Tanaisie commune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tanacetum vulgare

La Tanaisie commune (Tanacetum vulgare), souvent appelée Tanaisie tout court, est une plante herbacée vivace de la famille des Asteraceae, très commune en Europe. Elle est toxique et hallucinogène.

Une espèce voisine, la Tanaisie annuelle (Tanacetum annuum), est plus spécifique des régions méditerranéennes.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

C'est une grande plante, aromatique, aux tiges érigées, aux feuilles pennatilobées, aux segments dentés, aux fleurs jaunes, constituées de fleurons tous identiques, groupées en capitules en forme de boutons.

Il existe de nombreux chémotypes différents de tanaisie : à camphre, à bornéol, à cinéol, etc. Toutes ces plantes ont une odeur différente. Cette plante est toxique à forte dose. Elle est hallucinogène et provoque des maux de ventre.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Organes reproducteurs :

Graines :

Habitat et répartition :

  • Habitat type : friches vivaces mésoxérophiles, médioeuropéennes
  • Aire de répartition : eurasiatique

Données d'après : Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

Usage[modifier | modifier le code]

Planche botanique

La tanaisie a pu être utilisée autrefois comme vermifuge, elle contient une huile essentielle dont un constituant, la thuyone, est très toxique à dose élevée. Ses feuilles préparées en infusion[9] étaient réputées avoir des propriétés toniques, antispasmodiques et fébrifuges.

Elle a également des propriétés insectifuges efficaces contre les fourmis, les mites, les puces, les punaises, les otiorhynquesetc. On l'emploie en préparant des sachets de feuilles et d'inflorescences séchées.

Durant la deuxième moitié du XXème siècle, une décoction de cette plante, appelée Tansy Oil, était utilisée par les femmes (notamment au Royaume-Uni) pour provoquer l'arrivée des règles, généralement dans l'optique d'interrompre une grossesse.

Cette plante est citée dans le capitulaire De Villis datant du début du IXe siècle, parmi les plantes potagères et aromatiques recommandées. Une recette du Liber cure cocorum en utilise les feuilles hachées pour aromatiser l’omelette[10].

Séchée, cette plante est utilisée par certains apiculteurs comme combustible pour l'enfumoir[11]. Elle aurait l'avantage d'avoir un effet calmant sur les abeilles et l'odeur de la fumée produite serait sans incidence sur le goût du miel (contrairement à l'usage du carton par exemple).

C'est aussi une plante ornementale, notamment la variété crispum à feuilles frisées et très découpées.

Répulsif contre les tiques. On peut se frotter les poignets, la nuque, les chevilles avec une feuille, les tiques et moustiques détestent cette odeur[12].

Consommateur[modifier | modifier le code]

La chenille du papillon de nuit (hétérocère), la mite des tapis, Trichophaga tapetzella (en) (Tineidae) se nourrit de Tanaisie vulgaire. (Voir aussi ce papillon sur le Wiktionnaire).

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Chrysanthemum vulgare (L.) Bernh.
  • Tanacetum boreale Fisch. ex DC.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nom en français d'après Dictionary of Common (Vernacular) Names sur Nomen. [lire en ligne]
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Tela Botanica (France métro), consulté le 17 novembre 2016
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i Meyer C., ed. sc., 2015, Dictionnaire des Sciences Animales. [lire en ligne]. Montpellier, France, Cirad. [12/05/2015].
  4. a et b Nom en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  5. a, b, c et d Nom en français d'après l'Inventaire National du Patrimoine Naturel, sur le site Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN)
  6. a et b Nom en français d'après la fiche de cette espèce dans Brouillet et al. 2010+. VASCAN (Base de données des plantes vasculaires du Canada) de Canadensys.
  7. GRIN, consulté le 17 novembre
  8. a, b et c Tela Botanica (Antilles), consulté le 17 novembre
  9. 5 g pour une tasse ; 2 ou 3 tasses dans la journée avant les repas ; cf. Jean Palaiseul, Nos grand-mères savaient ..., Ed. Robert Laffont.
  10. Nicole Hanot et Charles Ménage, Nos recettes anciennes et belges, Bibliothèque de la Gourmandise, Hermalle-sous-Huy, 2002, D/2002/8066/1 (CD-rom).
  11. plantes-aromatiques.be Tanaisies - Intérêt apicole.
  12. Magazine de la santé France 5.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :