Tali Fahima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tali Fahima
Tali fahima ronen.gif
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Hadassim Children and Youth Village (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Militante socialeVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Tali Fahima (en hébreu : טלי פחימה ; née le ) est une femme israélienne née dans une famille juive originaire d'Algérie et convertie à l'Islam le 7 juin 2010, à la mosquée d'Umm al-Fahm. Tali a été jugée et condamnée pour ses contacts avec Zakaria Zubeidi, chef des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa à Jénine. Elle considère sa nationalité comme palestinienne.

Elle a grandi dans une famille monoparentale à Qiryat Gat, une petite ville du sud d’Israël.

Elle a été, jusqu’en 2003, une partisane du Likoud ; puis, à la suite de la lecture d’une interview dans laquelle Zubeidi parle de sa transformation d’un militant pour la paix en un combattant recherché, elle a été intriguée. Après avoir retrouvé le numéro de téléphone de Zubeidi, Tali a parlé avec lui plusieurs fois. Lorsqu’elle a appris que Zubeidi était à la tête d’une liste de personnes à assassiner préparée par les services de sécurité israéliens, elle a décidé d’aller à Jénine et de vivre dans la maison de Zubeidi en tant que bouclier humain.

Elle a participé au projet des enfants palestiniens à Jénine et est apparue dans le film documentaire Les enfants d'Arna (en anglais, Arna's Children, réalisé par Juliano Mer-Khamis et Danniel Danniel), avec Zubeidi, avant qu’il ne soit emprisonné. Elle n’a pas nié qu’elle a rencontré plusieurs fois Zubeidi à Jénine, mais elle a nié toute participation dans des activités armées. En mars 2004, elle a déclaré qu’elle était prête pour agir comme un bouclier humain pour protéger Zubeidi. Toutefois, elle a nié, tout comme Zubeidi, qu’il y avait une relation d’amour entre eux.

Le 8 août 2004, Fahima a été arrêtée, afin d’être interrogée par des agents des services de sécurité puis placée en détention administrative pendant trois mois. Elle a été inculpée en décembre 2004 d'assistance à l'ennemi en temps de guerre[1] Le 23 décembre 2005, elle a plaidé coupable pour des accusations moins graves, admettant avoir eu des contacts avec un agent étranger avec l'intention de nuire à la sécurité. Elle a également admis avoir transmis des informations à l'ennemi et violé une ordonnance interdisant l'entrée d'Israéliens dans les territoires contrôlés par l'Autorité palestinienne. Les accusations les plus graves, d'aide à un ennemi en temps de guerre, soutien à une organisation terroriste et possession d'armes ont été abandonnées. Elle a été condamnée à une peine de prison de trois ans[2].

Tali Fahima a été libérée en janvier 2007, pour bonne conduite, avec un an de moins que sa peine initiale. Cependant, elle n'a pas le droit de quitter le pays, ni de contacter des étrangers, ni d'entrer dans les territoires de Cisjordanie sous contrôle palestinien – des restrictions similaires à celles imposées à Mordechai Vanunu après avoir été libéré de prison.

Le 23 avril 2007, elle a participé à une cérémonie alternative d'allumage de torche pour le Jour de l'Indépendance d'Israël, allumant une torche en l'honneur de Zubeidi.

Références[modifier | modifier le code]