Tamerza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tamerza
Tamerza
Oasis de Tamerza
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Tozeur
Délégation(s) Tameghza
Maire Abdelaziz Hajji (Ennahdha)[1]
Code postal 2212
Démographie
Population 2 334 hab. (2014[2])
Géographie
Coordonnées 34° 23′ nord, 7° 57′ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Tamerza

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Tamerza

Tamerza (arabe : تمغزة) ou Tameghza est une oasis de montagne située au sud-ouest de la Tunisie (gouvernorat de Tozeur). Elle est située à environ 450 kilomètres de Tunis et 70 kilomètres de Tozeur.

C'est dans cette région des oasis de montagnes que sont tournées certaines scènes du film Le Patient anglais.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site appartenait sous le nom d'Ad Turres au limes saharien reliant Tébessa à Gafsa. Il était alors chargé de la défense des frontières de l'Empire romain avant de devenir le siège d'un évêché sous les Byzantins[3]. On décèle d'ailleurs, dans certaines maisons du village, des matériaux antiques.

La tache verte de la palmeraie de Tamerza tranche sur le décor minéral environnant. Précédant l'oasis, le vieux village, abandonné en 1969 à la suite d'inondations meurtrières qui font plus de 400 morts en Tunisie, étale ses constructions sur la rive de l'oued El Horchane dont le lit forme un large boulevard raboté et nu qui dit toute la violence des pluies dans cette région. Seul le marabout est encore utilisé.

Selon plusieurs sources, un commando du GIA aurait tué, le 11 février 1995, six gardes nationaux près de l'oasis. Une revendication est publiée le 20 février[4],[5]. Le Monde du 16 février 1995 rapporte que « l'attaque du poste-frontière de Tamerza a été démentie par Tunis qui tente de réduire l'affaire à un banal accident de la route »[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Tunisie – Municipales 2018 : des nouveaux Conseils municipaux installés », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 8 juillet 2018)
  2. (ar) « Populations, logements et ménages par unités administratives et milieux » [PDF], sur census.ins.tn (consulté le 8 juillet 2018)
  3. Georges Pillement, La Tunisie inconnue, Paris, Albin Michel, , p. 210
  4. Salah-Eddine Sidhoum, « Algérie : chronologie d’'une tragédie cachée (11 janvier 1992 – 11 janvier 2002) », sur algeria-watch.org, (consulté le 8 juillet 2018)
  5. « Chronologie février 1995 », L'Humanité,‎ (ISSN 0242-6870, lire en ligne)
  6. Catherine Simon, « Six gardes nationaux tunisiens ont été tués par des islamistes venus d'Algérie », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]