Maison de Talleyrand-Périgord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Talleyrand-Périgord)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Armoiries des Talleyrand-Périgord à l'intérieur de la chapelle des ducs de Montmorency de la Maison de Talleyrand-Périgord au cimetière d'Auteuil

La famille de Talleyrand-Périgord, olim de Grignols, est une famille de la noblesse française d'extraction chevaleresque, originaire du Périgord[1]. Notamment illustrée par Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838), évêque d'Autun, homme d'État et diplomate français.

La famille de Talleyrand-Périgord s'est éteinte en 1968 en ligne masculine et en 2003 en ligne féminine.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille de Talleyrand-Périgord revendiquait être, par la famille de Grignols, une branche cadette de la famille des comtes de Périgord, descendants de Boson Ier, comte de la Marche et de Périgord.

D'après la généalogie revendiquée, Boson, seigneur de Grignols, est confirmé comme vassal du comte de Périgord en 1226. Les descendants de Boson utilisent des noms personnels fréquents dans la famille des comtes de Périgord, tels que Hélie et Boson. À partir du début du XIVe siècle, le surnom de Talleyrand est utilisé comme nom de lignage. C'est là aussi un surnom attribué à de nombreux comtes de Périgord depuis Guillaume III de Périgord au début du XIIe siècle[2].

Cette revendication des Talleyrand à descendre des comtes de Périgord est reconnue dans les lettres patentes accordées le à Daniel de Talleyrand, prince de Chalais, † 1618, 1er comte de Grignols et 1er marquis d'Excideuil [3],[4]. Plus tard, Gabriel de Talleyrand (1726-1795), comte de Grignols, commence à utiliser le nom de Talleyrand-Périgord vers 1750[1].

Cette ascendance est toutefois contestée (principalement la parenté des Grignols avec les Périgord), notamment par Louis Pierre d'Hozier et Bernard Chérin, généalogistes des ordres du roi[5]. Cette contestation refait surface à la fin du XVIIIe et surtout au début du XIXe siècle, soulevée notamment par des pamphlétaires hostiles au prince de Talleyrand[6].

Raoul de Warren écrit quant à ce rattachement de la famille de Grignols aux anciens comtes de Périgord : « Toutefois, ce point de jonction n’est pas parfaitement établi et ce rattachement est indiqué de façon contradictoire dans les différents auteurs et dans les documents du Cabinet des titres. »[3].

Emmanuel de Waresquiel parle lui de « supercherie généalogique » pour qualifier cette prétention généalogique[5] et cite ce mot de Louis XVIII à propos de son ministre des Affaires étrangères : « M. de Talleyrand ne se trompe que d’une lettre dans ses prétentions ; il est du Périgord et non de Périgord. »

La filiation suivie de la famille de Talleyrand remonte à Boson seigneur de Grignols, trouvé en 1245 et qui fut le père de Hélie seigneur de Grignols, damoiseau, trouvé en 1280 et marié à Agnès, dame de Chalais[3].

La famille de Talleyrand a formé plusieurs branches et s'est éteinte :

  • En 1968 en ligne masculine, avec Hélie de Talleyrand-Périgord (1882-1968), 7e et dernier duc de Talleyrand, 7e et dernier duc de Dino (1952), dernier duc de Sagan (1952), sans postérité de son mariage en 1938 avec Lela Emery[1].
  • En 2003 en ligne féminine, avec Violette de Talleyrand-Périgord, qui prit le titre de courtoisie de « duchesse de Sagan » après la mort du dernier duc de Sagan, cousin issu de germain de son père[7]. Mariée en 1937 à James de Pourtalès (divorcée en 1969) et en 1969 à Gaston Palewski[8], elle meurt en 2003, dernière de la maison de Talleyrand-Périgord.

Le nom « de Talleyrand-Périgord » a été relevé en 2005 par Hélie de Pourtalès (fils de James de Pourtalès et de Violette de Talleyrand-Périgord), autorisé par décret du à ajouter à son nom patronymique celui de Talleyrand-Périgord, afin de s'appeler « de Pourtalès de Talleyrand-Périgord »[9],[10].

Principales personnalités[modifier | modifier le code]

  • Hélie de Talleyrand (1301-1364), cardinal ;
  • Henri de Talleyrand-Périgord, comte de Chalais ;
  • Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord, cardinal ;
  • Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838), évêque, diplomate et homme politique;
  • Boson de Talleyrand-Périgord, qui inspira Marcel Proust dans À la recherche du temps perdu.
  • Hélie de Talleyrand-Périgord (1859-1937), qui épousa Anna Gould, divorcée de Boni de Castellane. Son petit-fils, Hélie de Pourtalès a été autorisé à relever le nom de Talleyrand par décret du Conseil d'État de la République française.
  • Hélie (qu'il transforma en Hely) de Talleyrand-Périgord, né à Florence en 1882 et mort à Rome en 1968. 7e et dernier duc de Talleyrand, 7e et dernier duc de Dino (1952), dernier duc de Sagan (1952). Sans postérité de son mariage en 1938 avec Lela Emery, il fut le dernier mâle de sa maison[1]. Ce dernier, arrière-arrière-petit neveu du diplomate, est un aristocrate cosmopolite et « curieux » comme son oncle le marquis de Biron, collectionneur de dessins français et vénitiens, à qui il dut sa formation artistique et dont il hérita les œuvres qui formèrent le noyau de sa collection de dessins comprenant entre autres des Tiepolo et des Guardi. Il réunit de rares et précieux tableaux, meubles (de Migeon II, Sené, Jacob) et céramiques (faïences de Castelli, porcelaines de Hochst, Meissen). Connaisseur renommé, il devint le conseiller artistique des membres du Gotha et de grands financiers américains. En 2002, soit 34 ans après sa mort sans descendance, Christie's vendit aux enchères publiques certains de ses dessins italiens et de ses céramiques européennes, et le fut vendue le reste de sa collection, détenue depuis 1968 par son neveu et légataire universel, don Manuel Gonzalez de Andia y Talleyrand-Périgord, marquis de Villahermosa, comprenant entre autres objets une statuette du « prince immobile » (E. de Waresquiel) en plâtre - première moitié du XIXe siècle[11]. Le duc avait acquis de la romancière américaine Edith Wharton la Folie des demoiselles Colombe à Saint-Brice-sous-Forêt, près de Montmorency, ayant appartenu au début du XIXe siècle à Charles Maurice Prince de Talleyrand. Le duc Hely la restaura et y « disposa une magnifique collection de meubles, de portraits et de souvenirs de famille » dont une série d' objets rares et de curiosité[12].

Éléments de généalogie[modifier | modifier le code]

Des origines à la séparation en deux branches (XIIIe – XVIIe siècle)[modifier | modifier le code]

  • Boson, seigneur de Grignols, mort avant 1251, épouse Marguerite.
    • Hélie Talleyrand, seigneur de Grignols, mort après 1321, épouse Agnès, dame de Chalais[13].
      • Raymond Talleyrand, seigneur de Grignols et de Chalais, mort après 1326, épouse Marguerite de Beynac[13].
        • Boson Talleyrand, seigneur de Grignols et de Chalais, mort après 1363[13].
          • Hélie Talleyrand, seigneur de Grignols et de Chalais, mort après 1400, épouse Assalide de Pomiers, vicomtesse de Fronsac[13].
            • François de Talleyrand, vicomte de Fronsac, seigneur de Grignols et de Chalais, épouse Marie de Brébéant, fille de l'amiral Clinet de Bréban et Marie de Namur[13].
              • Charles de Talleyrand, prince de Chalais (titre assumé sans confirmation royale), vicomte de Fronsac, seigneur de Grignols, mort après 1468, épouse Marie de Tranchelyon-Palluau[13].
                • Jean de Talleyrand, prince de Chalais, vicomte de Fronsac, seigneur de Grignols, mort après 1508, épouse Marguerite, fille des vicomtes de Turenne Agnet IV de La Tour et Jeanne de Beaufort[13].
                  • François de Talleyrand, prince de Chalais, vicomte de Fronsac, seigneur de Grignols, épouse Gabrielle de Salignac[13].
                    • Julien de Talleyrand, prince de Chalais, seigneur de Grignols, mort après 1564, épouse Jacquette de La Touche[13].
                      • Catherine de Talleyrand épouse avant 1548 François de Carle.
                      • Daniel de Talleyrand, prince de Chalais, 1er marquis d'Excideuil et comte de Grignols en 1613, mort avant 1618, épouse Jeanne-Françoise, fille de Blaise de Monluc, dame d'Excideuil, de Mareuil, de Beauville[13] : souche de tous les tableaux généalogiques qui suivent.
                      • Françoise de Talleyrand épouse Arnaud de la Barde.
                    • Anne de Talleyrand épouse Hélie de La Touche.
                    • Catherine de Talleyrand épouse en 1538 Hélie de Calvimont, frère puîné de Jean III ci-dessous[13].
                  • Claire de Talleyrand épouse en 1501 Jean de Beaupoil de La Force.
                  • Louis de Talleyrand, seigneur de Pilhac (sans doute Pillac et St-Séverin) et de Campagne, épouse en 1517 Antoinette de Beaupoil de La Force, puis en 1550 Jeanne d'Albret.
                    • Marguerite de Talleyrand, du premier mariage, épouse Louis Goulard.
                    • Claude de Talleyrand († 1613), du premier mariage, épouse en 1555 Alain de Ferrou († 1607)
                    • Anet de Talleyrand, du second mariage, épouse Charlotte de Boves
                      • Françoise de Talleyrand
                      • Geoffroi-Antoine de Talleyrand épouse Madeline de Bures.
                  • Hélie de Talleyrand.
                  • Claude de Talleyrand' épouse en 1506 Jacques Foucauld de Saint-Germain-Beaupré[13].
                  • Geoffroi de Talleyrand, dit le comte de Grignols, épouse en 1518 Marie de Tizon.
                  • Louis de Talleyrand.
                  • Marguerite de Talleyrand épouse en 1522 Jean III de Calvimont[13].
          • Boson de Grignols, mort après 1407[13].

La première branche aînée (princes de Chalais)[modifier | modifier le code]

La première branche cadette (comtes de Grignols)[modifier | modifier le code]

  • Daniel de Talleyrand, prince de Chalais, 1er marquis d'Excideuil et comte de Grignols en 1613, mort avant 1618, épouse Jeanne-Françoise, fille de Blaise de Montluc, dame d'Excideuil, de Mareuil, de Beauville[13].
    • Charles de Talleyrand, prince de Chalais, marquis d'Excideuil, baron de Mareuil, mort après 1637, épouse Charlotte de Pompadour[13].
    • André de Talleyrand, comte de Grignols, baron de Beauville, mort après 1663, épouse Marie de Courbon-Blénac[13].
      • Adrien de Talleyrand, comte de Grignols, baron de Beauville, mort après 1668, épouse Jeanne Jaubert de Saint-Gelais[13].
      • Blaise de Talleyrand († 1674) épouse Suzanne Jaubert de Saint-Gelais.
      • Daniel de Talleyrand.
      • François de Talleyrand.
      • Jeanne-Marie de Talleyrand († 1682) épouse en 1657 Gabriel de Beaupoil de Saint-Aulaire (1636-1683).
    • Henri de Talleyrand, dit le comte de Chalais, mort en 1626, épouse Charlotte de Castille[13].
    • Léonore de Talleyrand épouse Henri de Beaupoil de Saint-Aulaire, puis François de Cosnac[13].


