Taine Randell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Taine Randell

Pas d'image ? Cliquez ici

Fiche d'identité
Naissance (40 ans)
à Hastings (Nouvelle-Zélande)
Taille 1,8 m (5 11)
Position Troisième ligne aile
Troisième ligne centre
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a

1992-2002

1996-2003
2003-2006
Province
Otago
Franchise ou club
Highlanders
Saracens

83

77 (45)
50 (30)
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1995-2002 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 51 (60)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.

Taine Randell, né le 5 novembre 1974 à Hastings, est un ancien joueur de rugby à XV néo-zélandais qui a joué 51 tests matchs pour l'Équipe de Nouvelle-Zélande, dont 22 en tant que capitaine, de 1995 à 2002 au poste de troisième ligne aile ou troisième ligne centre.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il a commencé à jouer pour la province de Otago en 1992, il avait 17 ans.

En 1995, il fit partie de la tournée des All Blacks en Italie et en France. Il enchaîna avec une tournée en Afrique du Sud l’année suivante. Il dispute quatre matchs, face à une équipe désignée sous Boland Invitation XV, l'Eastern Province, la Western Province et les Griqualand West Griquas, tous en tant que capitaine. Mais il ne joue aucun des quatre tests disputés par les All Blacks face aux Springboks, le premier dans le cadre du Tri-nations 1996, les trois autres lors de la série finalement remportée deux à un par les Néo-zélandais.

En 1997, il obtient sa première sélection lors d'un test face aux Fidji. Il enchaine par deux tests face aux Argentins, inscrivant un essai lors du deuxième match. Après une victoire face à l'Australie à Christchurch, il dispute ensuite les quatre rencontres du Tri-nations 1997, face à l'Afrique du Sud à Johannesburg, l'Australie à Melbourne, l'Afrique du Sud à Auckland et de nouveau l'Australie à Dunedin, Randell inscrivant un essai lors de chacun de ces deux derniers tests. Il est aussi présent lors de la tournée en Europe[1], remportant les trois matchs face à l'Irlande, l'Angleterre[2], le pays de Galles à Wembley[Note 1], puis obtenant un nul lors du dernier test, face aux Anglais[3]. Lors de cette tournée, il inscrit deux essais, face aux Anglais lors du premier test à Manchester[4] puis lors du match suivant face aux Gallois. Cette saison se termine donc avec douze tests matchs, dont onze victoires et un match nul.

Avec la retraite des joueurs majeurs de l'équipe, Sean Fitzpatrick, le capitaine, Zinzan Brooke, le no 8, ou Frank Bunce, il est installé au poste de capitaine par le sélectionneur John Hart malgré son jeune âge, ce choix semblant naturel pour ce dernier, Randell ayant auparavant occupé ce poste dans toutes les équipes avec lesquelles il a évolué[5]. C'est face à l'Angleterre qu'il débute dans cette fonction en juin 1998 à Dunedin, lors d'une victoire 64 à 22, rencontre où il inscrit deux essais[6]. Après une nouvelle victoire face aux Anglais, et un essai de Randell, il est le capitaine d'une sélection qui subit cinq défaites consécutives, l'Australie à Melbourne, l'Afrique du Sud à Wellington, de nouveau l'Australie, à Christchurch, les Springboks à Durban, ces quatre défaites condamant les All Blacks à la dernière place du Tri-nations 1998[7] et de nouveau l'Australie, dans le cadre de la Bledisloe Cup. Durant cette série, il inscrit un essai à Durban. Lors des deux derniers matchs, il retrouve un poste de flanker, le poste de no 8 étant confié à Isitolo Maka puis Xavier Rush.

Lors de l'année suivante, il est réinstallé au poste de troisième ligne centre. Les All Blacks mettent un terme à leur série de défaite en s'imposant face aux Samoa, rencontre où il inscrit un nouvel essai. La France s'incline ensuite sur le score de 54 à 7 à Wellington. Lors du Tri-nations 1999, les All Blacks remportent les trois premiers tests, deux face aux Springboks et un face aux Wallabies, ces derniers remportant le dernier match de la compétition à Sydney sur le score de 28 à 7.

Taine Randell est le capitaine d'une sélection néo-zélandaise qui se rend à la Coupe du monde 1999. Celle-ci remporte les trois rencontres de sa poule B, face aux Tonga, l'Angleterre et l'Italie, avec un essai de Randell. Opposés aux Écossais en quart de finale, ils s'imposent sur le score de 30 à 18 à Murrayfield. Opposés aux Français à Twickenham, ils mènent 24 à 10 avant que les Français, grâce à deux drops et deux pénalités de Christophe Lamaison, des essais de Christophe Dominici, Richard Dourthe et Philippe Bernat-Salles, tous transformés par Lamaison, ne fassent passer la marque à 43 à 24. En fin de rencontre, Jeff Wilson inscrit un essai, le match se terminant sur un score de 43 à 31[8]. Après une nouvelle défaite, face aux Springgboks, les Néo-zélandais terminent quatrième de la compétition.

À la suite de cette défaite et du changement d’entraîneur qui suit, le poste étant confié à Wayne Smith, il perd le capitanat des All Blacks au profit de Todd Blackadder. Il affronte les Tonga, puis l'Écosse par deux fois, le deuxième test en tant que remplaçant. Depuis ces tests face aux Écossais, Taine Randell est déplacé au poste de troisième ligne aile. Lors du Tri-nations 2000, la Nouvelle-Zélande remporte ses deux premiers tests, à Sydney puis à Christchurch contre l'Afrique du Sud, avant de s'incliner lors des deux derniers, à Wellington face aux Wallabies puis à Johannesburg. La Nouvelle-Zélande termine deuxième d'une compétition remportée par l'Australie. Il est présent lors de la tournée en Europe, disputant deux tests face à la France et l'Italie, mais à chaque fois en tant que remplaçant.

En 2001, il évolue au poste de no 8 lors d'une victoire face à l'Argentine où il inscrit un essai, avant de retrouver un poste de troisième ligne aile lors des matchs suivants, face aux Français à Wellington, aux Sud-africains au Cap, l'Australie à Dunedin, les Springboks à Auckland et les Wallabies à Sydney. Lors de ses six rencontres, les deux seules défaites sont concédées aux Australiens qui remportent une nouvelle fois le Tri-nations 2001 devant les Néo-zélandais.

Vue depuis le haut des tribunes d'une rencontre de rugby. L'équipe à droite de l'image s'apprête à faire une remise en jeu, l'équipe opposée étant placée pour la reception.
Rencontre France Nouvelle-Zélande de novembre 2002.

En 2002, il figure dans le groupe de joueurs qui doivent composer l'équipe des All Blacks pour les quatre matchs du début de la saison internationale pour les équipes de l'hémisphère sud[9]. Il dispute deux de ces quatre matchs en juin face à l'Italie et les Fidji, retrouvant à ces occasions un poste de no 8. Retenu dans le groupe qui doit disputer le Tri-nations 2002[10], il n'est pas présent lors de l'ouverture de la compétition face aux Australiens en raison d'une élongation au mollet[11]. Il ne dispute aucun des quatre matchs de la compétition. Il retrouve l'équipe néo-zélandaise remaniée, seize changements par rapport aux vingt-six joueurs appelés à former le groupe néo-zélandais en mai, dont dix joueurs ne comptant aucune cape[12], et la fonction de capitaine des All Blacks lors de trois matchs disputés en novembre, défaite face à l'Angleterre, un match nul contre l'Équipe de France et victoire face au pays de Galles.

Durant les discussions précédant son retour chez les All Blacks, il se met d'accord avec la Fédération néo-zélandaise pour disputer une nouvelle saison de Super 12 avec les Highlanders, mais pour mettre un terme au contrat le liant avec la Fédération après cette saison si il n'est pas retenu pour figurer dans le groupe des joueurs en debut de saison 2003[13].

