Tanguy Pastureau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tanguy Pastureau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
(44 ans)
Pessac
Pseudonyme
Tanguy SuntoriiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Française
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Tanguy Pastureau, né le à Pessac en Gironde, est un humoriste français. Il a également utilisé le pseudonyme Tanguy Suntorii.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Tanguy Pastureau naît à Pessac de parents fonctionnaires de La Poste. Il passe les vingt premières années de sa vie en Bretagne, et vit, entre autres, à Rosporden, Carantec et Cancale[1]. Après un BTS tourisme, il effectue un service civil à Rouen dans un organisme de réinsertion sociale d’anciens détenus[2].

Activité bénévole en radio[modifier | modifier le code]

En 1997, Tanguy Pastureau débute à la radio au sein de radio RC2 à Canteleu (Seine-Maritime) sous le pseudonyme de Tanguy Suntorii[3]. Il y anime plusieurs émissions, dont Happening, un programme d'humour et de société aux côtés d'Emmanuel Lautréamont, réalisé par Bernard Grancher.

En 2000, il devient animateur bénévole à radio HDR de Rouen. Il contribue à des émissions comme Salon panoramique ou Une bien belle cueillette à Mururoa aux côtés d'Emmanuel Lautréamont et de Willy Ducasse. Le tout est une fois de plus réalisé par Bernard Grancher.

Dans la foulée, de septembre 2001 à juin 2002, il crée sur HDR sa propre émission, le Suntorii Show, un talk-show absurde aux rubriques improbables (notamment la « Revue de presse des journaux gratuits », essentiellement une chronique des prospectus publicitaires). De nombreux intervenants l'entourent dans cet exercice : Emmanuel Lautréamont, Willy Ducasse, la dessinatrice Éléonore Forêt, le poète Jean-Dick Pinson et le groupe de musique Megazone.

Activité professionnelle en radio[modifier | modifier le code]

De 2003 à fin 2007, Tanguy Pastureau travaille, toujours sous le pseudonyme de Suntorii ou de Monsieur Suntorii, sur Radio Nova pour laquelle il écrit nombre de billets d'humeur et de chroniques décalées, toujours le matin. En octobre 2007, il coécrit pour Radio Nova un feuilleton radiophonique intitulé Le Mystère de la grotte.

Il fait aussi de courtes interventions en direct dans les rues de Paris, souvent loufoques. En septembre 2006, il a pour mission d'intervenir quand bon lui semble sur l'antenne de la Cityradio de Paris, en fil rouge. En janvier 2006, à l'occasion de la fusion entre la Cityradio de Paris et France Bleu Melun, aboutissant à la création de France Bleu Île-de-France, l'humoriste s'installe sur la tranche matinale du 6 h/9 h, en compagnie de l'animateur Bill Debruge. Durant l'été 2007, il fait quelques semaines d'animation l'après-midi dans une émission ponctuée de jeux délirants et de dialogues à bâtons rompus avec les auditeurs de la station.

En septembre 2007, on le retrouve une nouvelle fois en matinale, dans l'émission de Bill Debruge. Il y présente des séries de fausses nouvelles, une revue de presse des magazines, un Top 5 de l'actualité et d'autres séquences.

Chronique de Tanguy Pastureau en 2014 dans l'émission À la bonne heure sur RTL.

En 2008, après une allusion à la radio RTL durant un jour de grève à Radio France, il est repéré par Jacques Esnous, directeur de l'information sur RTL, qui l'embauche[4]. De septembre 2008 à juin 2011, il y assure une chronique de deux minutes chaque matin dans l'émission de Vincent Parizot (« Les Titres de l'info pipeau »), ainsi qu'un journal décalé de l'info du jour, d'une durée de 4 minutes 30, dans l'émission RTL Soir présentée par Christophe Hondelatte. À la rentrée 2011, il reste sur RTL mais passe aux week-ends : le vendredi soir, à 19 h 50, il assure une revue de presse décalée, ainsi que des chroniques autour de l'actualité dans la matinale de samedi et dimanche présentée par Bernard Poirette, jusqu'en 2017.

