Buccaneers de Tampa Bay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tampa Bay Buccaneers)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buccaneer.
Buccaneers de Tampa Bay
Logo de l'équipe
Fondé en 1976
Surnoms The Bucs
Couleurs                              
Stade Raymond James Stadium
Capacité 65 890 spectateurs
Propriétaire Glazer family
Président Glazer family
Entraîneur Dirk Koetter
Ville Flag of Tampa, Florida.svg Tampa
Drapeau de la Floride Floride
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ligue National Football League
Conférence National Football Conference
Division Sud
Site web www.buccaneers.com

Super Bowl XXXVII

Description de l'image Rayjaytampastade.png.

Les Buccaneers de Tampa Bay (Tampa Bay Buccaneers en anglais) sont une franchise de football américain professionnelle basée à Tampa, en Floride. Les Buccaneers participent actuellement à la National Football League (NFL) en tant que membre de la division Sud de la National Football Conference (NFC). Avec les Seahawks de Seattle, l'équipe a rejoint la NFL en 1976 en tant qu'équipe d'expansion. Les Bucs ont disputé leur première saison dans la division de l’American Football Conference (AFC) West dans le cadre du plan d’expansion de 1976, selon lequel chaque nouvelle franchise jouerait toutes les autres franchises au cours des deux premières années. Après la saison, le club a changé de conférence avec les Seahawks et est devenu membre de la division NFC Central. Lors du réalignement de la ligue 2002, les Bucs ont rejoint trois anciennes équipes de NFC West pour former le NFC South. Le club appartient à la famille Glazer et joue à domicile au stade Raymond James à Tampa.

Les Buccaneers sont la première équipe d'expansion après la fusion à remporter un titre de division, à gagner un match éliminatoire et à accueillir et jouer dans un match de championnat de conférence pendant la saison 1979. Ils sont également la première équipe depuis la fusion à terminer une saison gagnante en commençant avec au moins 10 débutants lors de la saison 2010. En 1976 et 1977, les Buccaneers ont perdu leurs 26 premiers matchs. Après une brève période gagnante à la fin des années 1970 et au début des années 1980, l’équipe a subi 14 saisons consécutives de défaite. Puis, pour une période de 10 ans, ils ont été des prétendants aux séries éliminatoires et ont remporté le Super Bowl XXXVII à la fin de la saison 2002, mais ils ne sont toujours pas revenus au Super Bowl; Ainsi, les Bucs, avec les Saints de la Nouvelle-Orléans et les Jets de New York, sont les seules équipes de la NFL à remporter leur unique Super Bowl.

En 41 saisons, les Buccaneers ont établi un record général de 256-402-1, avec un record de 250-393-1 en saison régulière et une fiche de 6-9 en séries éliminatoires.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Super Bowl (1) : 2002 (XXXVII)
  • Champion de Conférence NFC (1) : 2002
  • Champion de division (6) : NFC Central : 1979, 1981, 1999 ; NFC South : 2002, 2005, 2007

Origine[modifier | modifier le code]

L'expansion de la National Football League à vingt-huit équipes faisait partie des accords de la fusion AFL / NFL de 1970, mais les tentatives de réalisations n'ont débuté qu'après la saison 1973, quand il a été annoncé que Tampa serait la première ville à obtenir une franchise au coût de 16 000 000 dollars[1].

À l'origine, la franchise de Tampa Bay a été attribuée à Tom McCloskey, propriétaire d'une entreprise de construction de Philadelphie. Mais il est rapidement devenu insatisfait de l'accord financier conclu avec la NFL et s'est retiré de l'affaire un mois plus tard avant que l'équipe ne commence à jouer[2]. Finalement c'est Hugh Culverhouse, un riche fiscaliste de Jacksonville, qui a reçu la franchise de Tampa[3].

Un concours a eu lieu pour trouver le nom de l’équipe : ce qui a abouti au nom de "Buccaneers" (surnommé les "Bucs"), une référence aux pirates qui fréquentaient le golfe du Mexique au XVIIe siècle[4]. Le premier stade de l'équipe était le Tampa Stadium, récemment agrandi pour accueillir un peu plus de 72 000 spectateurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

1976 – 1978 : John McKay et les premières frustrations[modifier | modifier le code]

En 1976, Les Buccaneers ont rejoint la NFL en tant que membres de l’AFC West. L’année suivante, ils ont été transférés à la NFC Central en échange des Seahawks de Seattle qui rejoint l’AFC West. Ce réalignement a été dicté par la ligue dans le cadre du plan d’expansion de 1976, de sorte que les deux équipes puissent jouer deux fois entre-elles et rencontrer chaque autre franchise de la NFL au cours de leurs deux premières saisons. Au lieu du calendrier traditionnel qui consiste à affronter deux fois chaque adversaire de division, les Buccaneers ont joué une fois contre chaque équipe de conférence et les Seahawks[5].