En mai 2003, il dispute son premier match sous le maillot des Barbarians[14]. Il est le capitaine d'une sélection qui s'impose face à l'Angleterre sur le score de 49 à 36[15]. Il termine sa carrière internationale en juin à New Plymouth en étant le capitaine des Māori de Nouvelle-Zélande contre l'Angleterre, cette dernière s'imposant sur le score de 23 à 9[16].

En août 2003, il confirme qu'il rejoint le club anglais des Saracens pour deux saisons[17].

Il est le capitaine d'une équipe des Barbarians néo-zélandais opposés à l'Angleterre en décembre 2003 à Twickenham[18]. La sélection anglaise s'impose 42 à 17[19]. En mai 2004, il retrouve pour deux rencontres les Barbarians[14]. Les Baa-Baas s'imposent à Murrayfield face aux Écossais sur le score de 40 à 33[20] puis à Twickenham face aux Anglais sur le score de 32 à 12[21].

En janvier 2005, il signe pour une année supplémentaire avec le club anglais[22]. En 2006, il met un terme à sa carrière[23].

Activités en dehors du rugby[modifier | modifier le code]

Après une carrière à Londres en tant que courtier dans l'industrie du pétrole, il retourne en Nouvelle-Zélande en 2008[24] en tant que consultant dans l'industrie du charbon[25]. Avant la Coupe du monde 2011, il préside un Rugby World Cup Tour pour présenter la coupe Webb Ellis à travers la Nouvelle-Zélande[24]. Impliqué dans le monde des affaires, il est nommé au comité directeur de l'aéroport de Hawke's Bay[26].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Taine Randell remporte avec Otago le Championnat des provinces (National Provincial Championship) en 1998[27].

Avec les All Blacks, il remporte deux éditions du Tri-nations, en 1997 et 1999.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Clubs[modifier | modifier le code]

Taine Randell effectue 77 matchs de Super 12 avec les Otago Highlanders et 83 matchs avec l'équipe de la province de Otago.

Avec les Saracens, il dispute un total de cinquante rencontres, dont quarante-cinq en tant que titulaire, inscrivant 30 points, six essais.

All Blacks[modifier | modifier le code]

Taine Randell dispute cinquante-et-un tests, dont quarante-huit en tant que titulaire, avec les All Blacks entre le 25 octobre 1995 et le 23 novembre 2002[28]. Il obtient trente-cinq victoires, concède quatorze défaites et deux nuls[28]. Il dispute également dix autres matchs sous le maillot noir. Il inscrit douze essais.

Après ses quatre premières sélection en 1995, il en obtient quatre l'année suivante, treize en 1997, sept en 1998, treize en 1999, neuf en 2000, six en 2001 et cinq en 2002[28].

Parmi ses cinquante-et-un tests, il dispute six matchs en Coupe du monde, quatre victoires et deux défaites, inscrivant un essai. Dans la compétition opposant les trois nations de l'hémisphère sud, le Tri-nations, il participe à cinq éditions, disputant avec vingt matchs l'ensemble des rencontres des All Blacks. Il remporte onze victoires et concèdent neuf défaites[28].

Parcours de Taine Randell en Coupe du monde.
Édition Rang Résultats Nouvelle-Zélande Résultats Taine Randell Matchs Taine Randell
Royaume-Uni 1999 Quatrième 4 v, 0 n, 2 d 4 v, 0 n, 2 d 6/6

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Parcours de Taine Randell en Tri-nations
Édition Rang Résultats Nouvelle-Zélande Résultats Taine Randell Matchs Taine Randell
Tri-nations 1997 1 4 v, 0 n, 0 d 4 v, 0 n, 0 d 4/4
Tri-nations 1998 3 0 v, 0 n, 4 d 0 v, 0 n, 4 d 4/4
Tri-nations 1999 1 3 v, 0 n, 1 d 3 v, 0 n, 1 d 4/4
Tri-nations 2000 2 2 v, 0 n, 2 d 2 v, 0 n, 2 d 4/4
Tri-nations 2001 2 2 v, 0 n, 2 d 2 v, 0 n, 2 d 4/4

