Tairua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est la version actuelle de cette page, en date du 26 décembre 2019 à 23:01 et modifiée en dernier par LPLT (discuter | contributions). L'URL présente est un lien permanent vers cette version.
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Tairua à Bora Bora, de couleur verte à gauche de la barrière corallienne, et hoa au centre et à droite, de couleur bleue.

Un tairua est défini comme un chenal de faible profondeur de communication très occasionnelle de l'eau de mer dans un lagon lors de submersions de la barrière du récif corallien d'un atoll. Situé le plus souvent entre deux motus, il se distingue des passes navigables (ava) et des chenaux intermittents (hoa)[1].

Description[modifier | modifier le code]

Les tairuas ont principalement un rôle dans l'apport de matières organiques algaires (en raison de l'eutrophisation des bassins de rétention des eaux stagnantes, alimentées seulement lors de houles particulièrement importantes, où peuvent pousser également diverses végétaux) et de sédiments (vase)[1]. Obturés naturellement côté lagon par des apports de sable et de graviers dus au ressac lagonaire (formant des flèches faisant parfois plusieurs centaines de mètres), ils participent occasionnellement à la communication entre l'océan et les eaux lagonnaires uniquement lors de tempêtes ou de typhons. Ces déferlements se font alors par dessus les platiers, dans les brèches formées au milieu des blocs coraliens, vidangeant les eaux de rétention[1].

Avec le temps et des conditions spécifiques de mouvements d'eau au sein d'un lagon, des hoas peuvent se fermer complètement avec l'accumulation de matériaux formant ainsi des tairuas. Dans les situations extrêmes, des lagons entiers peuvent de cette manière se refermer, sans plus la moindre communication régulière avec les eaux de l'océan – hormis via les tairuas les plus permissifs en période de tempête –, créant un milieu lagonaire hypersalin. C'est par exemple le cas de l'atoll de Taiaro dans les Tuamotu[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c André Guilcher, Les Récifs et lagons coralliens de Mopelia et de Bora-Bora (îles de la Société), vol. 38, ORSTOM, Paris, IRD éditions, 1969, pp. 46-48.
  2. (en) David Hopley (dir), Encyclopedia of Modern Coral Reefs: Structure, Form and Process, Encyclopedia of Earth Sciences Series, Springer Science+Business Media, 2010 (ISBN 9789048126385), p. 56.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]