Tamalou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ce jeu appartient au domaine public
Format jeu de cartes
Mécanisme mémoire, stratégie, réflexe
Joueur(s) 2 à 8 joueurs
Âge à partir de 10 ans
habileté
physique

 Oui
 réflexion
décision

 Oui
générateur
de hasard

 Oui
info. compl.
et parfaite

 Non

Le Tamalou, aussi appelé Bingo, Braguet, Cabo[1], Cactus[2], Cambio, Dutch, Gabo[3], Kabou[4], Kobo, Marmotte, Pablo, Ragnagna, Raspoutine, ou Tamoul est un jeu de société qui utilise un jeu de cartes français.

Diverses variantes existent au Moyen-Orient. Au cours des âges et de la transmission orale, les règles ont souvent évolué au gré des approximations de certains expatriés ramenant ce jeu en Europe.

Matériel[modifier | modifier le code]

Ce jeu se joue avec un jeu de cartes français, comportant 52 cartes et 2 jokers.

Déroulement d'une partie[modifier | modifier le code]

Le jeu se déroule en plusieurs manches. Avant de jouer, les joueurs décident du nombre de manches à jouer. On peut en jouer autant que l'on veut, cela n'a pas d'importance. Les joueurs doivent former un cercle. Le décompte des points de chacun se fait à la fin de chaque manche et s'additionnent pour donner le score final à la fin du nombre de manches décidé pour la partie. Le but du jeu est d'avoir le moins de points possibles.

Déroulement d'une manche[modifier | modifier le code]

Un joueur mélange les cartes à distribuer et en donne quatre à chaque joueur ; il pose la pioche au centre, face cachée. Chaque joueur dispose ses 4 cartes devant lui en carré. Chaque joueur doit prendre connaissance uniquement des deux premières cartes devant lui et doit les retenir avant de les reposer face cachée au même endroit, avant que le jeu ne commence.

Tamalou, disposition du jeu pour 4 joueurs.

Le joueur situé à la droite (ou gauche, à définir en début de partie) du donneur commence le tour. Il pioche une carte que lui seul regarde et peut, selon son choix :

  • la reposer dans la défausse (située à côté de la pioche, face visible) en utilisant, ou pas, le pouvoir de cette carte le cas échéant (voir partie : pouvoir des cartes) (A) ;
  • la place dans son jeu face cachée à la place de n'importe quelle autre de ses 4 cartes et défausse ensuite la carte ainsi remplacée (face visible comme toujours dans une défausse) (B).

Le joueur suivant a le choix :

  • soit de prendre la dernière carte de la défausse pour l'intégrer à son jeu (voir B) ;
  • soit de piocher une carte et effectuer une des actions précédentes (A ou B).

Défausse rapide[modifier | modifier le code]

Lorsqu'un joueur défausse une de ses cartes au cours de son tour, n'importe lequel des autres joueurs peut poser sur cette défausse la même carte issue des cartes disposées devant lui. Si plusieurs joueurs ont une carte identique à poser sur la défausse, le plus rapide l'emporte, le plus lent remet sa carte dans son jeu. Si le vainqueur d'une défausse est le joueur devant poursuivre la manche, celui-ci peut évidemment continuer son tour et piocher une carte. Si un joueur se trompe de carte à défausser sur une autre, il remet sa carte dans son jeu et est pénalisé en prenant la première carte de la pioche sans la regarder et en la disposant face cachée devant lui, se rajoutant ainsi une nouvelle carte à gérer.

Fin d'une manche[modifier | modifier le code]

Au fur et à mesure des tours, les joueurs doivent abaisser la valeur de leur main (cartes disposées face cachées devant eux) en les remplaçant par des cartes piochées, en les jetant dans la défausse le cas échéant, ou en échangeant ses cartes avec celles de ses adversaires en cas de pouvoir. Le joueur ajoutant la valeur de ses cartes et obtenant un résultat inférieur ou égal à 5 points annonce ensuite le Tamalou (ou un « son sonore » dans la variante « Braguet »). À ce moment-là le tour s'arrête. La manche est terminée.

Décompte des points[modifier | modifier le code]

Chaque joueur retourne alors ses cartes devant lui et additionne ses points qui seront comptabilisés et notés pour la manche suivante.

La logique voudrait que l'annonceur du Tamalou soit celui qui ait le moins de points dans son jeu. Si c'est le cas il ne marque aucun point.

Si un joueur a moins de points ou autant de points que l'annonceur du Tamalou, il ne marque pas de points, comme l'annonceur.

Les pouvoirs des cartes[modifier | modifier le code]

Lorsqu'une des cartes citées ci-dessous est piochée puis défaussée par un joueur, il peut, s'il le souhaite, exercer le pouvoir conféré à cette carte.

