Tancrède Abraham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tancrède Abraham
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Maître
J. Noël, Nazon[1]

Tancrède Abraham (, Vitré - , Paris) est un artiste peintre, graveur et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tancrède Abraham est né le à Vitré[1],[2]. Bien que né à Vitré et mort à Paris, cet artiste a consacré à l'Anjou une part de son talent et les principales productions de son œuvre gravée[3].

Il a été à Paris, élève de l'atelier Cogniet, puis de Noël et de Nazon. Il remporte son 1er succès public avec une eau-forte représentant les bords de l'Oudon (1863)[3].

Membre de la Société des aquafortistes dès 1862, il collabore ensuite à L'Illustration nouvelle et à la Gazette des Beaux-Arts où il publie des études d'art.

Il expose régulièrement à Paris et en Province, mais vient souvent à Château-Gontier, où il organise et dirige le musée de cette ville et sa bibliothèque. Ses toiles sont aux musées d'Angers, Laval, Rennes et Château-Gontier. Il séjournait aussi chez son gendre à Gohier. Ses eaux-forts sont influencés parfois de l'influence romantique. Ses albums sur Angers et Château-Gontier sont recherchés et apprécies[3].

Il expose au Salon : en 1876, Le Sablot de Noirmoutier, toile, paysage, et six eaux-fortes parmi lesquelles : L'Église de Saint-Serge, le Château du Percher, le Château de Montsabert ; en 1877, deux vues de la Mayenne, toiles : le chemin du Coudray, et le Plateau d'Origné, et deux eaux-fortes : la Rue Baudrière à Angers et la Butte-Golier ; en 1878, un Paysage d'hiver, de grandes dimensions.

On a son portrait à la plume par lui-même, 1888[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Château-Gontier et ses environs, Château-Gontier, 1872
  • Besançon et la vallée du Doubs, Besançon (1874)
  • Angers et ses environs, Château-Gontier, 1876
  • Rapport à la réunion des sociétés savantes, 1880

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Émile Bellier de La Chavignerie et Louis Auvray, Bellier et Auvray, vol. 1, (lire en ligne), p. 5
  2. (de) Allgemeines Künstler-Lexicon, vol. 1, Francfort-sur-le-Main, , 491 p. (lire en ligne), p. 3
  3. a b et c Port 1965, p. 2
  4. Revue du Maine, t. II, p. 423, 457 ; t. IV, p. 223


Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :