Taraneh Allidousti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Taraneh Allidousti
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
ترانه علیدوستیVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Hamid Alidousti (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Représentée par
Kamran Kiani (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Taraneh Allidousti Écouter(persan : ترانه على‌دوستى) est une actrice iranienne, née le à Téhéran.

Elle est notamment connue pour ses multiples collaborations avec le cinéaste Asghar Farhadi. Elle est l'une des actrices les plus acclamées en Iran, où elle a remporté de nombreux prix et distinctions[1], tout en étant controversée pour ses prises de position.

Carrière[modifier | modifier le code]

Son interprétation dans Moi, Taraneh, 15 ans (en) lui vaut le léopard 2002 d'interprétation féminine au Festival de Locarno, le film étant par ailleurs récompensé du prix spécial du jury. Son jeune frère meurt pendant le tournage de La Fête du feu (Chaharshanbe suri), sorti en 2006.

En elle fait partie du jury du 31e Festival de Tokyo, présidé par Brillante Mendoza.

Prises de position et condamnation[modifier | modifier le code]

En 2016, elle se retrouve au centre d'une controverse sur les réseaux sociaux, après que des caméras aient montré lors du festival de Cannes son bras arborant un tatouage féministe. Face aux diverses interventions, elle confirme sur Twitter « Keep calm and YES I'm a feminist. » (« Restez calmes, et OUI, je suis féministe »), ce qui lui vaut des menaces d'emprisonnement de la part d'un utilisateur si elle persiste. Elle avait affiché ses positions quelque temps auparavant en critiquant une campagne de spam décrétant que les aspirateurs étaient réservés aux femmes ; elle avait déclaré : « Ceux qui pensent qu'un aspirateur est conçu uniquement pour les femmes… insultent non seulement les femmes mais tous les hommes… qui ne les considèrent pas comme leurs servantes »[2].

En , elle est convoquée par le bureau du procureur du ministère de la Culture et des Médias pour avoir diffusé une vidéo montrant la police des mœurs qui s'en prenait à une femme ne portant pas le hijab. Elle est inculpée « d'activités de propagande contre l'État », et relâchée sous caution. En juin, elle est condamnée à cinq mois de prison pour ces faits, avec un sursis a exécution de deux ans. Elle analyse cette condamnation comme un acte d'intimidation de la part du régime iranien, qu'elle avait critiqué plus tôt dans l'année dans un post sur Instagram, affirmant à ses presque six millions de followers : « Nous ne sommes pas des « citoyens » mais des « captifs  »[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :