Taku Miki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Taku Miki
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (83 ans)
TokyoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
三木卓Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions
Prix Akutagawa ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Prix H (d) ()
Prix Akutagawa ()
Prix Noma de la littérature pour enfants (d) ()
Prix Taiko Hirabayashi ()
Prix Tanizaki ()
Médaille au ruban pourpre (d) ()
Prix Sei Itō ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Taku Miki (三木 卓, Miki Taku?, né le ) est le nom de plume du romancier et poète japonais[1] actif durant l'ère Shōwa. Son véritable nom est Tomita Miki.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Tokyo, Miki grandit au Manchukuo. Il retourne au Japon en 1946, est diplômé en 1959 de littérature russe de l'université Waseda. Alors qu'il est encore au lycée, il écrit des poèmes et des recensions littéraires pour le magazine littéraire Bungaku soshiki. Après avoir obtenu son diplôme, il fait partie du cercle poétique formé autour de Han (« Inondation »).

L’œuvre principale de Miki comprend le recueil de poésie Tokyo gozen sanji (3 AM à Tokyo, 1966), le conte de fée Horobita kuni no tabi (« Voyages dans un pays ruiné », 1969) et Hogeki no ato de (« Après le bombardement », 1973), qui contient le récit Hiwa (« Pinson »), prix Akutagawa en 1973[1].

Parmi ses romans on compte Furueru shita (« Langue frémissante », 1974), Karera ga hashirinuketa hi (« Le Jour où ils ont tenu la distance », 1978), Gyosha no aki (« L'aurige en automne », 1985) et Koguma-za no otoko (« L'Homme de la petite ourse », 1989). Il écrit également de la critique littéraire (Kotoba no suru shigoto, « Ce que font les mots » , 1975), des essais (Tokyo bishiteki hokō, « Microscopiques balades dans Tokyo », 1975), et des livres de fiction pour la jeunesse, (Potapota, "Drip, Drip", 1984).

Il est nommé en 2007 à l'Académie japonaise des arts.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Tokyō gozen sanji, poésie, 1959
  • Waga kidi Rando, poésie, 1971
  • Hiwa, roman, 1972
  • Furueru shita, roman, 1974
  • Tokyo bishiteki hokō, essais, 1975
  • Kotoba no suru shigoto, critique littéraire, 1975
  • Karera ga hashirinuketa hi, Roman, 1978
  • Potapota, roman pour la jeunesse, 1984
  • Gyosha no aki, roman, 1985
  • Koguma-za no otoko, roman, 1989

Principaux prix[modifier | modifier le code]

  • 1967 Prix H-Shi pour Tokyo gozen sanji
  • 1970 Prix Jun Takami pour Waga kidi rando (Our kiddy land)
  • 1973 Prix Akutagawa[1] pour Hiwa (Finch)
  • 1984 Prix Noma Jido Bungei (prix Noma de littérature pour la jeunesse), pour Potapota (Drip drip)
  • 1986 Prix Taiko Hirabayashi pour Gyosha no aki (« Automne du conducteur »)
  • 1997 Prix Tanizaki pour Roji
  • Prix Geijutsu Sensho Monbu Daijin

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Face à Google, la résistance s’organise partout », Courrier international,‎ (lire en ligne)