Tampa Bay n'a remporté son premier match qu'à la 13e semaine de sa deuxième saison, avec un score de 0-26 (même s'ils avaient battu les Falcons d'Atlanta 17-3 en 1976, avant leur première saison régulière)[6]. Les Bucs de 1976 étaient la pire équipe de l'histoire de la NFL. Leur série de défaites les a poussés à faire l’objet de blagues. Leur première victoire a eu lieu en décembre 1977, contre les Saints de la Nouvelle-Orléans. L'entraîneur-chef des Saints, Hank Stram, a été renvoyé après avoir perdu contre les Buccaneers. Tampa Bay n'a eu besoin que d'une semaine de plus pour remporter sa deuxième victoire, une victoire à domicile contre les Cardinals de St. Louis en finale de la saison 1977. Les cardinaux ont également renvoyé leur entraîneur, Don Coryell, peu après[7]. L’équipe a continué de s’améliorer en 1978, même si de nombreux joueurs clés blessés aient empêché l’équipe d’atteindre le record de la victoire promis par leur entraîneur-chef John McKay[8].

1979 – 1982 : Une brève période de réussite[modifier | modifier le code]

La situation des Bucs s’est rapidement améliorée au cours de la saison 1979. Avec l'amélioration du quaterback Doug Williams, la première course de 1000 yards de la saison du running back Ricky Bell et une défense étouffante dirigée par le futur membre du Pro Football Hall of Fame : Lee Roy Selmon. Les Bucs ont amorcé la saison avec cinq victoires consécutives, une performance qui leur a valu la couverture de Sports Illustrated[9].

Avec quatre matchs à jouer dans la saison, les Bucs n’ont eu qu’à gagner l’un d’eux pour faire les séries éliminatoires et ils l’ont fait lors de leur finale à domicile contre les Chiefs de Kansas City. Avec un score de 10-6, les Bucs ont connu leur première saison gagnante dans l’histoire de la franchise et ont également remporté la division central à égalité face aux Bears de Chicago. Contre toute attente, Les Bucs ont battu les Eagles de Philadelphie 24-17 pendant le playoff.[10] Comme les Rams de Los Angeles ont battu les Cowboys de Dallas dans l’autre match éliminatoire de la NFC, les Bucs ont accueilli le NFC Championship Game la semaine suivante à Tampa. Les Bucs ont finalement perdu contre les Rams 9-0, grâce à une défense en béton des Rams. En seulement quatre saison, les Bucs semblaient réaliser le plan quinquennal de McKay.

La malchance a de nouveau frappé l'équipe en 1980 avec cinq victoires dix défaites et un match nul.

Malgré une performance médiocre en 1981, les Bucs ont pu aller en playoffs. La saison 1981 a été marquée par une finale palpitante à Detroit. Le gagnant remporterait le titre de la division centrale et le perdant manquerait les séries éliminatoires. Les Lions n'avaient pas perdu à domicile durant toute la saison. Bien que les Bucs aient été menés tôt dans le match, un touchdown de 84 yards du QB Williams au WR Kevin House et un fumble recovery de David Logan avec touchdown, ont scellé la victoire incroyable des Bucs. Les Cowboys de Dallas ont récompensé les efforts des Bucs avec une défaite de 38-0 lors du match éliminatoire des divisions.

La saison 1982 a commencé tout aussi mal pour les Bucs, puisqu'ils ont subi la grève des joueurs pendant sept semaines. Lorsque la ligue a repris le jeu, les Bucs ont été surnommés les «Enfants Cardiaques» pour avoir remporté cinq de leurs six matchs puis finalement pour s'équilibrer à 5-4 en fin de série et se qualifier pour la liste élargie des playoffs. Au premier tour, les Bucs ont à nouveau affronté les Cowboys à domicile à Dallas, les Bucs se sont battus beaucoup mieux, gagnant le match jusqu'à la mi-temps mais le perdant quand même à 30-17.

Les Bucs ne sont pas revenus aux séries éliminatoires et n’ont pas connu d'autre saison gagnante avec le propriétaire Culverhouse.

1983 – 1996 : La pire équipe de la franchise[modifier | modifier le code]

Doug Williams était le quaterback le moins payé de la NFL de 1982, son salaire de 120 000 $ était inférieur à certains remplaçants. À la fin de la saison, Williams a demandé une augmentation à 600 000 $ par saison - une somme raisonnable compte tenu des performances et de sa valeur marchande. Cependant, Culverhouse n'offrira pas plus de 400 000 dollars malgré les protestations de McKay (l'entraîneur-chef). Sentant que Culverhouse n'était pas disposé à lui payer un salaire digne de son statut, Williams a rejoint l'USFL, où il a joué deux saisons pour les Outlaws de l'Oklahoma. Sans Williams, les Bucs se sont retrouvés sans leader. Ils ont commencé à perdre leurs neuf premiers matchs de la saison suivante, ce qui les a empêché d'atteindre les playoffs. Ils ont terminé avec un mauvais score de 2-14, c'est le pire record des douze saisons consécutives de la NFL. Beaucoup de fans des Bucs ont reproché à Williams de partir pour cette raison et aussi qu'il soit revenu dans la NFL pour mener les Redskins de Washington au Super Bowl XXII.

On peut affirmer que les ennuis de l'équipe étaient principalement lié à la manière dont Culverhouse dirigeait la franchise. Son équipe avait l'une des plus faibles masse salariale de la ligue, ce qui incitait peu de joueurs de qualité à signer avec eux. Ceux qui l'ont fait sont rarement restés longtemps. Selmon, le premier choix du draft des Bucs en 1976 est le premier joueur de Tampa Bay à être membre du Hall of Famer et l'une des seules stars à avoir occupé ce poste longtemps. Les Bucs ont souffert de plusieurs faux pas dans la draft de la NFL, dont le plus célèbre a été la sélection par l’équipe de Bo Jackson comme choix numéro 1 alors qu'il a déclaré publiquement qu’il ne jouerait jamais pour eux. Dans le draft de 1977, les Bucs avaient remplacé Tony Dorsett, le futur running back membre du Hall of Farmer, par en choix numéro 1 Ricky Bell, qui avait joué pour McKay à l’USC. Il a également échangé Dan Hampton (membre du Hall of Farmer en 2002) et Irving Fryar. La franchise a également souvent échangé ou abandonné des joueurs de qualité qui ont connu un plus grand succès avec les autres équipes. Les exemples les plus notables étaient tous les quarterbacks: Williams; Steve Young (Super Bowl MVP et membre du Hall of Famer), échangé aux 49èmes de San Francisco après que les Bucs aient drafté Vinny Testaverde au premier rang du draft de 1987, que les Bucs ont laissés acheter aux Brown de Cleveland via agence libre en 1992.

Peu importe l'entraîneur, les défaites continuèrent. Après que McKay eut démissionné à la fin de la saison 1984, Leeman Bennett, qui avait entraîné les Falcons d'Atlanta en les amenant jusqu'en playoff, a été embauché. Après deux saisons désastreuses (2-14), il a été remplacé par l’ancien entraîneur-chef des Giants de New York et de l’Université de l’Alabama : Ray Perkins. Perkins a ramené la discipline nécessaire avec un entraînement “three-a-day” mais l’équipe était tellement épuisée le jour de match que les défaites ont continué à s’accumuler et Perkins a été licencié avant la fin de la saison 1990. Le coordonnateur offensif Richard Williamson a été promu au poste d’entraîneur-chef et, après son bref succès dans les derniers matchs, il a conservé son poste d’entraîneur-chef pour l’année suivante. Cependant, l’élan n’a pas duré, il a été viré après la saison 1991 lorsque l’équipe a pris 3-13.

En grande partie à cause des résultats médiocres des Bucs sur le terrain, le nombre de supporter était parmi les plus basses de la ligue. Les seuls moments où les matchs attiraient la foule étaient lorsque les Bears de Chicago et les Packers de Green Bay venaient en ville avec des milliers de supporters. La plupart des matchs à domicile ont été perdus.

Ce n'est qu'à l'arrivé de l'entraîneur Sam Wyche que les fans ont eu des raisons d'être plus optimistes. Wyche avait réussi à amener les Bengals de Cincinnati jusqu'au Super Bowl XXIII. Cependant, il n'a pas eu de succès mais il a eu le mérite d’avoir recruté trois joueurs clés qui se révéleront plus tard être au cœur du succès de la défense: Warren Sapp, Derrick Brooks et John Lynch.

1996 – 2001 : L'ère de Tony Dungy[modifier | modifier le code]

En 1996, le nouveau entraîneur-chef est Tony Dungy. Au cours des 8 premières semaines de sa première saison l’équipe avait de mauvais résultat : 1 victoire pour 7 défaites. Mais dans la seconde moitié de la saison, ils ont fini par avoir 5 victoires contre 4 défaites, c'est grâce à la défense menée par Hardy Nickerson et aux nouvelles performances des recrues : Sam Wyche, Brooks, Lynch et Sapp : la défense sera classée septième de la NFL. Dungy, avec sa personnalité modérée, a rapidement apporté l'équilibre et le moral à l'équipe. Son système défensif Cover 2, perfectionné par le coordinateur défensif Monte Kiffin et l'entraîneur des linebackers Lovie Smith, est devenu la base du succès futur de Tampa Bay. Leur version de Cover 2 a connu un tel succès qu’elle est devenue connue sous le nom de Tampa 2. Elle a été présentée aux Bears de Chicago par Smith, Lions de Détroit par Rod Marinelli, Chiefs de Kansas City par Herman Edwards et Colts d'Indianapolis par Dungy lui-même. Elle fut copiée par plusieurs autres équipes.

