Tambour (mémoire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tambour.
Mémoire à tambour d'un ordinateur polonais ZAM-41

En informatique, un tambour est une mémoire de masse magnétique où les pistes sont placées côte à côte sur un cylindre et où chaque cylindre dispose de sa propre tête de lecture.

Architecture et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le tambour possède une tête de lecture/écriture par piste ce qui limite physiquement le nombre de piste d'un tambour.

La capacité de stockage par unité de volume est faible mais, le temps d'accès moyen est bien plus court que celui des disques durs à têtes mobiles de l'époque[réf. nécessaire]. De ce fait, les tambours sont des mémoires de masse de choix pour les systèmes à mémoire virtuelle[1].

Les premiers modèles de tambours mesuraient jusqu'à un mètre de longueur.

Utilisation[modifier | modifier le code]

  • L'IBM 701 en avait un pouvant stocker 82 920 chiffres[2].

Disparition[modifier | modifier le code]

Cette technologie a été rendue obsolète par le perfectionnement des disques durs, entre autres en termes de capacité mais aussi de vitesse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une réminiscence de cette époque se retrouve toujours dans les systèmes Unix où l'accès à la mémoire de swap se fait par le pseudo pilote de périphérique « /dev/drum ».
  2. IBM 700 series, sur le site ibm.com, consulté le 2 décembre 2015

Articles connexes[modifier | modifier le code]