Tanalt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tanalt
(ar) تنالت
(ber) ⵜⴰⵏⴰⵍⵜ (en tifinagh)
Vue de Tanalt et de l'Anti-Atlas.
Vue de Tanalt et de l'Anti-Atlas.
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Souss-Massa
Province Chtouka-Aït Baha
Code postal 87552
Démographie
Population 2 744 hab. (2014[1])
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 29° 46′ 34″ nord, 9° 10′ 18″ ouest
Superficie 164 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Ancienne école coranique
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Tanalt

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Tanalt
Liens
Site web (ar) www.tanalt.ma

Tanalt est une commune rurale de la province de Chtouka-Aït Baha, dans la région Souss-Massa, au Maroc.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Tanalt, d'une superficie de près de 164 km2[2], se situe — tout comme l'ensemble de celui de la tribu des Aït Souab dont sa population fait partie — sur le versant nord-ouest de l'Anti-Atlas occidental[3], à environ 120 km au sud-est de la ville d'Agadir. C'est la plus méridionale des communes de la province de Chtouka-Aït Baha et, au sein de cette province, elle est limitrophe d'Aouguenz (au nord) et d'Ida Ougnidif (au nord-est)[4].

Ses coordonnées sont 29° 46′ 34″ N, 9° 10′ 18″ O[5], son code géographique 09.163.03.33[1] et son code postal 87552[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom en arabe de la commune de Tanalt est تنالت[1]. Son nom berbère, écrit en tifinagh, est ⵜⴰⵏⴰⵍⵜ[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Tanalt a été créée le [8] — comme 800 autres communes, lors du premier découpage communal qu'a connu le Maroc[9] : elle était alors rattachée au cercle d'Inezgane, dans la province d'Agadir[8].

Population et société[modifier | modifier le code]

Une population berbère[modifier | modifier le code]

La population montagnarde de Tanalt forme, avec celle des communes d'Aouguenz et de Targua Ntouchka, la tribu berbère des Aït Souab[10], qui est constituée de villageois sédentaires chleuhs (relevant donc du groupe linguistique du tachelhit)[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

D'après les derniers recensements, Tanalt a perdu près de la moitié de sa population en 20 ans. Elle comprenait :

  • en 1994, 4 868 habitants répartis en 1 109 ménages[11] ;
  • en 2004, 3 536 répartis en 920 ménages[11] ;
  • en 2014, 2 744 répartis en 847 ménages[1].

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la déconcentration, la commune de Tanalt est rattachée au centre d'Aït Baha[1].

Vue de Tagzene, une localité de Tanalt électrifiée en 2010.

De 1999 à 2011, nombre de ses localités ont été mises sous tension dans le cadre du programme national d'électrification rurale[12] :

  • Aït Oumghar en 1999[13] ;
  • Aït Ouaziz, Dar Ourtane, Tamdaloucht, Ifghlal, Tahmeni et Tissi en 2003[13] ;
  • Adkh, Amalou, Assantar, Azourane, Imskarne, Igherm, Loudiyne, Souk Tlata Aït Yahia, Talmest, Tililane et Tissoura en 2005 ;
  • Aït El Ghaz, Aït Idyr, Akal N'tiyyine, Iboughraden et Imhiln en 2006[13] ;
  • Agard Ou Dad, Dou Wawij, Foussawn, Ouggouguen, Tagadirt, Tagchtrirt, Tajgalt, Tamddakort, Tayart, Assner, Azgour, Tizi, Tizzirt, Toummadiyn, Tourirt et Tagezne en 2007[13] ;
  • Afa N'tanzought, Afanchich, Aguerdane, Aït Outhmane, Aït Yeftane, Anammer Oumagour, Ighil Ouzouten, Ikhssayn, Isli, Kafsis, Laksebt, Souk Tnine Toudma, Tazka, Tigounatine et Tizi Nbnoun en 2009[13] ;
  • Aït Saïd Ou Hamou, Dar Oumzil, Tamza, Taourirt et Tagzene en 2010[13] ;
  • Anzk et Imi N'tmlalt en 2011[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Tanalt abrite une ancienne école coranique (médersa), lieu de pèlerinage[14], ainsi qu'une oliveraie[14] dénommée Targua n’Iznaguen[15]
  • Tanalt possède une tour de guet[16].
  • La tradition de la tiwizi, entraide bénévole entre familles ou villages lorsque le travail agricole est dense (par exemple au moment de la récolte des olives), menée dans l'intérêt de la communauté, y décroît[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Population légale des régions, provinces, préfectures, municipalités, arrondissements et communes du Royaume d'après les résultats du RGPH 2014 » [xls], Rabat, Haut-Commissariat au plan (consulté le 4 décembre 2016)
  2. Ziyadi 2011, p. 55
  3. a et b Ziyadi 2011, p. 37
  4. « Couverture en document d'urbanisme : Province de Chtouka-Aït Baha », sur Agence urbaine d'Agadir (consulté le 4 décembre 2016)
  5. « Tanalt », sur Google Maps (consulté le 4 décembre 2014)
  6. « Codes postaux des localités », sur www.data.gov.ma,‎ (consulté le 4 décembre 2016)
  7. « Caïdat de Tanalt, cercle d'Aït Baha », sur rues-maroc.openalfa.com (consulté le 5 décembre 2016)
  8. a et b « Décret no 2-59-1834 du 1er joumada II 1379 (2 décembre 1959) créant et énumérant les communes urbaines et rurales du Royaume », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 2458,‎ , p. 2049 (lire en ligne [PDF])
  9. Saïd Boujrouf and Elmostafa Hassani, « Toponymie et recomposition territoriale au Maroc : Figures, sens et logiques », L'Espace politique, no 5,‎ (lire en ligne)
  10. Ziyadi 2011, p. 39
  11. a et b « Recensement général de la population et de l'habitat de 2004 : Population légale du Maroc » [PDF], Rabat, Haut-Commissariat au plan (consulté le 4 décembre 2016). NB : Ce document comprend aussi des données relatives au recensement de 1994.
  12. « Historique du PERG... », sur Office national de l'électricité et de l'eau potable : Branche électricité (consulté le 4 décembre 2016)
  13. a, b, c, d, e, f et g « Liste des villages mis sous tension à fin septembre 2015 - Province : Chtouka-Aït Baha », sur Office national de l'électricité et de l'eau potable : Branche électricité (consulté le 4 décembre 2016)
  14. a et b « Chtouka Aït Baha », sur Conseil régional du tourisme d'Agadir (consulté le 4 décembre 2016)
  15. a et b Azergui 2012 (consulté le 8 décembre 2016)
  16. Photo de la tour de guet de Tanalt

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Mohamed Ziyadi (dir. André Humbert), Vivre dans les montagnes arides ou sub-arides : L'Aménagement des pentes dans l'Anti-Atlas central et occidental (Maroc) (lire en ligne [PDF]), Nancy, université de Nancy II (thèse de doctorat en Géographie), décembre 2011, 424 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Mohamed Azergui, « Tiwizi, l’entraide sociale d'antan ou une tradition de solidarité qui se perd », Libération, Casablanca,‎ (lire en ligne) — Cet article, qui porte sur la tradition de la tiwizi, prend pour cadre Tanalt. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Lien externe[modifier | modifier le code]