Tajumulco (volcan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tajumulco.
Tajumulco
Vue du sommet du Tajumulco.
Vue du sommet du Tajumulco.
Géographie
Altitude 4 220 m[1]
Massif Sierra Madre du Chiapas
Coordonnées 15° 02′ 35″ nord, 91° 54′ 13″ ouest[1]
Administration
Pays Drapeau du Guatemala Guatemala
Département San Marcos
Ascension
Voie la plus facile versant est
Géologie
Roches Dacite, andésite, andésite basaltique
Type Volcan gris
Activité Actif
Dernière éruption 1863 ?
Code GVP 342020
Observatoire Instituto Nacional de Sismologia, Vulcanologia, Meteorologia y Hidrologia

Géolocalisation sur la carte : Guatemala

(Voir situation sur carte : Guatemala)
Tajumulco

Le Tajumulco est un stratovolcan du Guatemala s'élevant à 4 220 mètres d'altitude et constituant le point culminant du pays et de l'Amérique centrale, dans la sierra Madre du Chiapas. Des indices de fréquentation par des civilisations précolombiennes ont été découverts. Malgré tout, il demeure peu connu, tant du point de vue de son histoire éruptive que touristiquement, en raison de son isolement, alors qu'il ne présente pas de difficulté en randonnée pédestre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le volcan tient son nom de la ville de Tajumulco (en), dont l'origine est incertaine. Il pourrait venir du mam, taj signifiant « coincé, proche de quelque chose », xomulli « coin, pointe » et co « dans, à l'intérieur », ce qui se traduirait par « collé, au pied de quelque chose ». Une étymologie similaire, mais venant du nahuatl, décompose le nom en tlallì « terre », xumullì « coin » et co « lieu, place », soit « lieu dans le coin de la terre »[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du cratère depuis le sud.

Le Tajumulco est situé dans l'Ouest du Guatemala, dans le département de San Marcos. Il se trouve à environ 45 kilomètres à l'ouest-nord-ouest de Quetzaltenango et 160 kilomètres dans la même direction de la capitale, Guatemala, alors que la frontière avec le Mexique passe à moins de 20 kilomètres à l'ouest. Les côtes de l'océan Pacifique sont à 70 kilomètres au sud-ouest, celles de la mer des Caraïbes à 350 kilomètres à l'est et celles du golfe du Mexique à 400 kilomètres au nord-nord-ouest. Il s'élève à 4 220 mètres d'altitude, ce qui en fait le point culminant du pays, de la sierra Madre de Chiapas et de toute l'Amérique centrale[1],[3]. Sa hauteur de culminance par rapport au pic d'Orizaba, à plus de 720 kilomètres au nord-ouest au Mexique, est de 3 980 mètres[1],[4], ce qui en fait le 24e plus proéminent au monde[4]. Il possède une cime secondaire, au sud-est, le cerro Concepción[1]. Il s'agit d'un stratovolcan[5] composé de dacite, d'andésite et d'andésite basaltique[3] reposant sur un socle de diorite[6] ; il est coiffé par un cratère d'une soixantaine de mètres de diamètre[3]. La ligne de partage des eaux entre l'océan Atlantique et l'océan Pacifique passe à deux kilomètres sur le versant nord-est, le sommet se trouvant dans le bassin versant du second[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire éruptive[modifier | modifier le code]

Le , des maisons sont détruites, plus probablement en raison d'une avalanche de roches que d'une éruption[3]. D'autres témoignages évoquent des possibilités d'éruptions en 1821[3],[7],[8] ou 1822[3], 1863[3],[7],[8] et 1893[3], mais elles demeurent incertaines[3],[8]. Il est toutefois admis que la volcan a connu des éruptions au cours des temps historiques[3].

Histoire humaine[modifier | modifier le code]

Autour du Tajumulco, plusieurs sites archéologiques, notamment olmèques, renferment des artefacts en obsidienne provenant du volcan[9],[10]. Des traces d'offrandes d'origine maya ont été découvertes par Karl Sapper (en) à la fin du XIXe siècle au sommet du volcan, avec la présence d'encensoirs[11].

Activités[modifier | modifier le code]

Ascension[modifier | modifier le code]

Vue des flancs cultivés du volcan avec son sommet en arrière-plan.

Le Tajumulco se trouve dans une zone isolée et peu fréquentée du Guatemala[6],[7] ; il fait partie des volcans les moins connus du pays malgré sa hauteur[6]. Une route grimpe toutefois à près de 3 600 mètres d'altitude sur les pentes plus douces du versant nord-est, à travers des champs[6]. L'ascension ne présente aucune difficulté et s'effectue généralement depuis l'est[7] en moins de trois heures[12], de préférence en automne ou hiver[7],[12]. En cas de besoin, il est possible de camper, notamment parmi les pins de Hartweg à proximité du col entre la cime principale et le cerro Concepción, vers 3 850 mètres d'altitude[7]. Le sommet offre un panorama sur la sierra Madre de Chiapas, du Mexique aux volcans du Guatemala, ainsi que sur l'océan Pacifique[7],[12].

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Le Tajumulco est protégé depuis 1956 au sein d'une zone d'exclusion permanente de 130 km2[13],[14].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Volcán Tajumulco, Guatemala, peakbagger.com.
  2. (es) Historia de Tajumulco.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) « Informations générales », sur http://www.volcano.si.edu, Global Volcanism Program, Smithsonian Institution.
  4. a et b (en) World Top 50 - 50 Most Prominent Peaks on Earth.
  5. (en) « Tajumulco », sur http://www.volcano.si.edu, Global Volcanism Program, Smithsonian Institution.
  6. a, b, c et d (en) « Photographies », sur http://www.volcano.si.edu, Global Volcanism Program, Smithsonian Institution.
  7. a, b, c, d, e, f et g (en) Volcán Tajumulco, summitpost.org.
  8. a, b et c (en) « Histoire éruptive », sur http://www.volcano.si.edu, Global Volcanism Program, Smithsonian Institution.
  9. (en) Robert M. Rosenswig, The Beginnings of Mesoamerican Civilization: Inter-Regional Interaction and the Olmec, Cambridge University Press, 2010, pages 237-239.
  10. (en) Robert J. Speakman, Hector Neff, Laser Ablation ICP-MS in Archaeological Research, University of New Mexico Press, 2005 (ISBN 978-0826332547), page 20
  11. (en) Karen Bassie-Sweet, Maya Sacred Geography and the Creator Deities, University of Oklahoma Press, 2008 (ISBN 9780806139579), page 239.
  12. a, b et c (en) Tajumulco, peakware.com.
  13. (en) Volcán Tajumulco, Protected Planet
  14. (en) Áreas protegidas de Guatemala, Consejo Nacional de Áreas Protegidas.