En 1997, les Bucs ont commencé la saison à 5-0, ce départ rapide a une fois de plus fait la couverture deux fois du Sports Illustrated[11],[12]. À la fin, les Bucs sont passés à 10-6 : première saison gagnante et première participation aux playoffs depuis 1982, en tant qu’invité. Lors du dernier match à domicile des Bucs au Houlihan's Stadium (anciennement Tampa Stadium), l’équipe a battu les Lions de Detroit avec un score de 20-10. Ils se sont inclinés à Lambeau Field face au Packers de Green Bay 21–7 -futur champion. Il y avait des raisons d'être optimiste et il y avait beaucoup d'attentes pour la saison suivante.

La saison 1998 est la première saison à avoir été disputée dans le stade Raymond James Stadium nouvellement construit. Les Bucs ont perdu plusieurs matchs et ont obtenu un score décevant : 8–8.

La saison 1999 a été plus positive. Les Bucs ont terminé la saison avec un score de 11-5 en remportant leur troisième Championnat de la Division Centrale de la NFL avec la 3e meilleure défense de toute la NFL et la bonne performance du nouveau QB Shaun King. Ils ont battu Washington 14–13 dans le playoff, avant de perdre face au future champions du Super Bowl : les Rams de St. Louis dans un match à faible score : 11–6. La défaite des Bucs a suscité la controverse, marquée par une passe manquée de King au WR Bert Emanuel, qui a mis fin aux chances des Bucs de continuer sur leur lancée aux dernières minutes de jeu. Par conséquent, Lors des réunions de la ligue qui ont suivi la saison, la NFL a modifié les règles concernant cette action qui constituait désormais une passe incomplète : la "Bert Emanuel Rule"

Alors que les Bucs ont bien joué de 2000 à 2001 en disputant les playoffs à chaque saison, ils n’ont pas été en mesure de réaliser leur principal objectif : à savoir une victoire au Super Bowl.

2002 – 2008 : L'ère de Jon Gruden[modifier | modifier le code]

Dungy a été viré par les Buccaneers suite à une défaite contre les Eagles de Philadelphie 31-9 pendant le Wildcard Round de 2001 et a ensuite été embauché comme entraîneur-chef des Colts d'Indianapolis. Plusieurs candidats potentiels ont été proposés, dont l'entraîneur-chef de l'Université de Floride (et ancien quaterback des Buccaneers) Steve Spurrier, l'ancien entraîneur-chef des Giants de New York Bill Parcells et le coordonnateur défensif des Ravens de Baltimore Marvin Lewis. Spurrier est directement allé chez les Redskins quand on lui a offert le salaire le plus élevé jamais offert à un entraîneur-chef de la NFL. Parcells était prêt à accepter l’offre des Bucs. Cependant, le directeur général des Bucs, Rich McKay, a appuyé la candidature de Lewis et les frères Glazer étaient tellement mécontents du choix des nouveaux entraîneurs qu'ils ont pris le contrôle de la recherche des candidats eux-mêmes. Ils ont clairement indiqué que leur premier choix était Jon Gruden; Cependant, il était toujours sous contrat avec les Raiders d'Oakland.

Alors que des négociations secrètes avec les Raiders étaient en cours, les Glazers ont annoncé publiquement un autre l'entraîneur-chef des 49ers de San Francisco : Steve Mariucci. Et au moment où les premières rumeurs disaient que Mariucci avait accepté de devenir à la fois l’entraîneur-chef des Bucs et leur directeur général, le propriétaire des Raiders, Al Davis, a accepté de donner Gruden à Tampa Bay.

Le choix des Glazers a finalement permis de recruter Gruden. Il a donc quitté les Raiders le 20 février 2002 pour rejoindre les Buccaneers contre deux choix de premier tour de draft (2002 et 2003) et deux choix de deuxième tour (2002 et 2004) ainsi que huit millions de dollars. Gruden était frustré en tant qu'entraîneur par les limites imposées par Davis et était plus que ravi de retourner à Tampa Bay. Ses parents vivaient à Carrollwood et il avait passé une partie de son enfance à Tampa au début des années 1980[13].

À son arrivée à Tampa, Gruden s'est immédiatement mis au travail, réorganisant une attaque trop lente en changeant plus de la moitié de l'équipe offensive. Avec un nouveau Tailback, un Wide Receiver, deux Tight Ends, un Left Tackle et un Left Guard. Gruden s'est impliqué dans l'équipe offensive pour supprimer le terme "Dungy's Team". Les réajustements de la ligue ont envoyé les Bucs à la nouvelle division sud de la NFC, aux côtés des Falcons d’Atlanta, des Panthers de la Caroline et des Saints de la Nouvelle-Orléans.