La deuxième branche aînée (comtes et ducs de Périgord)[modifier | modifier le code]

  • Gabriel-Marie de Talleyrand-Périgord (-1795), l'oncle du ministre Charles-Maurice, comte de Grignols et baron de Mareuil, Grand d'Espagne, dernier gouverneur de Picardie, fut autorisé par le roi Louis XV à porter le titre de comte de Périgord à partir de 1768, après qu'a été reconnue la filiation de sa maison avec celle des anciens comtes de Périgord de la maison de Charroux/Talleyrand. En épousant le sa cousine Marie Françoise Marguerite de Talleyrand-Périgord ( - ?), seule héritière de son père le prince de Chalais, grand d'Espagne, il reçoit la grandesse d'Espagne de première classe de son beau-père et porte alors aussi le titre de prince de Chalais, nom d'une de ses terres sur laquelle avait été reconnue par le roi de France cette grandesse d'Espagne.
    • Marie-Jeanne de Talleyrand-Périgord (, Versailles - ), épouse en 1762 Louis-Marie de Mailly, duc de Mailly ( - ).
    • Hélie-Charles de Talleyrand-Périgord ( - ), comte de Grignols, marquis d'Excideuil et prince de Chalais, grand d'Espagne, fut élevé au titre de 1er duc de Périgord en 1816, pair de France à vie en 1814 puis pair de France héréditaire en 1815. Il épouse le Elisabeth Marie Charlotte de Poyanne de Baylens (? - )
      • Louise de Talleyrand-Périgord ( - ).
      • Augustin Marie Hélie Charles de Talleyrand-Périgord ( - ), 2e duc de Périgord, comte de Grignols, marquis d'Excideuil, prince de Chalais, pair de France et grand d'Espagne à partir de 1829. Il épouse le Apolline Marie Nicolette fille de César-Hippolyte de Choiseul-Praslin ( - )
        • Alix de Talleyrand-Périgord ( - ), épouse le ) Pierre d'Arenberg ( - ) 1er duc français d'Arenberg.
        • Hélie Louis Roger de Talleyrand-Périgord ( - ), 3e et dernier duc de Périgord, comte de Grignols, marquis d'Excideuil, prince de Chalais et grand d'Espagne à partir de 1879, épouse Elodie Pauline Victorine de Beauvilliers de Saint-Aignan (1811 - ), fille du dernier duc de Saint-Aignan
          • Emma Virginie de Talleyrand-Périgord ( - ), épouse Marie-Gabriel de Choiseul-d'Aillecourt (sans postérité)
        • Paul Adalbert René de Talleyrand-Périgord ( - ), épouse en 1853 Cécile-Amicie Rousseau de Saint-Aignan (? - )
          • Cécile Charlotte Marie de Talleyrand-Périgord ( - , Pau), héritière de la grandesse d'Espagne, épouse le Laure Henri Gaston de Galard de Béarn[15] ( - ), dit le comte de Béarn, prince de Béarn et Viana, marquis de Brassac.
            • Henri, François, Bernard, Pierre et Odon[16]
      • Alexandre de Talleyrand-Périgord ().
    • Adalbert Charles de Talleyrand-Périgord ( - ), dit le comte de Périgord, épouse en 1775 Mary Saint Leger (1755 - , Paris).
    • Augustin Louis de Talleyrand-Périgord.


La deuxième branche cadette (comtes et ducs de Talleyrand)[modifier | modifier le code]

  • Charles-Daniel de Talleyrand-Périgord, dit le comte de Talleyrand (1734-1788), frère cadet de Gabriel-Marie de Talleyrand-Périgord souche de la branche aînée, colonel du régiment des Grenadiers de France (1753-1762) puis du régiment de cavalerie Royal-Piémont, chevalier de Saint-Michel en 1776, lieutenant général en 1784, marié avec Victoire Éléonore Alexandrine de Damas d'Antigny (, Arnay le Duc - le ).
    • Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754 - 1838),
      • Descendance illégitime.
    • Archambaud de Talleyrand-Périgord (1762 - 1838),
      • Branche des ducs de Talleyrand.
    • Boson de Talleyrand-Périgord (1764 -1830),
      marié à Charlotte Louise Madeleine de Boffin d'Argenson
      • Georgine Louise Victoire de Talleyrand-Périgord (1801-1868) épouse de Charles Philippe de Preissac, duc d'Esclignac (1790 - 1873) sans postérité.


La descendance illégitime du prince de Talleyrand[modifier | modifier le code]

« Dans ma lignée, nous sommes bâtards de mère en fils depuis trois générations. Je suis arrière-petit-fils de roi, petit-fils d’évêque, fils de reine et frère d’empereur, et tout cela est naturel. »

— Charles de Morny, petit-fils de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord[17].

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, prince de Bénévent, puis prince de Talleyrand (1754 - 1838), diplomate, homme politique, ministre, fils aîné de Charles-Daniel. Il n'eut pas de descendance de son mariage, le , avec Catherine Noël Worlee (1762-1834 ; alias Mme Grand par son 1° mariage). Il est présumé avec plus ou moins de certitude, le père d'un certain nombre d'enfants de ses maîtresses.

La parenté supposée de Talleyrand du peintre Eugène Delacroix suite à une liaison imaginée avec Victoire Œben (Madame Charles Delacroix) est très contestée.

La deuxième branche cadette (ducs de Talleyrand)[18][modifier | modifier le code]

La troisième branche cadette (barons et comtes de Talleyrand-Périgord)[modifier | modifier le code]

  • Louis-Marie de Talleyrand-Périgord ( - ), oncle du ministre Charles-Maurice, frère puîné de Gabriel-Marie et Charles-Daniel de Talleyrand-Périgord, époux de Louise Fidèle Durand de Saint Eugène-Montigny (1751).
    • Louis Augustin de Talleyrand-Périgord, comte de Talleyrand-Périgord (, Paris - , Milan), pair de France, membre de la maison du Roi, chevalier de Saint-Louis[25], épouse le Caroline Jeanne Julienne d'Argy (1791, Auray - , Breuilpont)
      • Ernest de Talleyrand-Périgord, comte de Talleyrand-Périgord (, Orléans - , Bruxelles), épouse le à Paris Marie Louise Aglaé Suzanne Le Peletier de Mortefontaine ( - )
        • Marie Louise Marguerite de Talleyrand-Périgord (, Paris - , Paris), épouse le à Paris le prince Henri Charles Louis Maximilien Joseph Lamoral de Ligne (, Paris - , Beloeil), d'où le prince Ernest de Ligne
      • Adalbert Réné de Talleyrand-Périgord (, Orléans - mort en bas âge)
      • Louis Marie de Talleyrand-Périgord, comte de Talleyrand-Périgord (, Orléans - ) épouse le Stéphanie Marie Louise Agnès Alexandrine de Pomereu (- , Breuilpont), puis le Marie-Thérèse Lucie de Brossin de Méré (1838)
        • Eugène de Talleyrand-Périgord ( - )
      • Eugène de Talleyrand-Périgord (, Berne)
      • Augustin de Talleyrand-Périgord (, Berne - mort en bas âge)
      • Caroline de Talleyrand-Périgord (, Berne - morte en bas âge)
    • Anatole Marie Jacques de Talleyrand Périgord ( - après 1815), membre de la maison du Roi, chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis[25]
    • Alexandre-Daniel de Talleyrand-Périgord, baron de Talleyrand-Périgord (, Paris - ), pair de France (1838) épouse Charlotte (née Elisa Alix Sara, de parents inconnus) (1799-1873), pupille de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord et sa fille putative.
      • Alix de Talleyrand-Périgord (1815 - , Nevers)
      • Charles Angélique de Talleyrand-Périgord, baron de Talleyrand-Périgord ( - ), sénateur, épouse le Véra de Bénardaky († )
        • Marie Marguerite de Talleyrand-Périgord (1863), épouse Marie Ferdinand François Adhémar de Brotty d'Antioche (, Berlin - )
        • Na de Talleyrand-Périgord (1867 -)
      • Archambaud de Talleyrand-Périgord (1824 - mort en bas âge), jumeau de la suivante :
      • Marie-Thérèse de Talleyrand-Périgord (1824 - 1907), épouse en 1842 sir John Stanley-Massey-Stanley, puis Errington, 12th baronet, of Hooton (en) (1810 - 1893)
      • Louis Alexis Adalbert de Talleyrand-Périgord (le , Paris - , Castres), lieutenant-colonel au 7e Régiment de Hussards, officier de la Légion d'Honneur (), épouse le à Paris Marguerite Françoise Charlotte Yvelin de Béville ( - ).
        • Charlotte Louise Marie-Thèrèse de Talleyrand-Périgord (, Paris - 1940), épouse le à Paris Armand Charles Marie Vallet de Villeneuve-Guibert (, Châlons sur Marne - ), arrière-petit-fils de René Vallet de Villeneuve et arrière-arrière-petit-fils de Jacques Antoine Hippolyte de Guibert.
        • Charlotte Louise Marie Adalberte de Talleyrand-Périgord (, Paris - , Paris)

