Tanluan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tanluan (ch. trad. : 曇鸞 ; py : Tánluán ; jap. : Donran), (476–542[réf. nécessaire]), est un moine bouddhiste chinois. Hōnen lui attribue la fondation de l’école de la Terre pure en Chine et le Jōdo shinshū le considère comme son troisième patriarche.

Vie et œuvre[modifier | modifier le code]

Tanluan était à l’origine un érudit bouddhiste, mais, après être tombé malade, il étudia le taoïsme en vue d’obtenir l’élixir de longue vie. Cependant, après avoir rencontré Bodhiruci, un moine bouddhiste indien, Tanluan devint un fervent des enseignements de la Terre pure et, selon le Shoshinge — un hymne du Jōdo shinshū —, il brûla ses textes taoïstes.

Tanluan écrivit ensuite des commentaires sur le Sūtra des contemplations du Bouddha Vie-Infinie : selon lui, tous les êtres peuvent renaître dans la Terre pure d’Amitābha au moyen de la récitation sincère du nom de ce bouddha (nianfo ou nembutsu en japonais).

On prête aussi à Tanluan d’avoir transcrit, du sanskrit vers le chinois, la phrase de six caractères 南無阿彌陀佛 (py : Namo Amituofo ; jap. : Namu Amida Butsu) aujourd’hui en usage dans tout le bouddhisme de la Terre pure.

Tanluan eut également une grande influence sur Daochuo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Shinko Mochizuki (trad. Leo M. Pruden), « Pure Land Buddhism in China: A Doctrinal History - Chapter 7: T'an-luan » dans Pacific World Journal, 3e séries, no 2, 2000, p. 149-165 [lire en ligne]
  • Yukio Yamada, « T'an-luan's Theory of Two Kinds of Dharma-body as Found in Shinran's Wago Writings » dans Pacific World Journal, 3e séries, no 2, 2000, p. 99-113 [lire en ligne]
  • Ryusei Takeda, « The Theoretical Structure of "Birth in the Pure Land": Based on the Meaning of T'an-luan's "Birth through Causal Conditions" » dans Pacific World Journal, 3e séries, no 2, 2000, p. 31-60 [lire en ligne]
  • Shoji Matsumoto, « The Modern Relevance of Donran's Pure Land Buddhist Thought » dans Pacific World Journal, 2e séries, 1986, p. 36-41 [lire en ligne]