Menée par la meilleure défensive de la ligue, la campagne de 2002 a été la saison la plus réussie des Buccaneers. Le Linebacker Derrick Brooks a été nommé joueur défensif de l'année de la NFL. Ils ont remporté le titre du NFC South avec le meilleur record de l’équipe, 12–4, et ont marqué plus de points lors de deux victoires en playoffs contre les 49ers et les Eagles que lors de toutes leurs autres playoffs combinées. Les Eagles de Philadelphie ont été une épine dans l’équipe de Tampa Bay, ayant éliminé les Bucs lors de chacun des deux derniers saisons de leurs match wild card. Les Bucs ont persévéré et ont pris une avance de dix points au quatrième quart. Ronde Barber a signé la victoire de manière spectaculaire avec un retour en interception entraînant un touchdown et une victoire avec 27-10. Les Bucs ont ensuite vaincu l’ancienne équipe de Gruden, les Raiders, qui avait l'équipe offensive numéro un de la ligue avec un score de 48-21 au Super Bowl XXXVII, surnommé «The Pirate Bowl».

Peu de temps après la victoire au Super Bowl, de plus en plus de médias parlaient du manque de patience de Gruden à l’égard du directeur général McKay, un des principaux acteurs des efforts de reconstruction des Bucs au cours des dix dernières années. McKay, comme Gruden, avait des liens de longue date avec la région de Tampa Bay. Cependant, au cours de la saison 2003, la relation entre Gruden et McKay s’est détériorée suite aux difficultés des Bucs sur le terrain. En novembre, Keyshawn Johnson a été mis au placard pendant dix matchs à cause sa conduite. Johnson a finalement été échangé aux Cowboys de Dallas par le wide receiver Joey Galloway, qui a joué plus tard aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre, aux Steelers de Pittsburgh et aux Redskins de Washington.

En décembre, les Glazers ont autorisé McKay à quitter les Bucs avant la fin de la saison régulière afin de rejoindre les Falcons en tant que président et directeur général. Ainsi, McKay a regardé son premier match en tant que dirigeant des Falcons assis à côté du propriétaire Arthur Blank au Raymond James Stadium. Les Falcons ont vaincu les Bucs 30–28. Les Bucs ont connu un début difficile et ont terminé la saison 7–9. Avec la piètre performance des Raiders 4–12, aucune des équipes du Super Bowl n’a atteint les playoffs cette année-là.

En 2004, Bruce Allen a été embauché en tant que directeur général. Après l’arrivée d’Allen, John Lynch et Warren Sapp ont été licenciés, étonnant de nombreux fans de Buccaneer. Les Buccaneers ont commencé la saison 2004 avec un score de 1-5, leur plus mauvais départ sous Gruden. Le manque de précision du botteur Martín Gramática n’a pas aidé, l’équipe ayant perdu beaucoup de matches avec un score de 5-11.

Au cours de la saison 2005, les Buccaneers ont célébré leur 30e saison dans la ligue et ont retrouvé le chemin de la victoire. Les Bucs ont choisi Carnell "Cadillac" Williams au premier tour du draft de 2005, et la recrue fournira un jeu de course que les Buccaneers n'avaient pas eu depuis l'époque de James Wilder dans les années 1980. Williams va recevoir le titre de recrue de l'année de la NFL. Après avoir débuté sur de nombreuses victoires (5-1), l’équipe a eu des difficultés à la mi-saison à cause d'une blessure du quaterback Brian Griese, remplacé alors par Chris Simms. Les Bucs ont tout de même remporté la division sud de la NFC en terminant la saison avec 11-5. Mais ils ont perdu 10 à 17 dans le Wild Card contre Washington.

Après avoir remporté la division en 2005, les Bucs ont connu une saison 2006 catastrophique. La saison a été marquée par de nombreux joueurs blessés, avec notamment le guard Dan Buenning, le wide receiver Michael Clayton, le running back Cadillac Williams, le defensive end Simeon Rice, le cornerback Brian Kelly et le quaterback Chris Simms. Cette saison a également eu beaucoup de nouvelles recrues, comme le quaterback Bruce Gradkowski, le takle Jeremy Trueblood et le guard Davin Joseph.

Les Bucs ont perdu leurs 3 premiers matchs, sur 7 interceptions, Simms n'a réussi qu'un seul touchdown. Dans le troisième match de la saison contre les Panthers la rate de Simms s'est rompue, il a été placé alors dans la liste des blessés pour le reste de la saison. Après leur semaine de repos, les Bucs ont choisi de faire jouer Gradkowski, le 6e choix du draft. Après avoir presque battu les Saints, Gradkowski a mené l'équipe aux victoires contre les Bengals et les Eagles. Cepnedant, le succès a été de courte durée, et les Bucs ont perdu cinq des six prochains matchs. Tim Rattay a remplacé Gradkowski en tant que quaterback en fin de saison et l’équipe a terminé avec 4 victoires et 12 défaites. L'équipe défensive était âgée : 5 partaient à la retraite, ils avaient joué pendant une dizaine d'années, elle était classée 17e, la première fois qu'une équipe défensive de Tampa n'était pas classée dans le top 10 depuis 1996.

Après la saison 2006 décevante, les Buccaneers ont pour la première fois depuis plusieurs années de l'argent à dépenser en agence libre. Ils ont acquis le quaterback Jeff Garcia, l'offensive takle Luke Petitgout, le defensive end Kevin Carter et le linebacker Cato June. Le 28 avril 2007, les Buccaneers ont drafté le defensive end Clemson et Gaines Adams, au 4e round de la draft NFL. Après la draft, les Buccaneers ont récupéré le tight end Jerramy Stevens et le defensive takle Ryan Sims.

Les changements apportés ont permis aux Buccaneers de remporter le titre de la NFC South lors de la saison 2007, terminant avec un score de 9-7 et 4e de la conférence. Ce fût la deuxième victoire de la division en trois saisons sous Gruden. Malheureusement, lors du playoff du 6 janvier 2008, les Buccaneers se sont inclinés 14 à 24 face aux Giants de New York.

Au cours de la hors-saison de 2008, les Bucs ont renouvelé le contrat avec l'entraîneur-chef Gruden et le directeur général Allen jusqu'à la saison 2011. Ils ont également acquis les anciens joueurs : Warrick Dunn, qui avait passé les six dernières saisons avec les Falcons d’Atlanta et Brian Griese qui a été le quaterback de l’équipe en 2005. Chris Simms a finalement été viré, n’ayant joué aucun match depuis sa blessure en 2006. Les Bucs ont pris un bon départ en 2008, avec un score de 9–3 en fin de saison, à égalité pour la première place du championnat de la division avec une chance d'être à la tête de la conférence. Le 2 décembre, il a été annoncé que le coordinateur défensif Monte Kiffin quitterait l’équipe après la fin de la saison pour rejoindre l’Université du Tennessee, sous les ordres de son fils Lane Kiffin qui vient juste d'être nommé entraîneur-chef de son école. Après l'annonce, les Buccaneers ont perdu leurs quatre derniers matchs de la saison pour finir à 9-7 pour la deuxième saison consécutive. Contrairement à 2007, cela n'a pas suffit de remporter le championnat de division, ni de jouer en playoff.

2009 – 2011: L'ère de Raheem Morris[modifier | modifier le code]

Raheem Morris a été nommé remplaçant de Monte Kiffin en décembre 2008. Un mois plus tard, après la saison 2008, les Buccaneers ont limogé Jon Gruden et ont placé Morris en tant qu'entraîneur-chef. Bruce Allen a également été renvoyé, remplacé par Mark Dominik en tant que directeur général. Plusieurs vétérans ont été virés, dont Derrick Brooks, Joey Galloway et Jeff Garcia. Les nouvelles recrues sont : le tight end Kellen Winslow Jr., le quaterback Byron Leftwich, et Josh Freeman, sélectionné au 17ème round du draft.

La saison de 2009 a débuté avec un score de 0-7. Après la semaine de repos, l’équipe a fait de Freeman leur quaterback principal, ce qui leur a permis de remporter leur première victoire de la saison. Ils ont terminé à 3-13, le pire record depuis 1991.

En 2010, les Buccaneers en ont surpris beaucoup, réalisant le plus grand revirement de saison de toute l'histoire de la franchise, avec un score de 10 à 6. Ce fut en grande partie grâce aux performances exceptionnelles de Freeman, de la nouveau receveur Mike Williams et de Blount LeGarrette. Malgré l’effort, l’équipe a raté de peu les playoffs, perdant leur match contre les Lions.

Tampa Bay a entamé la saison 2011 en ajoutant plusieurs joueurs défensifs clés lors du draft. Après un départ de 4–2, les Buccaneers se sont effondrés, perdant dix matchs consécutifs pour terminer 4–12. Le lendemain de la défaite à 24 contre 45 pour Atlanta lors du dernier match de la saison, l'équipe a limogé Morris, le coordonnateur offensif Greg Olson et le reste de son équipe.

2012 – 2013 : l'ère de Greg Schiano[modifier | modifier le code]

Les Buccaneers ont embauché Greg Schiano qui était alors entraîneur chez les Rutgers en tant qu'entraîneur-chef. "Il va y avoir des hommes boucaniers, et il va y avoir la voie des boucaniers.". La terme "The Buccaneer Way" est devenu un slogan pour les fans et pour les médias locaux, décrivant la nouvelle attitude. L'équipe a changé intégralement d'entraîneurs, avec de nouveaux visages comme Mike Sullivan, Bill Sheridan, et Butch Davis. En 2013, Dave Wannstedt est aussi recruté en tant qu'entraîneur de l'équipe spécial. Dès le premier jour de l'agence libre, le club a recruté Vincent Jackson, Carl Nicks et Eric Wright. Les 140 millions de dollars engagés dans l’équipe au cours de cette période de 24 heures sont considérés comme le plus gros investissement que la famille Glazer a consacré à l’équipe depuis près de dix ans.

L'équipe terminera la saison 2012 à 7–9, classant sa défense au premier rang. En outre, l’offensive a été mise en évidence par la performance de Doug Martin. Le style de l'entraîneur Schiano est strict suscitant des critiques à la fin du match contre les Giants, ordonnant à sa défense de continuer à attaquer agressivement alors que le quaterback se mettait à genou pour mettre fin au match.

À l'approche de la saison 2013, l’équipe a rencontré de nombreux problèmes notamment lié aux joueurs Lawrence Tynes, Carl Nicks et Johnthan Banks, qui ont contracté la SARM, ce qui a mené au procès de Tynes en 2017. Au cours d'un entraînement, une dispute a eu lieu entre Schiano et le quaterback Josh Freeman. Après un mauvais début à 0-3, Freeman a été viré. C'était lié au fait que Freeman aurait manqué plusieurs réunions d'équipe dont la photographie annuelle de l'équipe. Schiano l'a remplacé par la nouvelle recrue Mike Glennon, mais ils ont continué à perdre. La confiance des fans envers Schiano a commencé à se dégrader rapidement, et après un score de 0-8, l'équipe a finalement remporté sa première victoire de la saison contre Miami. Une brève série de victoires a été enregistrée avec Glennon au poste de quaterback, puis Bobby Rainey a pris la relève en tant que running back, remplaçant Doug Martin qui s'était blessé à l’épaule.

Malgré quelques améliorations individuelles et des performances impressionnantes des membres de la défense, l’équipe a perdu les trois derniers matchs de la saison et a terminé 4-12. Elle s'est classée au dernier rang ou presque dans quasiment toutes les catégories offensives. Le 30 décembre 2013, Schiano et le directeur général Mark Dominik ont ​​été licenciés.

2014 – 2015[modifier | modifier le code]

2016 – Présent[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Les Buccaneers redéfinissent leur identité visuelle en 2014 et révèlent leurs nouveaux logo et casque le 20 février[14], ainsi que les jeux de maillots le 5 mars. L'année suivante, un logo spécial pour les 40 saisons de la franchise est créé[15].


Effectif[modifier | modifier le code]

 Effectif des Buccaneers de Tampa Bay v · d · m 
Quarterbacks

Running backs

  • 25 Peyton Barber
  • 27 Ronald Jones
  • 32 Jacquizz Rodgers
  • 38 Shaun Wilson

Wide receivers

Tight ends

  • 82 Antony Auclair
  • 84 Cameron Brate
  • 45 Alan Cross
  • 80 O. J. Howard
Offensive linemen
  • 77 Caleb Benenoch T
  • 65 Alex Cappa G
  • 69 Demar Dotson T
  • 66 Ryan Jensen C
  • 74 Ali Marpet G
  • 76 Donovan Smith T
  • 62 Evan Smith C
  • 61 Leonard Wester T

Defensive linemen

Linebackers
  • 58 Kwon Alexander MLB
  • 48 Jack Cichy OLB
  • 54 Lavonte David OLB
  • 52 Nigel Harris MLB
  • 53 Adarius Taylor MLB

Defensive backs

  • 23 Chris Conte S
  • 33 Carlton Davis CB
  • 35 Javien Elliott CB
  • 21 Justin Evans S
  • 24 Brent Grimes CB
  • 39 Isaiah Johnson S
  • 29 Ryan Smith CB
  • 36 M. J. Stewart CB
  • 31 Jordan Whitehead S
  • -- Marcus Williams CB

Special teams

Reserve lists
  • 83 Sergio Bailey WR (IR)
  • 44 Amari Coleman CB (IR)
  • 30 Maurice Fleming DB (IR)
  • 68 Cole Gardner T (IR)
  • 28 Vernon Hargreaves CB (IR)
  • 96 Stevie Tu'ikolovatu DT (IR)
  • 98 Mitch Unrein DT (IR-DFR)

Practice squad

  • 64 Cole Boozer G
  • 71 Demone Harris DE
  • 88 Tanner Hudson TE
  • 34 Godwin Igwebuike S
  • 78 Jeremiah Ledbetter DT
  • 46 Eric Nzeocha OLB
  • 79 Pat O'Connor DE
  • 44 Dare Ogunbowale RB
  • -- Jeff Richards CB
  • 85 Bobo Wilson WR

Légende :

  • Joueurs rookie en italique
  • Dernière mise à jour :

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Saison par saison[modifier | modifier le code]

