Tarana Burke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tarana Burke
Tarana Burke from She's Revolutionary.jpg
Tarana Burke en février 2018
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaines
Membre de
Girls for Gender Equity
Silence Breakers (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Blog officiel

Tarana Burke (née le à New York) est une militante américaine, directrice des programmes au Girls for Gender Equity, particulièrement connue pour avoir lancé la campagne Me Too dès 2007 pour dénoncer les violences sexuelles, notamment à l'encontre des minorités visibles[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1973 dans le Bronx, Tarana Burke commence sa carrière au 21st Century Youth Leadership Movement de Selma, Alabama[3]. Elle travaille au Black Belt Arts and Cultural Center pour développer des programmes artistiques pour les jeunes. Elle travaille également au service Curation du National Voting Rights Museum & Institute et à la commémoration des Marches de Selma à Montgomery. Cette implication lui vaut un poste de consultante sur le tournage du film Selma[4].

En 1996, alors que Tarana Burke est éducatrice, une jeune fille de 13 ans lui confie les viols dont elle est victime, mais Tarana Burke, elle-même victime de violences sexuelles, ne parvient pas à s'ouvrir à la fillette pour lui dire « Me too » (moi aussi)[5],[6]. Elle a également été la cible de violences sexuelles perpétrées par la police américaine[7].

En 2003, Tarana Burke fonde Jendayi Aza, un programme de rites de passage africains pour jeunes filles, qui devient Just Be Inc en 2006[4], et vise à transmettre des notions de santé et bien-être aux jeunes femmes. En 2007, elle lance le Me Too Movement qui vise à créer une chaîne de solidarité pour les victimes d'agressions sexuelles. Tarana Burke se déclare elle-même victime d'agression sexuelle[8].

Suite à l'affaire Harvey Weinstein, elle intervient très régulièrement dans les médias au sujet du harcèlement sexuel dans le monde des médias, de l'industrie du loisir ainsi que dans le monde politique (notamment fin novembre 2017 lors du scandale touchant le sénateur Roy Moore)[9]. Elle est choisie parmi les personnalités les plus influentes en 2017 par le magazine Time[10]. Forte de son succès, elle est choisie pour lancer le compte à rebours du nouvel an à Times Square[11].

Propulsée en 2018 à la une de nombreux médias américains et internationaux[12],[13],[8], Tarana Burke est invitée par l'animateur Trevor Noah sur le plateau de The Daily Show où elle parle des ravages des agressions sexuelles du chanteur R. Kelly et l'immense difficulté d'en parler dans leur communauté pour les filles noires qu'il cible[14]. En soutien à son militantisme, l'actrice Michelle Williams la convie à son tour pour assister à la 75e cérémonie des Golden Globes[15],[16]. L'oratrice devient une des Voix de l'Année 2018 de la marque BlogHer, détenue par la société d'actualités américaine SheKnows Media (en), qui lui décerne son Prix Catalyseur[17]. A la fin de l'année, elle participe à la série de conférences filmées TEDWomen 2018, un des programmes officiels des conférences TED, avec un discours intitulé « Me Too est un mouvement, pas un moment[18] ».

Puis elle est honorée, avec deux autres piliers du mouvement Me Too, Sherry Marts et BethAnn McLaughlin (en), du Prix de la Désobéissance décerné par le MIT Media Lab[19],[20]. Elle reçoit également en 2018 le prix du Courage à la quinzième édition des Prix Ridenhour[21],[22], dont l'objectif est de mettre en valeur « celles et ceux qui persévèrent dans leur poursuite de transmettre la vérité avec les objectifs de protéger l'intérêt public, de faire la promotion de la justice sociale ou de mettre en lumière une société plus juste », et le Prix des Femmes qui font l'Histoire de la part du National Women's History Museum[23],[24].

En 2019, c'est le prix d'honneur Pionnière (Trailblazer Honors) de la chaîne VH1 qu'elle reçoit lors de la Journée internationale des droits des femmes, en même temps que l'écrivaine canadienne Margaret Atwood et la cinéaste américaine Ava DuVernay[25],[26].