  • 7, 8 : Possibilité de regarder une de ses propres cartes, puis de la reposer toujours face cachée au même endroit
  • 9, 10 : Possibilité de regarder une des cartes d'un adversaire, puis de la reposer toujours face cachée au même endroit.
  • Valets, Dames : Possibilité d'échanger à l'aveugle une de ses cartes avec celle d'un adversaire. Interdiction pour les joueurs de regarder les cartes ainsi échangées, (possibilité ultérieure à l'aide du pouvoir des cartes 7 et 8).
  • Rois de pique, rois de trèfle : possibilité de regarder la carte d'un adversaire et possibilité de l'échanger avec l'une de ses cartes si cela est intéressant.

Si un pouvoir est mal exercé par un joueur (ex: regarde une carte alors que l'échange doit se faire à l'aveugle), son tour est annulé et il est pénalisé en prenant la première carte de la pioche sans la regarder et en la disposant face cachée devant lui, se rajoutant ainsi une nouvelle carte à gérer.

La valeur des cartes[modifier | modifier le code]

Pour le décompte des points :

  • 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 : valeurs numériques
  • Valets, Dames : 10 points
  • Rois Noirs : 15 points
  • Rois Rouges : 0 point
  • Joker : 0 point

Variantes[modifier | modifier le code]

Koubo charentais[modifier | modifier le code]

Dans cette variante, il faut un jeux de 32 cartes avec joker.

Pour commencer la partie il faut 4 cartes retournée face vers la table, on en regarde deux et les deux autres inconnues.

Pouvoirs des cartes
  • 9 : le joueur peut regarder une carte dans son jeu
  • 10 : le joueur peut regarder une carte dans le jeu de l'un de ses adversaires
  • valet : le joueur peut échanger une carte de son jeu avec l'adversaire de son choix (sans regarder la carte de son adversaire : « échange à l'aveugle »)
  • dame : le joueur peut regarder une carte de l'adversaire de son choix et peut l'échanger avec l'une de son jeu.( en les montrant a son adversaire )
Valeur des cartes
  • 1, 7, 8, 9, 10 = valeur numérique
  • valet = 2
  • dame = 3
  • roi rouge = 0
  • roi noir = 11
  • joker = -1

Quand un joueur dit « koubo » cela indique le dernier tour de la manche, ainsi qu'il pense avoir moins de points que les autres ; si c'est vrai il obtient -3 pour le comptage des point si quelqu'un a moins ou autant il a +20 points.

Le but est d'avoir le moins de point au bout de 10 manches.

Dutch[modifier | modifier le code]

Il faut 4 cartes retournées face vers la table, on en regarde deux et les deux autres inconnues. Seuls les valets, les dames et les sept ont des pouvoirs : les sept permettent d'échanger une de ses cartes avec celle d'un autre joueur, les valets de regarder une de ses cartes et les dames de regarder la carte d'un joueur adverse.

Dans cette variante, les valets valent 11 points, les dames 12 et les rois noirs 20 et les rois rouge 0.

Il est aussi possible pour un joueur de poser une de ses cartes de sa main lors de son tour lorsque celle-ci est de la même valeur que la carte de la pioche visible, un 5 sur un 5 par exemple.

Tout joueur peut annoncer « Dutch » lorsque c'est son tour. La manche est alors terminée, et le joueur qui a le plus faible score de la table a gagné.

Traditionnellement, le gagnant de la partie est le dernier joueur à ne pas avoir atteint le score de 100. Si deux joueurs terminent au dessus de 100, alors le joueur ayant le score le plus proche de 100 est considéré comme le vainqueur.

Tamoul[modifier | modifier le code]

Dans la variante Tamoul, les cartes ont les pouvoirs suivants :

  • 7 : le joueur peut regarder une carte dans son jeu
  • 8 : le joueur peut regarder une carte dans le jeu de l'un de ses adversaires
  • 9 : le joueur peut échanger une carte de son jeu avec l'adversaire de son choix (sans regarder la carte de son adversaire : « échange à l'aveugle »)
  • 10 : le joueur peut regarder une carte de l'adversaire de son choix et peut l'échanger avec l'une de son jeu.

À noter, que les pouvoirs ne peuvent être utilisés sur un joueur ayant dit Tamoul.

Dans cette variante, les valets, les dames et les rois valent 15 points - exception pour les rois rouges qui valent 0,5 point et les dames rouges qui valent 1 point.

Une fois qu'un des joueurs a annoncé qu'il lui restait 6,5 points ou moins (Tamoul), un autre joueur pendant le tour suivant peut dire contre-Tamoul s'il pense qu'il a encore moins de point que celui qui a dit Tamoul. S'il a raison c'est lui qui a moins 20 points mais s'il a tort il s'en récupère 20 de plus.