Titres et distinctions[modifier | modifier le code]

Première branche aînée[modifier | modifier le code]

  • Comte (1613) de Grignols (lettres patentes du )[1],[3] ;
  • marquis d'Excideuil (lettres patentes du )[1],[3] ;
  • Prince de Chalais : Charles Talleyrand, seigneur de Grignols (†vers 1468) fut le premier à prendre le titre de prince de Chalais par héritage de la famille de Chalais. La branche titrée prince de Chalais (titre espagnol) et grand d'Espagne de première classe par cédule royale de 1714 (reconnue en France en I722) s'éteignit en 1890. Le titre et la grandesse passèrent dans la famille de Galard-Béarn[1],[3] ;
  • Baron de Mareuil, par héritage de la maison de Montluc.

Deuxième branche aînée (1726-1883)[modifier | modifier le code]

Deuxième branche cadette (1734-1968)[modifier | modifier le code]

Rameau aîné (1734-1952)[modifier | modifier le code]

  • Prince-duc souverain de Bénévent (1806) pour Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord ;
  • Duc de Talleyrand (1815), éteint en 1968 ;
  • Duc de Dino (Deux-Siciles, 1815), éteint en 1968 avec Hélie de Talleyrand-Périgord (1882-1968), 7e et dernier duc de Talleyrand, 9e et dernier duc de Dino (1952) et de Sagan (1952). Sans postérité de son mariage en 1938 avec Lela Emery[1] ;

    • Félicie, sœur du dernier duc de Talleyrand, de Dino et de Sagan, revendiqua les titres de « duchesse de Dino ».
      • Son fils Manuel Gonzalez de Andia y Talleyrand-Périgord, marquis de Villahermosa, mort en 2005, aurait obtenu de l'ancien roi Humbert II d'Italie une "confirmation" du titre de « duc de Dino ».
        • La fille aînée du précédent, Maria Luisa Gonzalez de Andia y de Elio à la mort de son père se déclare « duchesse de Dino ». Elle épouse Luis de Villegas y de Urzaiz, ambassadeur d'Espagne, fils du général gouverneur de Navarre. Son fils ainé Javier de Villegas y Gonzalez de Andia, à la mort de sa mère en 2016 se déclare « duc de Dino ».; Il a épousé Alicia Rico y Perez del Pulgar, ministre plénipotentiaire d'Espagne.
  • Duc de Sagan, par investiture du et par ordonnance du de Frédéric-Guillaume III de Prusse en tant que duc de Silésie qui confirma le titre de duchesse de Sagan à Dorothée von Biron avec dévolution à ses descendants mâles par ordre de primogéniture. De son mariage en 1809 avec Edmond de Talleyrand-Périgord (2e duc de Talleyrand,), elle eut :
    • Napoléon-Louis de Talleyrand-Périgord qui à la mort de sa mère la duchesse de Sagan en 1862, obtint l'autorisation de porter en France ce titre étranger par décret impérial du . Il s'agissait d'une confirmation à titre personnel comme pour tout titre étranger, [26], mais le titre de duc de Sagan continua néanmoins d'être porté en France comme titre étranger par son fils :
      • Boson de Talleyrand-Périgord (4e duc de Talleyrand,1832-1910) et ses petits-fils :
        • Hélie de Talleyrand-Périgord (5e duc de Talleyrand, 1859-1937) et Boson de Talleyrand-Périgord (6e duc de Talleyrand, 1867-1952)
        • puis par Helie de Talleyrand-Périgord (1882-1968, 7e et dernier duc de Talleyrand), cousin des précédents, avec lequel le titre de duc de Sagan s'éteignit définitivement en 1968 [1]. Néanmoins, Violette de Talleyrand-Périgord, fille d'Hélie (5e duc de Talleyrand et 7e duc de Sagan et de Dino) et sœur d'Howard (8e duc de Sagan) continua à porter le titre de duchesse de Sagan jusqu'à sa mort en 2003.
  • Prince de Sagan : titre étranger (prussien) concédé par les diplômes de 1845 et 1846 aux fils aînés des ducs de Sagan et autorisé en France le par Napoléon III à titre personnel en faveur de Boson de Talleyrand-Périgord[27].