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Tarana Burke » (voir la liste des auteurs).
  1. « Qui est Tarana Burke, l’Africaine-Américaine à l’origine de la campagne #MeToo ? », Into The Chic,‎ (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2017)
  2. (en) « The MeToo movement was actually created by an activist 10 years ago », Mail Online,‎ (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2017) :

    « Tarana Burke, a native of Harlem in New York City, has emerged as the creator of the campaign. The activist, now 44, was a youth worker when a young girl named Heaven told her she was being abused by her mother's boyfriend. »

  3. (en-US) « Tarana Burke », sur Biography (consulté le 13 octobre 2019)
  4. a et b (en) Tarana Burke born, www.aaregistry.org' (consulté le 7 mars 2018)
  5. « Portrait de Tarana Burke, à l'origine de Me Too », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2017)
  6. (en) The inception, www.justbeinc.wixsite.com (consulté le 7 mars 2018)
  7. (en) Darnell L. Moore, 5 Black Women Share Their Experiences With the Police, www.mic.com, 23 juillet 2015 (consulté le 7 mars 2018)
  8. a et b Balla Fofana, Qui est Tarana Burke, la femme à l'origine de «#MeToo» ?, www.liberation.fr, 12 janvier 2018 (consulté le 7 mars 2018)
  9. « Tarana Burke : La femme derrière Me Too », sur www.amnesty.org (consulté le 14 octobre 2019)
  10. « The woman behind the #MeToo movement on why she would never meet with Trump », Business Insider,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2018)
  11. Madame Figaro, « La créatrice du mouvement #MeToo ouvrira l'année 2018 à Times Square », sur Madame Figaro, (consulté le 13 octobre 2019)
  12. (en) Elizabeth Wagmeister et Elizabeth Wagmeister, « How Me Too Founder Tarana Burke Wants to Shift the Movement’s Narrative », sur Variety, (consulté le 13 octobre 2019)
  13. (en-GB) Emma Brockes, « #MeToo founder Tarana Burke: ‘You have to use your privilege to serve other people’ », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2019)
  14. « Tarana Burke on What Me Too Is Really About - Extended Interview | The Daily Show » (consulté le 13 octobre 2019)
  15. (en) Condé Nast, « 7 Activists and Their Causes From the 2018 Golden Globes », sur Allure (consulté le 13 octobre 2019)
  16. Madame Figaro, « Tarana Burke, la vraie star des Golden Globes 2018 », sur Madame Figaro, (consulté le 13 octobre 2019)
  17. a et b (en-US) « Announcing the 2018 Voices of the Year », sur BlogHer (consulté le 13 octobre 2019)
  18. (en) Tarana Burke, « Me Too is a movement, not a moment » (consulté le 13 octobre 2019)
  19. a et b « Tarana Burke, BethAnn McLaughlin, and Sherry Marts win 2018 Media Lab Disobedience Award », sur MIT News (consulté le 13 octobre 2019)
  20. « Disobedience Award 2018: Winner Tarana Burke » (consulté le 13 octobre 2019)
  21. a et b « The Ridenhour Prizes - Fostering the spirit of courage and truth », sur www.ridenhour.org (consulté le 13 octobre 2019)
  22. (en-US) National Whistleblower Center 1875 Connecticut Avenue NW 10th Floor Washington et Dc 20009, « Truth-Telling at the 15th Ridenhour Prizes », sur Whistleblower Protection Blog, (consulté le 13 octobre 2019)
  23. a et b (en) « 2018 Women Making History Awards », sur National Women's History Museum (consulté le 13 octobre 2019)
  24. « 2018 Women Making History Awards » (consulté le 13 octobre 2019)
  25. a et b (en-US) Daniel Kreps et Daniel Kreps, « Margaret Atwood, Tarana Burke Added to VH1’s Trailblazer Honors », sur Rolling Stone, (consulté le 13 octobre 2019)
  26. « Internationally Known: On International Women's Day, Watch Tarana Burke and Ava DuVernay Accept VH1 Trailblazer Honors », sur The Glow Up (consulté le 13 octobre 2019)
  27. (en). Stephanie Zacharek, Eliana Dockterman, Haley Sweetland Edwards, Silence Breakers, www.time.com (consulté le 7 mars 2018)