruines archéologiques de Missionnaires ainsi que l'église Saint-Gabriel, étant un site exceptionnelle encore intacte.

Culture et économie[modifier | modifier le code]

Taravai abrite les restes de l'église Saint-Gabriel achevée en 1868 par la Mission catholique menée par Honoré Laval. L'île, qui déploie une végétation luxuriante, possède des exploitations de caféiers.

Les principales ressources de la faible population des habitants de Taravai sont majoritairement l'agriculture vivrière, elle dépend notamment d'une électricité solaire produite grâce à des panneaux photovoltaïques et de récolte d'eau de pluie.