Tanomura Chikuden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tanomura Chikuden
Landscape in the moon by Tanomura Chikuden.jpg
Paysage lunaire (1833).
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
OsakaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
田能村竹田Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Maîtres
Q30935478, Tani Bunchō, Murase Kōtei (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Tanomura Chokunyū (d) (fils adoptif)Voir et modifier les données sur Wikidata

Tanomura Chikuden (Japonais : 田能村竹田, たのむら ちくでん) de son vrai nom, Tanomura Kôken, Surnom, Kun-I, nom familier, Kôzô, noms de pinceau, Chikuden, Kyûjô-Senshi, Ran-Suikyôkaku, Set-sugetsu-Shôdô, Hosetsuro[1] né le 14 juillet 1777 à Bungo, aujourd'hui Préfecture d'Ōita, mort le 20 octobre 1835 à Ōsaka (Japon). Japonais. Artiste peintre, école Nanga, peinture de lettré et poète.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de physiciens du clan des Oka de Bungo, près de l'actuelle Ōita (nord de l'île de Kyūshū), il fait des études confucéennes et en 1810 il devient chef de la famille et de l'école du clan.

Son projet ayant été refusé, il laisse sa place à son fils et se retire pour vivre désormais de sa poésie et de sa peinture. Il part alors à Ōsaka et à Kioto, où il apprend les techniques du Nanga et devient ami et protégé de l'historien Rai Sanyô (1780-1832)[2].

Il passe le reste de sa vie entre son pays natal et la région KiotoOsaka. Sa santé fragile explique pour certains, la délicatesse de son œuvre. Le plus savant des artistes Nanga de son époque, on lui doit aussi de nombreux écrits sur la poésie est la peinture dont Sanjûjin-jôzetsu (propos sur la peinture) et Chikuden Shiyû Garoku (propos sur la peinture du maître Chikuden et de ses amis) qui est une source d'informations pour l'art de cette période.

Il affectionne les formats hauts et étroits. Très imprégné de culture chinoise, Chikuden est doué d'une profonde compréhension des styles picturaux chinois.

Parmi ses disciples, le plus important est Sôhei Takahaski (1802-1833)[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, vol. 3, Paris, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 978-2-7000-3013-6), p. 589-590
  • (en) Royal Academy of Arts (Auteur), The Great Japan exhibition : art of the Edo period : 1600-1868 : Royal academy of arts, London, 1981-1982, Londres, éditions Weidenfeld & Nicolson. Londres, , 384 p., poche (ISBN 978-0-297-78035-9, LCCN 82189008)

Musées[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, vol. 3, Paris, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 978-2-7000-3013-6), p. 589
  2. Ibid, p. 590
  3. (en) Royal Academy of Arts (Auteur), The Great Japan exhibition : art of the Edo period : 1600-1868 : Royal academy of arts, London, 1981-1982, Londres, éditions Weidenfeld & Nicolson. Londres, , 384 p., poche (ISBN 978-0-297-78035-9, LCCN 82189008)

Liens externes[modifier | modifier le code]