Takeshi Umehara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Umehara.
Takeshi Umehara
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
KyotoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Institute of Technologists (en), université de Ritsumeikan, université de RyūkokuVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Takeshi Umehara (梅原 猛, Umehara Takeshi?) (né le à Sendai, décédé à Kyoto le [1]) est diplômé de la faculté de philosophie de l'université de Kyoto en 1948.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il enseigne d'abord la philosophie à l'université de Ritsumeikan puis est nommé président de l'université municipale des Arts de Kyoto. Il se fait remarquer pour ses nombreux essais sur la culture japonaise, dans lesquels il s'efforce de refonder la discipline des études japonaises le long de lignes plus nippocentriques, notamment dans son livre programmatique Nihongaku kotohajime (日本学事始?, 1972), écrit en collaboration avec Shunpei Ueyama. Outre ses volumineux essais académiques sur de nombreux aspects de la culture japonaise, il compose également des œuvres théâtrales sur des figures aussi variées que Yamato Takeru et Gilgamesh.

Il est nommé en 1987 à la tête du controversé centre international de recherches d'études japonaise (en), aussi connu par l'abréviation « Nichibunken », établi par le premier ministre Yasuhiro Nakasone pour servir à la fois comme entité académique centralisée pour recueillir et classer toutes les informations disponibles sur la culture japonaise, à la fois au Japon et à l'étranger, et comme centre pour la théorisation créative de la prétendue « unicité » japonaise. Il prend sa retraite en tant qu'administrateur en chef du Nichibunken en 1995.

Umehara s'est souvent exprimé contre la volonté des hommes politiques conservateurs du Japon de revoir la constitution, en particulier son article 9 renonçant à la guerre si elle n'est pas défensive[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Philosopher Umehara leaves legacy of broad-minded study of Japan, The Mainichi (14 janvier 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]