Tancrède Abraham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abraham (patronyme).
Tancrède Abraham
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
Nationalité
Activité

Tancrède Abraham (7 janvier 1836, Vitré - 10 avril 1895, Paris) est un artiste-peintre et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

La chasse dans le marais (eau-forte)

Bien que né à Vitré et mort à Paris, cet artiste a consacré à l'Anjou une part de son talent et les principales productions de son œuvre gravée[1].

Il a été à Paris, élève de l'atelier Cogniet, puis de Noël et de Nazon. Il remporte son 1er succès public avec une eau-forte représentant les bords de l'Oudon (1863)[1].

Il collabore à l'Illustration nouvelle et à la Gazette des Beaux-Arts où il publie des études d'art.

Il expose régulièrement à Paris et en Province, mais vient souvent à Château-Gontier, où il organise et dirige le musée de cette ville et sa bibliothèque. Ses toiles sont aux musées d'Angers, Laval, Rennes et Château-Gontier. Il séjournait aussi chez son gendre à Gohier. Ses eaux-forts sont influencés parfois de l'influence romantique. Ses albums sur Angers et Château-Gontier sont recherchés et apprécies[1].

Il expose au Salon : en 1876, Le Sablot de Noirmoutier, toile, paysage, et six eaux-fortes parmi lesquelles : L'Église de Saint-Serge, le Château du Percher, le Château de Montsabert ; en 1877, deux vues de la Mayenne, toiles : le chemin du Coudray, et le Plateau d'Origné, et deux eaux-fortes : la Rue Baudrière à Angers et la Butte-Golier ; en 1878, un Paysage d'hiver, de grandes dimensions.

On a son portrait à la plume par lui-même, 1888[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Château-Gontier et ses environs, Château-Gontier, 1872
  • Angers et ses environs, Château-Gontier, 1876
  • Rapport à la réunion des sociétés savantes, 1880

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Port 1965, p. 2
  2. Revue du Maine, t. II, p. 423, 457 ; t. IV, p. 223

Source[modifier | modifier le code]