Second rameau cadet (1837-1951)[modifier | modifier le code]

Troisième branche cadette (1738-1896)[modifier | modifier le code]

Rameau aîné (1738-1881)[modifier | modifier le code]

  • Comte de l'Empire (1810) [1],[3] ;
  • Pair de France (1815) (1838) (1847)[1],[3] ;
  • Comte-Pair héréditaire (1818) [1],[3].

Rameau cadet (1776-1896)[modifier | modifier le code]

  • Barons de Talleyrand-Périgord (1806)[1],[3].

Armes[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Périgord.svg Armes

De gueules aux trois lionceaux d'or armés, lampassés et couronnés d'azur (qui est Talleyrand-Périgord)[28].

Devise
RE QUE DIOU[28].
Blason Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838) (Empire).svg Armes (sous l'Empire)

Parti : au I de gueules aux trois lionceaux d'or armés, lampassés et couronnés d'azur (qui est Talleyrand-Périgord) ; au II d'or au sanglier sanglier passant de sable chargé sur le dos d'une housse d'argent (qui est Bénévent) ; au chef des Princes souverains d'Empire brochant sur la partition.[29],[28],[30],[31]

Blason Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838) (Restauration).svg Armes (sous la Restauration)

De gueules aux trois lionceaux d'or armés, lampassés et couronnés d'azur (qui est Talleyrand-Périgord)[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t E de Séréville, F de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, 1975, pages 936-938
  2. Nicolas Viton de Saint-Allais, Précis historique sur les comtes de Périgord et les branches qui en descendent. sur Google Livres, 1836, p. 17-20.
  3. a b c d e f g h i j k l m n et o Raoul de Warren, Grand Armorial de France, tome VI, 1948, page 260.
  4. Jacques Vivent, La vie privée de Talleyrand, Hachette, 1940, page 13.
  5. a et b Emmanuel de Waresquiel, Talleyrand ou le prince immobile, p. 26.
  6. Flassan, Gaétan de Raxis de, La famille des Grignols-Talleyrand descend-elle des anciens comtes de Périgord ? : son origine, discussion historique et généalogique, Paris, 1836.
  7. Joseph Valynseele, Les princes et ducs du Premier Empire, non maréchaux, 1959, p. 40, note 73.
  8. Joseph Valynseele, Les princes et ducs du Premier Empire, non maréchaux, 1959, p. 40, extrait 2.
  9. L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, numéros 618 à 628, 2004, p. 1280.
  10. Marc Guillaume, Le Sceau de France, titre nobiliaire et changement de nom, Académie des sciences morales et politiques, séance du lundi 3 juillet 2006.
  11. Céline Lefranc, « Souvenirs du duc de Talleyrand », Connaissance des Arts no 633, novembre 2005, p. 68-73, témoignage de sa petite-nièce et filleule Béatrice Gonzalez de Andia y Elio.
  12. Voir Connaissance des Arts, numéro de Noël 1958, et Claude Frégnac, L'Île-de-France des châteaux, Hachette Réalités, 1977, p. 12-15.
  13. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac et ad L'Art de Vérifier les dates, vol. 10, p. 214-219
  14. Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis, Recueil de tous les membres, par Jean-François-Louis d'Hozier, Paris, 1817, vol. II p. 358-359.
  15. Il est le petit-fils d'Alexandre Léon Luce de Galard de Brassac de Béarn
  16. les quatre derniers fils de Laure Henri Gaston de Galard de Béarn, prince de Chalais, sont décédés sans postérité. Henri, l'aîné, a une descendance, dont un fils Gaston, marié et divorcé plusieurs fois, qui a 4 enfants issus de ces différents lits. Le titre de Prince de Chalais et sa grandesse d'Espagne de première classe semblent éteints, Gaston de Galard de Béarn, décédé en 1978, ni ses enfants ne pouvant prétendre à être investis du titre par le roi d'Espagne.
