Tamango

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tamango
Publication
Auteur Prosper Mérimée
Langue Français
Parution Drapeau de la France France, septembre 1829,
La Revue française
Recueil
Intrigue
Genre Aventure
Date fictive 5 septembre 1812
Lieux fictifs Sénégal
L'Espérance, navire
Personnages Tamango
Ayché
Le capitaine Ledoux
Nouvelle précédente/suivante

Tamango est une nouvelle de Prosper Mérimée parue dans La revue de Paris le . La France maritime reprend le même texte en 1837, sans en citer l'auteur, et en changeant quelques noms[1]. La nouvelle ne semble pas avoir rencontré la faveur du public[2]. Cette œuvre constitue un véritable réquisitoire contre l'esclavage, ce qui n'empêche pas le récit de véhiculer bon nombre des clichés racistes de l'époque (sauvagerie animale des Noirs dans les combats, naïveté des populations, etc.). Mérimée donne à cette page sombre de l'histoire humaine la figure forte et cruelle de Tamango, guerrier noir négrier réduit en esclavage, et le visage plus ordinaire de Ledoux, capitaine blanc, négrier habile et froid.

Résumé[modifier | modifier le code]

Tamango, puissant guerrier d'Afrique de l'ouest, a pour habitude d'échanger des gens de son peuple contre de l'alcool et des armes. Le capitaine Ledoux, un ancien aide-timonier, qui a combattu aussi lors de la bataille de Trafalgar où il s'est fait amputer de la main gauche, vient pour la dernière fois de sa carrière chercher de précieux esclaves. La vente commence, mais sous l'effet de la colère et surtout de l'alcool, Tamango vend Ayché, sa femme, au négrier. Le lendemain, il réalise son erreur. Fou de douleur, il tente alors de rattraper le navire sur lequel sa femme a été embarquée. Lorsqu'il y parvient, il tombe entre les mains du capitaine Ledoux qui le réduit en esclavage. Tamango se retrouve alors dans la même situation que ceux qu'il vendait. Au fil de la traversée, les Noirs, dirigés par Tamango, se rebellent contre l'équipage et parviennent à tuer tous les Blancs, dont le capitaine. Cependant, il ne savent pas piloter le navire. Ayché, comme la plupart des Noirs, meurt à bord du navire à cause du manque de provisions ; Tamango va tout faire pour sauver Ayché mais ne va pas réussir, seul Tamango, secouru par un navire anglais, est emmené à Kingston, en Jamaïque, où la liberté lui est redonnée. Devenu militaire dans l'armée britannique, alcoolique, il meurt à l'hôpital d'une « inflammation de poitrine ».

Prosper Mérimée, proche des milieux abolitionnistes, évoque certains de leurs textes : la description du navire négrier, le Brookes de Thomas Clarkson, les Voyages à l’intérieur de l’Afrique (1799) de Mungo Park, ou encore les ouvrages de l'abbé Raynal et de l'abbé Prévost[3].

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Le capitaine Ledoux, qui commerce des esclaves avec Tamango.
  • Tamango, marchand d'esclaves devenu lui-même esclave en se faisant capturer par Ledoux.
  • Ayché, femme de Tamango, vendue à Ledoux, puis revenue à Tamango de force.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mérimée (préf. Pierre Josserand), Colomba et dix autres nouvelles, Gallimard, coll. « folio classique », 500 p. (ISBN 978-2-07-036819-8), p. 487
  • Ibrahim B. Amidou, « L'exotisme (philosophique) de l'Afrique et des Africains dans Tamango de Mérimée », Présence Africaine N° 167-168,‎ 2003/1-2, p. 290 à 302 (lire en ligne)

Adaptation[modifier | modifier le code]

La nouvelle a été portée au cinéma en 1958, dans une adaptation de John Berry.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. France maritime, tome 2, Une révolte sur un négrier, p. 331. L'éditeur ajoute, dans une note terminale : « Notre intention est cependant de donner à l'avenir un allure plus sévère à nos livraisons  ».
  2. Pierre Josserand, In : Mérimée, Colomba et dix autres nouvelles, Gallimard, coll. « folio classique », , 500 p. (ISBN 978-2-07-036819-8), p. 487
  3. Carpanin Marimoutou, « Traite négrière, esclavage et personnages noirs: blancs, troubles,palimpsestes et fantômes de la narration. », sur Université de La Réunion, p. 6 et suiv.

Liens externes[modifier | modifier le code]