Match des Buccaneers au Raymond James Stadium
Saison Vic. Déf. Nuls classement en play-offs
1976 0 14 0 5e AFC Ouest --
1977 2 12 0 5e NFC Central --
1978 5 11 0 5e NFC Central --
1979 10 6 0 1er NFC Central Défaite en finale de conférence NFC (Rams de Los Angeles) 9-0
1980 5 10 1 4e NFC Central --
1981 9 7 0 1er NFC Central Défaite en play-offs (division) (Cowboys de Dallas) 38-0
1982 5 4 0 7e NFC Conf. Défaite au premier round des play-offs (Cowboys de Dallas) 30-17
1983 2 14 0 5e NFC Central --
1984 6 10 0 3e NFC Central --
1985 2 14 0 5e NFC Central --
1986 2 14 0 5e NFC Central --
1987 4 11 0 4e NFC Central --
1988 5 11 0 3e NFC Central --
1989 5 11 0 5e NFC Central --
1990 6 10 0 2e NFC Central --
1991 3 13 0 5e NFC Central --
1992 5 11 0 3e NFC Central --
1993 5 11 0 5e NFC Central --
1994 6 10 0 5e NFC Central --
1995 7 9 0 5e NFC Central --
1996 6 10 0 4e NFC Central --
1997 10 6 0 2e NFC Central Défaite en play-offs (division) (Packers de Green Bay) 21-7
1998 8 8 0 3e NFC Central --
1999 11 5 0 1er NFC Central Défaite en finale de conférence NFC (Rams de Saint-Louis) 11-6
2000 10 6 0 2e NFC Central Défaite en play-offs (wild-card) (Eagles de Philadelphie) 21-3
2001 9 7 0 3e NFC Central Défaite en play-offs (wild-card) (Eagles de Philadelphie) 31-9
2002 12 4 0 1er NFC Sud Victoire au Super Bowl XXXVII (Raiders d'Oakland) 48-21
2003 7 9 0 3e NFC Sud --
2004 5 11 0 4e NFC Sud --
2005 11 5 0 1er NFC Sud Défaite en play-offs (wild-card) (Redskins de Washington) 17-10
2006 4 12 0 4e NFC Sud --
2007 9 7 0 1er NFC Sud Défaite en play-offs (wild-card) (Giants de New York) 24-14
2008 9 7 0 3e NFC Sud --
2009 3 13 0 4e NFC Sud --
2010 10 6 0 3e NFC Sud --
2011 4 12 0 4e NFC Sud --
2012 7 9 0 4e NFC Sud --
2013 4 12 0 4e NFC Sud --
2014 2 14 0 4e NFC Sud --
2015 6 10 0 4e NFC Sud --
2016 9 7 0 2e NFC Sud --
2017 5 11 0 4e NFC Sud --

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) "Dream Over for Loudd"; dans The Boston Globe; 29 décembre 1974; p. 72
  2. Mizell, Hubert. "Economics drive McCloskey out". St. Petersburg Times. 6 décembre 1974
  3. "Tampa Owner Happy Fellow"; in The Evening News; December 6, 1974; p. 98
  4. Awosika, Mary, et Mark Zaloude. "Pirate State (of mind); When bad boys make for good fun: Pirates have shed their villainous image in Florida". Sarasota Herald-Tribune. 3 février 2003
  5. "The Answer Man, Series 2, Vol. 18". Tampa Bay Buccaneers. 20 juin 2005. Archive
  6. Underwood, John. "A Three-hour Time Difference". Sports Illustrated. 23 août 1976
  7. Litsky, Frank. "John McKay, U.S.C. & Buccaneers Coach, Dies at 77". The New York Times. 11 juin 2001
  8. Martz, Ron. Tampa Bay a échangé son choix numéro un dans la draft de 1978 contre Houston pour Jimmy Giles et quelques autres choix; l'un d'eux a été utilisé pour choisir Doug Williams. "McKay's one-word summary of '78 season: frustration". St. Petersburg Times. 19 décembre 1978
  9. « SI.com -- Sports Illustrated Covers -- Oct. 1, 1979 -- », (consulté le 27 août 2018)
  10. « SI.com -- Sports Illustrated Covers -- Jan. 7, 1980 -- », (consulté le 14 septembre 2018)
  11. « SI.com -- Sports Illustrated Covers -- Sep. 8, 1997 -- », (consulté le 14 septembre 2018)
  12. « SI.com -- Sep. 29, 1997 », (consulté le 14 septembre 2018)
  13. Mills, Roger. "On aura envie de rentrer à la maison pour Gruden". St. Petersburg Times. 19 février 2002
  14. (en) Scott Smith, « Bucs Unveil Enhanced Logo and Helmet », sur www.buccaneers.com, Buccaneers de Tampa Bay, (consulté le 23 février 2014)
  15. (en) « Bucs Unveil 40th Season Patch », sur www.buccaneers.com, Buccaneers de Tampa Bay, (consulté le 6 décembre 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]