  17. Talleyrand eut avec une bâtarde putative du roi Louis XV, une liaison dont est issu celui des œuvres duquel la reine Hortense mis au monde Morny, demi frère illégitime de l'empereur Napoléon III.
  18. Généalogie
  19. nomination en date du 13 août 1814.
  20. nomination en date du 10 juin 1823.
  21. Almanach de Gotha, 1933, page 621.
  22. Joseph Valynseele, Les Maréchaux de Napoléon III: leur famille et leur descendance1980, page 283.
  23. Joseph Valynseele, Les Maréchaux de Napoléon III: leur famille et leur descendance1980, page 286.
  24. Boson duc de Talleyrand passe un acte notarié le 10 mai 1947, par lequel il déclare reconnaître comme fils, Jean Gustave, né le 29 septembre 1929, fils de père inconnu et de Antoinette Morel, qui devient la troisième épouse du duc en 1950. À l'occasion de ce mariage, Boson duc de Talleyrand légitime Jean Gustave, né Morel, comme son fils et le fait légataire universel de ses biens. Cette légitimation est contestée par Hélie, duc de Dino, marquis (puis 7e et dernier duc) de Talleyrand, par assignation en justice car mademoiselle Morel et le duc Boson ne se connaissaient pas à la date de la conception de Jean Gustave. La 1re chambre du Tribunal de la Seine, le 24 Nov 1950, déclare recevable la demande en raison du droit moral à la défense du nom de famille et le 26 mars 1953, ce tribunal constate le caractère frauduleux de la reconnaissance et annule les effets de la légitimation par mariage, ordonnant que Jean Gustave Morel cesse d'user du nom de Talleyrand-Périgord. Le tribunal relève dans les motifs de sa décision qu'à l'époque de la naissance de cet enfant, mademoiselle Morel vivait en concubinage avec un certain monsieur F..., avec lequel elle continue de vivre ensuite et signe de son nom. Des témoins établissaient que mademoiselle Morel avait rencontré le duc pour la première fois en 1941, lors d'un dîner chez un industriel lyonnais. Ce jugement est confirmé par la Cour d'appel de Paris en janvier 1955. Toutefois, ces actions en justice ne pouvaient faire obstacle à ce que Jean Gustave Morel restât le légataire universel des biens de Boson duc de Talleyrand, mort sans postérité en 1952. Le titre de duc de Talleyrand échut alors à Hélie de Talleyrand-Périgord, 6e duc de Dino, il devient le 7e et dernier duc de Talleyrand et de Sagan et meurt veuf et sans enfant en 1968, éteignant la race des ducs de Talleyrand. (source : journal L'Aurore du 21 février 1953)
  25. a et b nomination en date du 1er février 1815.
  26. Joseph Valynseele, Les princes et ducs du Premier Empire, non maréchaux, Centrale de l'Ouest, 1959, page 302.
  27. Joseph Valynseele, Les princes et ducs du Premier Empire, non maréchaux, 1959, page 304, note 37.
  28. a b c et d Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments
  29. Source : www.heraldique-europeenne.org
  30. Alcide Georgel, Armorial de l'Empire français : L'Institut, L'Université, Les Écoles publiques, (lire en ligne)
  31. Nicolas Roret, Nouveau manuel complet du blason ou code héraldique, archéologique et historique : avec un armorial de l'Empire, une généalogie de la dynastie impériale des Bonaparte jusqu'à nos jours, etc…, Encyclopédie Roret, , 340 p. (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Bret, « À La Roche-Chalais, un procès pour foi et hommage au XVIIe siècle », dans Mémoire de la Dordogne, décembre 2018, no 30, p. 18-33, (ISSN 1241-2228)

Articles connexes[modifier | modifier le code]