Tangente (épée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tangente.
Garde de la tangente.

La tangente est le nom donné à l'épée du Grand Uniforme de l'École polytechnique.

Son nom de tangente vient du fait que, correctement portée, l'épée est tangente aux bandes rouges du pantalon de ce grand uniforme[1].

Remise de la tangente[modifier | modifier le code]

Les élèves ont un système de parrainage, d'une promotion sur la suivante. Comme le bicorne, la tangente est remise à chaque élève par son parrain lors d'une cérémonie particulière, suivie d'un repas convivial où par tradition la tangente constitue l'unique couvert. Cette tradition a été interrompue pendant une trentaine d'années, et a été rétablie au début des années 2000[2].

Les constantes, expression dérivée[modifier | modifier le code]

Certains étudiants à l'École polytechnique ne font pas partie du cycle élève classique (par exemple des élèves de programmes internationaux) ; ceux-là ne portent pas le grand uniforme et par conséquent n'ont pas de tangente : ils sont donc appelés les « constantes » dans le jargon polytechnicien, parce que leur « tangente est nulle », en application d’un jeu de mots issu des mathématiques[3],[4].

La tangente comme cadeau[modifier | modifier le code]

Haie d'honneur avec tangentes.

La tangente et le bicorne constituent les deux éléments les plus représentatifs de l'École polytechnique. De ce fait l'un et/ou l'autre sont parfois offerts par l'École ou par des autorités supérieures. Ce geste marque une grande faveur du fait que ces attributs constituent en principe le symbole de l'appartenance à la communauté polytechnicienne[5] :

  • certains professeurs ou cadres de l'École polytechnique reçoivent une tangente lors de leur départ, comme signe d'une grande reconnaissance de la part de l'École ou des élèves[6] ;
  • certaines personnalités politiques peuvent également en recevoir, mais ce geste est alors à prendre comme un honneur diplomatique qui leur est fait par l'État français, bien plus qu'une reconnaissance de la part de l'École ou des élèves ; ainsi, à titre d’exemple,
    • en février 2005, le colonel Kadhafi s'est vu remettre une tangente par Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la Défense en visite officielle en Libye ; il s'est alors agi d’un cadeau montrant l'entente cordiale entre les deux gouvernements et la volonté de collaborer sur le plan militaire : « C'est l'épée de l'École militaire polytechnique »[7] ;
    • le 6 décembre 2005, le premier ministre chinois Wen Jiabao a reçu en cadeau un bicorne et une tangente, lors de sa visite à l'École polytechnique sur les sujets de l'éducation et de la recherche, et de la collaboration et des échanges dans ces domaines[8].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert-Lévy et G. Pinet (préf. Armand Silvestre, ill. Bracquemond), L'argot de l'X : illustré par les X, Paris, Émile Testard, , 327 p. (lire en ligne) Comme indiqué, cet ouvrage est consultable en ligne sur le site de la BNF, puis « téléchargeable » au format [PDF]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lévy et Pinet 1894, p. 287.
  2. « Article évoquant les cérémonies de remise des bicornes et des tangentes ».
  3. En effet, une fonction constante en analyse est souvent représentée par une droite horizontale, car parallèle à l'axe des abscisses ; étant ainsi représentée par une droite de pente nulle (horizontale), on dit que sa « tangente est nulle ».
  4. Lévy et Pinet 1894, p. 115.
  5. La communauté des élèves et des anciens élèves de l'École.
  6. « Les adieux du général de Nomazy à l’École », La Jaune et la Rouge, no 607,‎ (lire en ligne)
  7. Cadeau de MAM, L'Internaute
  8. Wen Jiabao à l’École Polytechnique, Chine-Nouvelle