Tantely Andrianarivo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

René Tantely Gabrio Andrianarivo (né le 25 mai 1954 à Ambositra) est un homme d'État malgache. (Ecole centrale de Paris), il fut Premier ministre du 23 juillet 1998 au 31 mai 2002 sous la présidence de Didier Ratsiraka.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pendant le premier mandat de Ratsiraka, sous la Seconde république, Andrianarivo exerce les fonctions de ministre d'État à l'Industrie, l'Énergie et aux mines.

Après la victoire de Ratsiraka à l'élection présidentielle de 1996 à Madagascar, Andrianarivo devient ministre chargé de l'Économie et des Finances dans le nouveau gouvernement de Pascal Rakotomavo, nommé le 27 février 1997 ; il est l'un des trois ministres d'État de ce gouvernement, avec Pierrot Rajaonarivelo et Herizo Razafimahaleo.

À la suite des élections législatives en mai 1998, il est nommé Premier ministre du gouvernement par Ratsiraka en juillet de la même année en remplacement de Rakotomavo.

Pendant la campagne de l'élection présidentielle de 2002 opposant Ratsiraka et Marc Ravalomanana, lequel contraignerait Ratsiraka à l'exil, Andrianarivo décrète l'état d'urgence imposé par Ratsiraka, Ravalomanana s'autoproclamant président le 22 février. Les mois d'après, les deux gouvernements rivaux luttent pour le contrôle de l'île. Le 27 mai 2002, les forces armées de Ravalomanana attaquent la résidence du premier ministre à Antananarivo — le dernier bâtiment officiel de la capitale sous contrôle du gouvernement Ratsiraka — et s'empare d'Andrianarivo ; le premier ministre de Ravalomanana, Jacques Sylla, s'installe dans la résidence. En réponse, Ratsiraka annonce son refus de participer à une discussion avec la partie adverse tant que Andrianarivo ne serait pas relâché.

Le procès d'Andrianarivo débute le 22 décembre 2003 et le 24, il est reconnu coupable de détournement de fonds et d'usurpation de pouvoir et est condamné à douze ans de travaux forcés. Il doit aussi versé 42 milliards de francs malgaches, en remboursement des fonds détournés et dommages. Andrianarivo se défendit, en s'appuyant que malgré la nomination de Sylla au poste de premier ministre par Ravalomanana, il restait officiellement le Premier ministre de Madagascar jusqu'au 27 mai 2002, car il n'avait jamais été démis de ses fonctions par décret ; il a dit qu'il avait été nécessaire de retirer de l'argent afin de payer des salaires et d'autres dépenses administratives. Selon Amnesty International, le procès comporte des irrégularités. Sa santé était aussi déclinant à ce moment. D'ailleurs, Ravalomanana révèle dans son discours officiel de fin d'année de 2003 que Andrianarivo avait été autorisé à recevoir un traitement médical.

Parti en France, Andrianarivo rencontre l'ancien président Albert Zafy le 11 juin 2007 ; Zafy a alors rencontré Ratsiraka et l'ancien ministre d'État Pierrot Rajaonarivelo les jours prcédents.