D'octobre 2010 à mai 2012, il est l'auteur d'une chronique hebdomadaire humoristique (« Tanguy Pastureau se paie l'actu ») dans le quotidien gratuit Métro.

En août 2017, il arrive sur France-Inter dans l'émission La Bande originale présentée par Nagui pour une chronique journalière[5].

Activité à la télévision[modifier | modifier le code]

En 2009, Tanguy Pastureau assure jusqu'au une chronique sur France 2 dans l'émission Vous aurez le dernier mot animée par Franz-Olivier Giesbert. Durant l'émission du , il fait une chronique corrosive à l'égard de Bernadette Chirac, Giesbert exprimant alors son désaccord[6]. À la suite de cette chronique, l'humoriste n'est pas renouvelé dans l'émission, remplacé par Nicolas Bedos. L'humoriste s'est expliqué sur cet incident lors d'une interview[7].

En 2010, jusqu'au mois de juin, il effectue sur France 4 une chronique dans l'émission Touche pas à mon poste de Cyril Hanouna.

En octobre 2011, il intègre Le Lab.Ô de Sébastien Folin sur France Ô et fait une chronique intitulée « Minorités Report » où il croque de manière humoristique la vie des minorités en France et dans le monde. En octobre 2012, sa chronique est transformée en portrait caustique de l'invité de l'émission, au travers une biographie revisitée.

En septembre 2012, il intègre l'émission La Revue de presse sur Paris Première, animée par Jérôme de Verdière, où il fait un portrait décapant de l'invité politique de l'émission, en se faisant passer pour un fan de l'invité. Sur la même chaîne, il tient à partir d'octobre 2015 une chronique intitulée « La semaine politique de Tanguy Pastureau » dans l'émission Zemmour et Naulleau.

D'avril 2016 à mai 2016, il présente la chronique « Les Infos Pastureau » dans l'émission L'Hebdo Show d'Arthur sur TF1. Il reprendra jusqu'en juillet 2016 sa chronique dans l'émission Cinq à sept avec Arthur, adaptation de l'émission L'Hebdo Show en format quotidien.

À partir de septembre 2017, il est chroniqueur sur Canal+ dans l'émission Les Terriens du dimanche de Thierry Ardisson[8].

Divers[modifier | modifier le code]

Tanguy Suntorii[modifier | modifier le code]

Tanguy Suntorii est le pseudonyme que Tanguy Pastureau a utilisé pour son show radiophonique sur la Radio HDR : Le Suntorii show.

Sous le pseudonyme Tanguy Suntorii, il réalise le court-métrage Capital Noël qui est sélectionné en 2003 au festival du film web amateur.

« Je veux devenir une antistar parce que le star system ne veut pas de moi malgré des poses suggestives et lascives sur des sites internet de renom. J'espère donc que l'antistar system sera bien plus clément avec ma candidature. Il est à noter que devenir une antistar me permettra de trouver une bonne excuse si je ne réussis pas dans la vie; je pourrai alors prétendre que c'est un choix basé sur une déontologie elle-même axée sur une prise de conscience de mon moi profond. Enfin, toutes ces choses que les gens ne comprennent pas. Vous remarquerez que dans ce texte de présentation figure un point virgule, ce qui fait de moi une antistar rare puisque seulement 15,4 % des 15-55 ans utilisent ce type de ponctuation pourtant chou (d'après une enquête). Je vous fais des bisous »

— Tanguy Suntorii, profession de foi dans le cadre du projet anti-star[9].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • Tanguy Pastureau, Tanguy Suntorii et les erreurs 404, écrit et chanté par lui-même sur des musiques de téléphones portables.[réf. nécessaire]

Publications[modifier | modifier le code]

ouvrage qui présente l'urbanball, une discipline inventée par Dean Ildefonse.
  • Tanguy Pastureau, 2012 Le Guide des présidentiables. À lire avant d'élire, Paris, éditions Michel Lafon, 2012, 160 p. (ISBN 978-2-7499-1585-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]