La partie se termine lorsqu'un joueur dépasse 100 points. Mais si un joueur atteint exactement 100 points, son score retombe à 50 et la partie peut donc continuer.

Fontenaysien[modifier | modifier le code]

Quand un joueur annonce « Tamalou » un dernier tour est effectué et la manche prend fin quand c'est au tour de l'annonceur.

On compte les points de chaque manche suivant un barème, le premier qui arrive à 100 (ou 50 pour une mi-partie) a perdu, la partie se termine.

Le joueur qui se défausse de toutes ses cartes a -10 points et la manche prend fin.

Barème de points
points cartes 0 >0 >5 >10 >15
points parties -5 5 10 15 30

Si un joueur arrive à -50 (ou -25 pour une mi-partie), il est le grand gagnant.

Cabo bruxellois[modifier | modifier le code]

Au début de partie, les caboteurs sont autorisés à regarder les 2 premières cartes jusqu'à ce qu'il prenne leur première pioche.

Dans la variante du Cabo bruxellois ou Tamalou belge, cette carte a le pouvoir suivant :

  • Le Roi rouge vaut - 2 points, il est donc possible d'obtenir un résultat négatif à la fin de la manche qui est automatiquement remise à 0, mais qui donne un malus aux autres joueurs équivaut au chiffre négatif que le caboteur a réussi à obtenir. Par exemple : « j'ai obtenu - 4 alors tous les autres joueurs auront + 4 en plus de leurs points accumulés. »

Comme pour la variante Fontenaysienne : un dernier tour est effectué et la manche prend fin quand c'est au tour de l'annonceur. Pour signaler la fin de tour, le joueur ne peut pas prendre de pioche afin de « caboter ». Une ou plusieurs cartes sont mises en position horizontales pour signaler la fin de phase et personne ne peut lui voler de carte.

Le joueur peut décider soit de prendre une carte dans la pioche soit dans la défausse si et seulement si il n'y a pas eu de défausse rapide d'un autre joueur.

Si le caboteur rate son cabo, il est pénalisé de + 10 points tout seul et une nouvelle manche est lancée.

Il n'y a pas d'obligations d'utiliser le pouvoir d'une carte.

Quand il y a défausse rapide, cela ne peut-être qu'un doublé donc c'est aux caboteurs le plus rapide de déposer la carte. Si des personnes se trompent sur leur carte, ils subiront automatiquement un malus de +2 mais ne prenne pas de carte supplémentaire dans leur main. Il est également interdit d'exécuter une défausse rapide d'une autre carte de sa main si vous avez raté le premier essai.

Décompte des points[modifier | modifier le code]

  • Le Valet : 11 points
  • La Dame : 12 points
  • Le Roi Noir : 13 points

À la fin de la manche, si un joueur a moins de points que la personne ayant annoncé le cabo, le caboteur subit un malus de la différence entre celui qui a caboté et celui qui a eu le moins de points. Par exemple : « J'ai obtenu 4, mon voisin à 2. J'ai la différence entre 4 et 2, cela fait 2 donc 4 + 2 = 6 pour le caboteur. Donc il est nécessaire de caboter avec des points très bas. »

Dutch Toulousain[modifier | modifier le code]

Cette variante se joue traditionnellement entre 3 et 6 joueurs mais elle peut être pratiquée à deux joueurs. Elle est assez proche du "Dutch" [5].

Chaque joueur se voit distribuer 4 cartes retournées face cachée (son Jeu), et en regarde deux. Les deux autres demeurent inconnues.

Le reste des cartes constitue la Pile. Au cours du jeu, les joueurs révéleront des cartes. cette pile de cartes révélées constitue la Défausse.

Tour de jeu[modifier | modifier le code]

A son tour, un joueur:

  • Pioche une carte de la Pile, la regarde et peut, au choix:
    • La défausser immédiatement
    • Remplacer une des cartes de son Jeu par cette dernière
  • Si la carte possède un effet, le joueur applique cet effet.

A tout moment, un joueur peut défausser une ou plusieurs de ses cartes, si celle-ci a la même valeur que la carte défaussée par le joueur dont c'est le tour.

Si un joueur se trompe au moment de défausser (la carte n'a pas la même valeur que la carte au sommet de la Défausse), il doit prendre une carte de la Pile et la rajouter à son jeu en guise de pénalité.

Si la Pile est vide, la Défausse est mélangée et constitue à nouveau la Pile.

Valeur des cartes et cartes spéciales[modifier | modifier le code]

Les As valent 1 point, les deux 2 points, ..., les dix 10 points.