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite ; la ligne est en gras quand il n'y a aucune défaite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Après la destruction de l'Arms Park et durant les travaux de construction du Millenium Stadium, le pays de Galles dispute ses rencontres à domicile au stade de Wembley à Londres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chris Hewett, « Rugby Union: Best of the All Blacks may be yet to come », sur independent.co.uk,‎ .
  2. (en) Chris Hewett, « Rugby Union: England in great danger of fooling themselves : England 8 New Zealand 25 », sur independent.co.uk,‎ .
  3. (en) Peter Berlin, « In a Tense Thriller, England Holds All Blacks to a 26-26 Draw », sur nytimes.com,‎ .
  4. (en) « All Blacks win but England make it tough », sur bbc.co.uk,‎ .
  5. (en) Chris Hewett, « Rugby union: Hart shapes next All Black dynasty », sur independent.co.uk,‎ .
  6. (en) « All Blacks savage England », sur bbc.co.uk,‎ .
  7. (en) « Tri-Nations history », sur bbc.co.uk,‎ .
  8. (en) « 1999: France 43-31 N Zealand sous-titre=World Cup semi-final, 31 October 1999 », sur news.bbc.co.uk,‎ .
  9. (en) « All Blacks name squad », sur bbc.co.uk,‎ .
  10. (en) « All Black team settled », sur iol.co.za,‎ .
  11. « Des All Blacks revanchards : Rugby XV - RUGBY - Les Tri-Nations frappent les trois coups », sur ladepeche.fr,‎ .
  12. (en) « Randell back as captain of new-look All Blacks »,‎ .
  13. (en) « Rugby: Randell offered All Blacks captaincy », sur nzherald.co.nz,‎ .
  14. a et b (en) « Player Archive - T. C. Randell », sur barbarianfc.co.uk (consulté le 26 avril 2015).
  15. (en) Robert Kitson, « Young England are forced to learn the hard way : England 36 - 49 Barbarians », sur theguardian.com,‎ .
  16. (en) Chris Hewett, « England send warning to All Blacks : New Zealand Maori 9 England 23 », sur independent.co.uk,‎ .
  17. (en) « Randell joins Saracens », sur bbc.co.uk,‎
  18. (en) Don Cameron, « Taine Randell to captain New Zealand Barbarians », sur nzherald.co.nz,‎ .
  19. (en) Paul Rees, « Kiwi forward cited after Hill is roughed up : England XV 42 - 17 NZ Barbarians », sur theguardian.com,‎ .
  20. (en) Andrew Ellison, « Scotland refuse to allow Barbarians to swagger in : Scotland 33 Barbarians 40 »,‎ .
  21. (en) « England 12-32 Barbarians », sur bbc.co.uk,‎ .
  22. (en) « Former New Zealand rugby captain Taine Randell has extended his stay at English club Saracens. », sur allblacks.com,‎ .
  23. (en) « Randell to retire at end of season », sur premiershiprugby.com,‎ .
  24. a et b (en) « Former Rugby Great Leads Nationwide Rugby World Cup Trophy Tour », sur btob.co.nz.
  25. (en) Ann Warnock, « Taine Randell, player of the day », sur nzlifeandleisure.co.nz.
  26. (en) « Crown appoints Taine Randell to Hawke’s Bay Airport », sur scoop.co.nz,‎ .
  27. (en) « NPC trophy following their victory over Waikato, Otago v Waikato, NPC Final, Carisbrook, New Zealand », sur espn.co.uk,‎ .
  28. a, b, c et d (en) « Taine Randell - Career summary », sur espn.co.uk.

Liens externes[modifier | modifier le code]