Seuls les Valets, les Dames et les Rois de couleur rouge ont des pouvoirs:

  • Valets (11 points): vous devez échanger 2 cartes entre deux autres joueurs ou entre vous et un autre joueur.
  • Dames (12 points): vous pouvez regarder une des cartes de n'importe quel joueur, vous compris.
  • Rois rouges (0 points - carreau ou coeur): vous devez donner la première carte de la pile au joueur de votre choix.
  • Rois noirs (13 points - pique ou trèfle): sans effet

Si le joueur dont c'est le tour joue un Valet et que plusieurs personnes défaussent des Valets, la résolution des effets des Valets se fait comme suit:

  • Dans l'ordre du tour et à commencer par le joueur qui succède au joueur courant, chaque joueur ayant posé un Valet (autre que le joueur dont c'est le tour) fait un échange entre deux cartes pour chaque Valet qu'il a posé
  • Le joueur dont c'est le tour fait en dernier un échange entre deux cartes pour chaque Valet qu'il a posé

Ainsi, le joueur dont c'est le tour a le dernier mot sur les échanges.

Jeu pour autrui[modifier | modifier le code]

Au cours de la manche, il peut arriver qu'un des joueurs ait connaissance d'une ou plusieurs des cartes d'autres joueurs (suite à l'effet d'un Valet, d'une Dame ou d'un "Jeu pour autrui").

Dans ce cas, et si le joueur possédant la carte ne connait pas cette carte, il est possible de défausser cette carte (si une carte de même valeur est jouée) à la place de la personne possédant la carte comme si elle nous appartenait. Le joueur qui a "joué pour autrui" doit alors donner une de ses cartes au joueur dont il vient de défausser la carte.

Le "Jeu pour autrui" perd en intérêt si le joueur qui souhaite défausser la carte d'un autre joueur n'a déjà plus de carte, car dans ce cas, le joueur qui a vu sa carte défaussée ne récupère pas de nouvelle carte à la place. Toutefois, le "Jeu pour autrui" peut être joué même dans ce cas, pour faire baisser le nombre de points de quelqu'un d'autre et perturber le cours de la partie (empêcher un "Dutch", essayer de faire capoter un "Dutch" en cours).

Dans le cas où plusieurs personnes souhaitent jouer pour autrui, l'ordre de priorité de "Jeu pour autrui" est:

  • Le joueur dont c'est le tour a la priorité pour "Jouer pour autrui" autant de fois que sa connaissance du jeu lui permet
  • L'ordre de priorité est ensuite dans l'ordre du tour jusqu'à ce qu'aucun joueur ne souhaite "Jouer pour autrui". Chaque joueur peut "Jouer pour autrui" autant de fois que sa connaissance du jeu lui permet.

"Dutch" et fin de manche[modifier | modifier le code]

Dans cette variante, quand il estime que son jeu est suffisamment bon, un joueur peut annoncer à la fin de son tour qu'il "Dutch".

A partir de ce moment, le dernier tour de jeu commence le jeu de celui qui a "Dutché" est figé.

Cela signifie celui qui a "Dutché" ne peut plus défausser de cartes et qu'il ne peut plus être ciblé par des attaques (Dames, Valets, Rois rouges ou "Jeu pour autrui") jusqu'à la fin de la manche. Quand le tour de jeu est revenu au joueur qui a "Dutché", ce dernier ne joue pas et c'est la fin de manche.

A la fin de la manche, les cartes sont révélées et le score de chaque joueur est comparé avec le score du joueur ayant "Dutché". Pour chaque joueur ayant strictement moins de points que le joueur ayant "Dutché", ce dernier prend une carte sur la Pile. on parle alors de "Dutch capoté".

En cas de "Dutch capoté", le score du joueur ayant "Dutché" prend en compte ces cartes (pénalité). Pour les autres joueur, le compte est réalisé normalement.

Le gagnant de la manche est le joueur ayant marqué le moins de point dans la manche. En cas d'égalité, c'est celui qui a "Dutché" qui est considéré vainqueur de la manche. Si l'égalité ne concerne pas le joueur qui a "Dutché", c'est le joueur ayant marqué le moins de points le plus proche de celui qui a "Dutché" (dans l'ordre du tour) qui et considéré vainqueur de la manche.

Traditionnellement, le joueur ayant "Dutché" se doit de mélanger et distribuer et celui qui a gagné la manche sera le premier à jouer à la manche suivante.

Fin de partie[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, la partie se termine lorsqu'un des joueurs a dépassé les 100 points. Le gagnant de la partie est alors le joueur ayant le moins de points.

Références[modifier | modifier le code]